Quel panel énergétique pour demain ? (Théorie Tartiflette)

Discussions libres mais portant sur le thème général de la déplétion.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Alter Egaux
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4302
Inscription : 08 févr. 2006, 15:18
Localisation : Ile de France
Contact :

Quel panel énergétique pour demain ? (Théorie Tartiflette)

Message par Alter Egaux » 01 sept. 2006, 09:58

sceptique a écrit :Le problème de Jancovici avec plusieurs personnes ici, c'est le nucléaire. Mais, si on regarde de près, les pays "modèles" qui ont voté la sortie du nucléaire (Suède, Allemagne) commencent à hésiter ... [...]Je prends les paris : dans les années à venir la Suède et l'Allemagne vont faire un moratoire sur la sortie du nucléaire. Et attendre quelques dizaines d'années. Sinon bonjour les centrales au charbon.
Jancovici préfère sortir d'abord des fossiles, après du nucléaire. Cela ne me parait pas absurde.
Bravo Sceptique, c’est exactement le problème qu’une transition énergétique pose : la priorité par rapport au contexte national. La France a fait le choix (criticable) du nucléaire. Maintenant, faut faire avec, et se poser la question de sa sortie progressive et inéluctable, mais par rapport à la montée et la descente d’autres sources d’énergie avec le principal critère : les GES (et le climat). Il faut donc de façon pragmatique faire une planification très contrainte et pas vraiment idéal.

Lorsque je parle de cela avec des converties aux réseaux « sortir du nucléaire », en commencent à entrer dans les détails d’une planification (avec le contexte français et climatique), je vois bien qu’ils se heurtent avec difficultés au problème. Et comment en serait il autrement ?

Par contre, je ne sais pas si l’Allemagne et la Suède feront un moratoire sur la sortie du nucléaire, ils feront plutôt jouer la montre en traînant un peu plus une sortie longue et difficile (pour pas perdre la face vis-à-vis des écologistes).

Ce qui serait intéressant, c’est d’avoir des informations précises sur leur planification de sortie. En Suède, ils ont encore 37% de l’énergie primaire à base de NUKE (38% en fossiles), 26 ans après leur décision de sortir du nucléaire. Combien pensent ils en avoir dans 5 ans, 10 ans 15 ans ? L’Allemagne a seulement 12,5% en NUKE, mais 87 % en fossiles (pétrole, gaz et charbon), leur situation est critique (d’autant que l’on ne parle pas des mêmes quantités de production, et donc de dépendance aux fossiles).Pour la France, 40,7% de NUKE, 53% en fossiles, pas vraiment idéal non plus comme situation.

Sans aucun doute, la Suède est bien le bon élève, malgré que le pays soit très loin de sa sortie du fossile (et peut être du fissile).

Bref, la situation est bien différente par pays, et du point de vue peak oil + climat, pas facile à résoudre dans notre société hyper dépendante du fossile.
Je crois que Jancovici l’exprime assez bien dans ses nombreuses interventions télévisuels (et n’oublions pas radiophoniques) la problématique, avec parfois un large excès de zèle pour le nucléaire.

Faut il pour un pays faire le choix du nucléaire aujourd’hui pour un pays n’en possédant pas ?
Probablement non. Le jeu n’en vaut pas la chandelle. Mais ici, ce n’est pas notre cas.
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett

Jägermeifter
Condensat
Condensat
Messages : 750
Inscription : 26 juin 2005, 19:10

Message par Jägermeifter » 01 sept. 2006, 13:52

Je suis d´accord avec Vincent 128 page précédente.

JMJ fait un très bon état des lieux de notre situation, notre dépendance au pétrole et l´impossibilité/absurdité de notre mode de vie à moyen/long terme.

Cependant, je le trouve très terreplatiste, même d´un certain point de vue autant que les économistes tant critiqués sur ce forum.

