[Acteurs] La compagnie ExxonMobil

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91087
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie ExxonMobil

Message par energy_isere » 28 févr. 2024, 23:26

Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, il faut accepter "d'en payer le prix" selon le patron d'ExxonMobil

AFP le 28 févr. 2024

Le patron du géant pétrolier américain ExxonMobil estime que pour parvenir à la neutralité carbone en 2050, les particuliers émetteurs de gaz à effet de serre doivent accepter de "payer le prix" et les politiques de lutte contre le changement climatique doivent être plus "agressives".

"Le secret embarrassant dont personne ne parle est le coût de tout cela et qui est prêt à payer", a déclaré Darren Woods, patron du numéro un américain du gaz et du pétrole, dans un podcast du magazine Fortune.

Selon lui, "les personnes qui génèrent les émissions doivent en prendre conscience et accepter d'en payer le prix". "C'est comme cela que, au bout du compte, on résout le problème".

Pour parvenir à l'objectif de neutralité carbone en 2050 fixé lors de la COP28 à Dubaï en décembre, les particuliers "doivent être disposés à payer (...) parce qu'aujourd'hui, nous avons des opportunités pour fabriquer des carburants à faibles émissions de CO2, mais les gens ne sont pas disposés à dépenser l'argent nécessaire", a relevé M. Woods, qui était présent à la COP28.

Il a affirmé qu'il était par exemple possible de produire du carburant durable pour l'industrie aérienne, "mais les compagnies n'ont pas les moyens de payer".

Par conséquent, "nous devons trouver une façon d'abaisser le prix pour accroître la ressource qui apportera la solution et la rendre plus disponible et plus abordable pour commencer la