- Nous sommes en France encore plus dépendant du nucléaire que du pétrole,
- les deux ressources sont toute deux 100% importée et 100% fossile.
- Les ressources prouvées sont comparables à consommation actuelle,
- le temps de construction sont comparable (+- 10 ans pour une centrale nuke / raffinerie / ligne haute tension / oléoduc).
- l´âge des installations sont comparables (centrales nuke françaises et raffineries),
- pour des investissements également comparables (cout gigantesque avant rentabilité économique).
- Les ressources d´uranium sont aussi mal réparties que le pétrole (avec cependant un risque géopolitique plus faible).
- La production est pour les deux technologies centralisée (gisements, centrales/raffineries), et la consommation très décentralisée (moteurs explosion/elec, etc.).
- Ces deux technologies peuvent permettre le chauffage (fioul ou électrique)
- l´agriculture peut être autonome de ces deux technologies (biocarburants agricole / électrique au biogas/bois/etc) nais sont aujourd´hui très dépendantes (pas de tracteurs et d´engrais pour le pétrole, pas d´industrie agroalimentaire sans électricité).
- Ces deux technologies ont en France leur domaine de prédilection ou elles ont le quasi monopole (transport / production électrique).
- Des dangers énorme à long terme planent sur ces 2 technologies (réchauffement climatique / déchets à longue vie, accidents nucléaires),
- Le risque terroriste est gigantesque (détroit d´Ormuz / La Hague), va certainement augmenter et est très fortement sous évalué (pour le nucléaire du moins).
- l´évolution des prix est comparable (plus régulière et importante pour le nuke)
- Ce changement de technologie, si il est possible, prendra des décennies.
- La surconsommation de ces énergies sont flagrandes (vacances en avion/chauffage électrique classique, lampes halogènes publicitaires, ...).
- les réserves réelles sont stratégiques et non connues du grand public
- ces deux technologies peuvent être remplacés par du charbon ou/et sables bitumeux au prix de fortes émissions de CO2 (centrales à charbon, liquéfaction du charbon en essence, pétroles bitumeux, chauffage au charbon). Ces problèmes sont plus importants pour le pétrole (avions, etc...).

Points dicutables:
- les deux sont militairement stratégique (fonctionnement des chars et bateaux, bombes A)
- au niveau politique, le nucléaire est en France ce que le pétrole est aux US (point discutable).
- autre point encore plus discutable : les ressources peuvent être utilisés à autre chose que pour l´énergie (nucléaire militaire / plastique, chimie)
- Point dont je ne suis pas sur du tout: la consommation des trains comparable (proportion gasoil/électrique?) Qq un a des données?

Et maintenant le point le plus problematique pour beaucoup:
- Des technologies existent en théorie pour pallier aux problèmes du nucléaire (uranium marin, surgénération, thorium, plutonium?, ...) comme pour le pétrole (liquéfaction du charbon avec enfouissement de CO2, ressources arctique et profond, etc...). Ces technologies existent aujourd´hui autant que Superphenix existait il y a 30 ans. Mettre tous ses espoirs dans la théorie est scuicidaire.

Certains points sont très discutables mais globalement, le nucléaire est comparable au pétrole en France et je les mets exactement au même niveau. Elles ne sont évidemment pas pareilles, mais très comparable. On pourra toujours me répondre que les ressources sont 10 ans plus grandes pour le nuke ou Tchernobyl mieux que le réchauffement climatique. C´est la question de savoir qui entre Hitler et Staline est le pire. Cela ne change rien au problème.

Ce que je propose est différent: une réduction des consommation au maximum (sobriété puis efficacité), puis pour le reste le plus de renouvelables possible (le potentiel est ENORME), puis pour le reste, un mix entre nuke, gaz et charbon. Toutes ces étapes doivent se faire en meme temps pour ne pas se trouver face au mur.

Je ne critique pas le nucléaire en Allemagne, où 30% me semble une bonne solution. Leur retrait est certainement une erreur. Si il n´y avait que 30% de pétrole dans le transport, on aurait aujourd´hui moins peur du PO. La situation française avec un tout électrique et tout nucléaire est extrêmement dangereuse et ne nous laisse aucune alternative. Elle pousse à la consommation et nous fait croire que l´on peut continuer longtemps avec notre mode de vie.

Je constate une très forte différence dans le traitement de ces technologies chez certains membres de ce forum, d´ou ma phrase dans l´autre post. Certains posteurs me parlent de surgénération/uranium marin/thorium avec le plus grand enthousiasme, et m´envoient des PDF ou la production nucléaire est multipliée dans les prochaines années en passant successivement par 5 technologies. Problèmes, les hypothèses de départ de ces calculs sont fausses/exagérées et ces technologies n´existent concretement pas aujourd´hui. Je peux aussi vous dire qu´avec des éoliennes modernes actuelles et les surpercondensateurs du futur pour stocker l´énergie (qui n´existent pas), on peut faire toute l´électricité européenne juste avec le vent de la mer baltique. Niveau ordre de grandeur, c´est pas faux. Ces discours me font beaucoup penser à certains autres graphiques ou la consommation de pétrole continue à augmenter jusqu´en 2100. Ces personnes sont aussi optimistes sur le nuke que les économistes terreplatte sur le pétrole.

JMJ pense également comme ca. Il voit un problème, mais ne voit pas l´autre, et pire, il propose de résoudre le premier problème en le transférant sur l´autre.

JMJ manque cruellement de rigueur scientifique. Il part sur des estimations exagérés, dépassées ou fausses puis fait des calculs la dessus en prenant les éléments qui l´arrange. Il affiche les graphiques qu´il veut (vieux, exagérés, incomplets, etc) et oublie d´autres chiffres qui le gène, venant souvent de l´étranger. Je pense à ses textes sur l´éolien (domaine que je connais très bien), qui sont plein d´erreurs, de sous ou surestimations, et de données périmées. (je ferai une belle critique de ses textes dès que j´aurai suffisament de temps. Je déménage la semaine prochaine, alors niveau temps...) Il prend les chiffres qui l´arrange et les traite comme cela l´arrange et le tourne à sa sauce.

Il a un certains comportement que je trouve malsain en comparant les problèmes a quelque chose d´autre de pire: "EDF (le nucléaire français) est en situation de monopole. Cela était vrai aussi avant qu'EDF ait du nucléaire !", en comparant des choses non comparable "Tcernobyl a fait des morts. Envisage t´on de supprimer le 14 juillet lorsqu´une usine de pétard explose?".

Ce qui m´énerve le plus que tout chez JMJ, et la raison pour laquelle je suis parfois agressif envers lui, c´est qu´il écrit toujours que les énergies renouvelables ne produisent rien, et les assassine les une après les autres dans ses textes. Cela ne produit rien lorsque l´on installe rien.
Son texte sur l´hydraulique m´a vraiment beaucoup énervé. Comparer les victimes des barrages aux victimes de Tchernobyl est quelque chose que je ne lui pardonne pas. Allez voir un endocrinologue dans votre ville et demandez lui l´évolution de son métier depuis 86.

Je crois dur comme fer au décentralisme, à la diversité énergétique et à la sobriété. Lui prone le centralisme et le toutélectriquetoutnucléaire.

Pour la question pour qui il roule, c´est très clair que c´est pour l´industrie nucléaire. Ce n´est pas un mal en soit. Moi, je « roule » bien pour les énergies renouvelables, mais moi je l´assume.
Dernière modification par Jägermeifter le 01 sept. 2006, 16:38, modifié 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 01 sept. 2006, 18:38

th a écrit :Si on faisait un referendum en Bretagne ou dans les Cevennes pour demander si les gens serait d'accords pour l'installation de milliers d'éoliennes sur les cotes ou les cretes, il est probable qu'il voteraient NON.
Pour jouer les théoriciens, je ne suis pas sûr que le referendum fasse à proprement parler partie des outils de la démocratie.

Le peuple donne mandat à un certain nombre de représentants pour prendre des décisions en son nom. Toute consultation supplémentaire, à non expressément prévue à la constitution, est suspecte de manipulation, de démagogie ou de faiblesse.
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

th
Condensat
Condensat
Messages : 683
Inscription : 18 sept. 2005, 22:54
Localisation : Toulouse

Message par th » 01 sept. 2006, 21:35

Jägermeifter a écrit :Déjà si il y avait un petit sur une centrale francaise, le probleme n°1 pourrait rapidement changer.
Si, bien sur le réchauffement est très grave, mais comme je l'ai expliqué plus haut, je ne crois pas que le nuke soit une solution d'avenir actuellement dans notre monde réel et concret.
Je me repete, mais dans notre monde reel et concret le nuke permetrait de reduire de 25 à 30 % les emissions de CO2 si une vingtaine de pays democratiques ou ayant déja la bombe l'utilisaient comme la France.
Tu juges que ce n'est pas durable, que les histoire de Thorium & cie c'est du pipeau. Libre à toi mais jette un oeil à ce qui se fait dans le monde.

Concernant un , il faut se dire qu'il est possible voire probable si le nombre de centrales nucleaire augmente significativement, et accepter le risque.

"the greatest shortcoming of the human race is our inability to understand the exponential function"- Bartlett.

vincent128
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 932
Inscription : 25 avr. 2006, 21:50
Localisation : France

Message par vincent128 » 02 sept. 2006, 10:18

th a écrit :
Alter Egaux a écrit :Au fait, perso, s'il y avait un référendum sur la Sortie du nucléaire, je voterai la sortie : autant commencer dès maintenant, vu que cela va prendre des générations... :-D
Et puis cela voudrait dire qu'on a fait du chemin vers plus de démocratie...
Je ne suis pas sur ques les problèmes energetico-climatiques soient facilement solubles en démocratie. Par ex,

Si on faisait un referendum en Bretagne ou dans les Cevennes pour demander si les gens serait d'accords pour l'installation de milliers d'éoliennes sur les cotes ou les cretes, il est probable qu'il voteraient NON.
Il y a un premier problème théorique soulevé par Environnement 2100 : le référendum est-il l'expression ultime de la démocratie?

Il y a un deuxième problème théorique : référendum sur quelle zone géographique : seulement la commune d'implantation? L'ensemble des gens qui, de leur maison, auront une vue directe sur les éoliennes? L'ensemble des habitants de la région géographique concernée (tu cites Bretagne et Cévennes)? Quelle est la pertinence du choix d'une de ces zones?
Dans la mesure où il s'agit de choix énergétiques concernant la France entière, ne faudrait-il pas faire un référendum national?

Enfin et surtout, ta supposition est totalement erronnée. Les sondages montrent que les français sont favorables à 95% aux éolienes, et que ça atteint même 98% dans le voisinage de parcs éoliens (les gens se sont rendus compte que, finalement, ça mord pas et qu'on vit bien avec).

Les opposants aux éoliennes sont quelques % mais ils aboient très fort, car ils connaissent les chemins des médias et du pouvoir (riches possesseurs de résidences secondaires, retraités d'EDF, etc.).

S'il y avait effectivement un tel référendum, il y aurait sans doute une écrasante majorité de gens favorables à l'implantation.
Le fond de l'air est frais.

Avatar de l’utilisateur
Glycogène
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2489
Inscription : 05 oct. 2005, 00:06
Localisation : Grenoble

Message par Glycogène » 04 sept. 2006, 11:07

Environnement2100 a écrit :Le peuple donne mandat à un certain nombre de représentants pour prendre des décisions en son nom. Toute consultation supplémentaire, à non expressément prévue à la constitution, est suspecte de manipulation, de démagogie ou de faiblesse.
Donc il suffit que ce soit prévu dans la constitution comme en Suisse.
Et la suisse n'est pas devenu un pays non démocratique à ce que je sache.

Avatar de l’utilisateur
Alter Egaux
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4302
Inscription : 08 févr. 2006, 15:18
Localisation : Ile de France
Contact :

Message par Alter Egaux » 04 sept. 2006, 12:36

vincent128 a écrit :
th a écrit :
Alter Egaux a écrit :Au fait, perso, s'il y avait un référendum sur la Sortie du nucléaire, je voterai la sortie : autant commencer dès maintenant, vu que cela va prendre des générations... :-D
Et puis cela voudrait dire qu'on a fait du chemin vers plus de démocratie...
Je ne suis pas sur ques les problèmes energetico-climatiques soient facilement solubles en démocratie. Par ex,

Si on faisait un referendum en Bretagne ou dans les Cevennes pour demander si les gens serait d'accords pour l'installation de milliers d'éoliennes sur les cotes ou les cretes, il est probable qu'il voteraient NON.
Il y a un premier problème théorique soulevé par Environnement 2100 : le référendum est-il l'expression ultime de la démocratie?

Il y a un deuxième problème théorique : référendum sur quelle zone géographique : seulement la commune d'implantation? L'ensemble des gens qui, de leur maison, auront une vue directe sur les éoliennes? L'ensemble des habitants de la région géographique concernée (tu cites Bretagne et Cévennes)? Quelle est la pertinence du choix d'une de ces zones?
Dans la mesure où il s'agit de choix énergétiques concernant la France entière, ne faudrait-il pas faire un référendum national?

Enfin et surtout, ta supposition est totalement erronnée. Les sondages montrent que les français sont favorables à 95% aux éolienes, et que ça atteint même 98% dans le voisinage de parcs éoliens (les gens se sont rendus compte que, finalement, ça mord pas et qu'on vit bien avec).
Le référendum est un bon moyen pour l'expression démocratique des citoyens. La preuve en est : le vote du 29 mai 2005. Quelque soit les opinions ici (j'ai voté Non), le résultat est issue d'un très bon débat participatif des citoyens (à l'opposé des médias acquis en très forte majorité au oui). Les autres pays européens ont reconnu l'excellence des débats. En cela, internet a été aussi un véhicule positif du débat.
Le vote aurait été parlementaire comme la plupart des pays européennes, le dossier était bouclé en 1 semaine avec un vote en contradiction avec le résultat du référendum.

Le débat sur l'énergie est complexe, mais le TCE l'est aussi. Je pense qu'il est possible, et il doit être national, pas régional.
Et malgré le parti pris des médias (imaginons pro nucléaire), on sait maintenant que cela ne suffit plus : les gens réagissent aussi en fonction d'autres médias.

Et puis, laisser les questions énergétiques aux spécialistes, on a vu ce que cela donnait : tout pétrole et tout nucléaire (pour raccourcir). Est ce que l'on veut continuer cela ?
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett

Devenson
Charbon
Charbon
Messages : 224
Inscription : 04 avr. 2005, 10:50
Localisation : Marseille
Contact :

Message par Devenson » 04 sept. 2006, 18:45

sceptique a écrit :Pour le problème du débat il faut bien voir que sur Oleocene nous ne sommes pas représentatifs de la population ! ET c'est cela que vise JMJ en "dénigrant" les éoliennes. En effet dans les infos grands publics on voit trop souvent ce discours :
il y certes un problème de pétrole mais on a plein d'idées : ;)
les éoliennes
le photovoltaique
les biocarburants
les ampoules basses consommation
les voitures hybrides à 4l/100km
...
Et les gens s'endorment là dessus. C'est ce que conteste avec véhémence JMJ et beaucoup d'entre nous....
Je suis également d'accord avec cette analyse. Tout le monde sera d'accord sur la nécessité de developper les renouvellables et de faire progresser la technologie. Mais le danger serait effectivement de laisser croire au grand public que ces solutions "faciles" sont du bon ordre de grandeur pour régler les problèmes du pétrole cher ou du réchauffement climatique.

Mais il me semble qu'un vilain petit canard - qui aura pour moi du mal à devenir un cygne magnifique - s'est subrepticement glissé dans cette liste. Eolien, photovoltaïque ou même voitures hybrides ne sont certainement pas la solution définitive, mais constituent probablement un progrès. Au moins ces technologies ne peuvent pas aggraver les choses. J'en suis bien moins convaincu en ce qui concerne les biocarburants. Cela a largement été débattu ici, mais les interrogations sont multiples : bilan énergétique en apports d'origine fossile en conditions réelles, bilan écologique en termes de gaz à effet de serre, de conséquences sur les sols, de déforestation éventuelle, compétition pour l'usage des sols avec les productions alimentaires, conséquences dans les pays pauvres, qu'ils soient producteurs de biocarburants ou importateurs de céréales, etc ...

Tous les jours, on découvre des effets pervers de l'engouement pour les biocarburants. Aujourd'hui par exemple ( http://today.reuters.com/news/newsArtic ... THANOL.xml ), je lis que la Chine est maintenant exportatrice d'éthanol. Pour profiter des prix actuellement élevés de l'éthanol aux Etats-unis, les chinois importent du tapioca (un responsable s'est quand même aperçu qu'il fallait réserver une partie du maïs pour d'autres usages) et font tourner - avec le combustible que vous imaginez - leurs usines d'éthanol à plein régime. Une partie est deshydratée aux caraïbes, où les taxes sont moins importantes, avant d'être expédiée aux Etats-unis.

th
Condensat
Condensat
Messages : 683
Inscription : 18 sept. 2005, 22:54
Localisation : Toulouse

Message par th » 04 sept. 2006, 21:28

vincent128 a écrit :Enfin et surtout, ta supposition est totalement erronnée. Les sondages montrent que les français sont favorables à 95% aux éolienes, et que ça atteint même 98% dans le voisinage de parcs éoliens (les gens se sont rendus compte que, finalement, ça mord pas et qu'on vit bien avec).
J'en doute.
Actuellement il y a 1000 éoliennes en France qui produisent 1 TWh par an. Si on veut produire une quantité significatice d'energie, disons 25 TWh (5 %) , c'est pas quelques parcs éoliens par ci par la qu'il faudrait, mais plusieurs miliers, concentrées sur une dizaine de departement.
Pour produire la même quantité d'energie il suffirait de 3 tranches de nuke supplémentaire.
Imagine un referendum avec ces 2 propositions :
- un plan d'implémentation de miliers d'éolienne, avec des simulations des paysages et d'implémentation des dizaines de centrales thermiques qui vont avec.
- 3 tranches nuke suplémentaires
Es tu sûr que les francais voteraient pour les éoliennes ?

Et qu'est ce que ça raporterai au niveau CO2 ? Pas grand chose, à cause de la nécessité d'installer des centrales thermiques pour quand il n'y a pas de vent.
Voir par exemple cette etude, don les conclusions rejoignent celles de JMJ : http://gasnnt.free.fr/sauvonsleclimat/l ... ?id_docu=2

"the greatest shortcoming of the human race is our inability to understand the exponential function"- Bartlett.

vincent128
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 932
Inscription : 25 avr. 2006, 21:50
Localisation : France

Message par vincent128 » 04 sept. 2006, 22:16

th a écrit : Es tu sûr que les francais voteraient pour les éoliennes ?
D'après les sondages, les français sont majoritairement contre le nucléaire, et à 95% pour les éoliennes. Bien sûr, tu peux faire les calculs que tu veux et donner les arguments que tu veux, mais ça ne sont que des spéculations infondées.

Par ailleurs, pourquoi veux-tu donner le choix entre la construction des éoliennes et la construction de 3 centrales nucléaires? On est déjà en suproduction.

Le choix devrait plutôt porter sur :
- des éoliennes + de la sobriété énergétique, qui peuvent permettre d'éviter de construire de nouvelles centrales nucléaires, et même, associées aux autres énergies renouvelables, éviter à terme le renouvellement d'au moins une partie du parc nucléaire... En précisant que ces éoliennes, installées progressivement, étaient bien sûr soumises à autorisation du préfet après étude d'impact et enquête publique... Comme elles sont installées progressivement, elles seront bientôt de 4 MW unitaires, on en mettre moins...
- OU BIEN on continue de consommer comme des cochons et on construit effectivement 3 centrales nucléaires...

Alors les français, vous choisissez quoi?
Dernière modification par vincent128 le 04 sept. 2006, 22:36, modifié 1 fois.
Le fond de l'air est frais.

vincent128
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 932
Inscription : 25 avr. 2006, 21:50
Localisation : France

Message par vincent128 » 04 sept. 2006, 22:31

th a écrit : Voir par exemple cette etude, dont les conclusions rejoignent celles de JMJ : http://gasnnt.free.fr/sauvonsleclimat/l ... ?id_docu=2
Je suis très impressionné par cette étude établie par un physicien qui utilise le concept de rendement de manière erronnée. Qui considère que toutes les éoliennes de France produisent en même temps... Qui considère que l'art météorologique (je croyais pourtant que c'était une science) ne peut pas prévoir le vent 24 heures à l'avance... Qui fait des calculs à l'emporte-pièce, lisant dans les graphiques comme d'autres lisent dans le marc de café. Qui signe un manifeste disant que le photovoltaïque est réservé aux sites isolés alors que le photovoltaïque relié au réseau croît de manière exponentielle ou presque depuis 15 ans... etc.
Le fond de l'air est frais.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15377
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Message par GillesH38 » 04 sept. 2006, 23:29

Vincent, tu ne peux pas evacuer comme ça l'argument que l'éolien ne sera jamais completement adaptable à la demande, c'est une évidence : il ne peut que soulager la partie produisant l'électricité majoritairement. Autant cela permet d'économiser du CO2 quand la base est fossile, autant ce n'est plus tres interessant quand les fossiles ne sont utilisé que pour la partie variable comme en France .
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 05 sept. 2006, 00:28

th a écrit :Imagine un referendum avec ces 2 propositions :
- un plan d'implémentation de miliers d'éolienne, avec des simulations des paysages et d'implémentation des dizaines de centrales thermiques qui vont avec.
- 3 tranches nuke suplémentaires
Es tu sûr que les francais voteraient pour les éoliennes ?
On ne peut donc pas interrompre le développement du nucléaire.

Cela dit, l'expérience passée doit nous apprendre à ne pas mettre une fois de plus tous nos oeufs dans le même panier : je plaide donc pour que l'on développe toutes les énergies propres, et pas juste une.

De plus, repartir à fond dans le nucléaire nous identifierait rapidement comme le fournisseur officiel d'électricité de pointe en Europe, évitant à nos voisins de se confronter aux choix cruciaux : mauvaise psychologie.

Je milite pour la tartiflette :
- une couche de nucléaire au fond
- une couche d'hydraulique, d'éolien, d'hydraulien, etc.
- une couche de CTL avec séquestration
- une couche d'économie, de sobriété et de bonnes habitudes.
- une couche de refonte en profondeur de notre urbanisme

Les bonnes habitudes consistent par exemple à ne pas appeler de la puissance tous en même temps.
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

vincent128
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 932
Inscription : 25 avr. 2006, 21:50
Localisation : France

Message par vincent128 » 05 sept. 2006, 05:55

GillesH38 a écrit :Vincent, tu ne peux pas evacuer comme ça l'argument que l'éolien ne sera jamais completement adaptable à la demande, c'est une évidence
Bien sûr, c'est une évidence! Je n'ai jamais dit le contraire.
il ne peut que soulager la partie produisant l'électricité majoritairement. Autant cela permet d'économiser du CO2 quand la base est fossile, autant ce n'est plus tres interessant quand les fossiles ne sont utilisé que pour la partie variable comme en France .
C'est là qu'on diverge. A mon sens, le développement de l'éolien est extrêmement intéressant en France aussi : il permet de diminuer la part des fossiles et du nucléaire (que je ne considère absolument pas comme une énergie propre et sûre). Il diversifie la production d'électricité, ce qui est une bonne chose. Il remet l'énergie proche des citoyens, ce qui est une excellente chose.

Associé à une politique de sobriété énergétique ambitieuse, on pourrait avoir assez rapidement notre consommation couverte par 10% d'éolien, 5% de photovoltaïque, 20% d'hydraulique... Ca commence à être notable, non?
Le fond de l'air est frais.

vincent128
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 932
Inscription : 25 avr. 2006, 21:50
Localisation : France

Message par vincent128 » 05 sept. 2006, 06:10

Environnement2100 a écrit :
th a écrit :Imagine un referendum avec ces 2 propositions :
- un plan d'implémentation de miliers d'éolienne, avec des simulations des paysages et d'implémentation des dizaines de centrales thermiques qui vont avec.
- 3 tranches nuke suplémentaires
Es tu sûr que les francais voteraient pour les éoliennes ?
On ne peut donc pas interrompre le développement du nucléaire.
On te dit : il faut continuer à augmenter nos capacités de productions, et toi tu enchaines benoitement : On ne peut donc pas interrompre le développement du nucléaire.
Cela dit, l'expérience passée doit nous apprendre à ne pas mettre une fois de plus tous nos oeufs dans le même panier : je plaide donc pour que l'on développe toutes les énergies propres, et pas juste une.
Donc tu ranges le nucléaire dans les énergies propres.

On doit continuer à augmenter indéfiniment notre capacité de production d'électricité, donc il faut poursuivre le développement du nlucléaire, énergie propre par excellence. La propagande officielle a bien fonctionné, tout va bien.

Tu fais ainsi preuve d'une grande naïveté et d'un grand manque d'information, mais ça ne t'empêche pas, avec le plus grand sérieux, de développer ta théorie de la tartiflette et de militer pour.

Mais quand est-ce que sur Oléocène, les foreumeurs vont arrêter de s'auto-proclamer experts de l'énergie? D'asséner des conneries avec le plus grand sérieux? De citer à l'appui des études boîteuses?

D'un côté, pour ce qui est du pétrole, on compile les meilleures données mondiales, on traduit, on analyse, on apprend... Bravo, quel super boulot!

De l'autre, sur l'énergie, on est tombé dedans quand on était petit, il suffit de ressortir la propagande officielle plus ou moins bien digérée et s'auto-proclamer expert!

Quand est-ce que les Oléocéniens vont cesser d'avoir la science infuse franco-française en matière d'énergie? Quand est-ce qu'ils vont faire l'effort de s'informer à des sources diverses (y compris chez les alternatifs : Réseau Action Climat, Sortir du nucléaire, etc. il faut ça pour avoir un autre son de cloche puisqu'on baigne "naturellement" dans le pro-nucléaire en France), d'aller voir ce que font nos voisins européens, et d'appliquer leur esprit critique pour se forger une opinion, en restant modeste quand à la qualité et à la portée de cette opinion?

Je ne suis pas un expert non plus ; ça ne fait que 6 ans que je bosse sur les énergies, après des études d'ingénieur. J'en sais juste assez pour me rendre compte de la floppée de conneries écrites sur Oléocène en matière d'énergie.
Le fond de l'air est frais.

Répondre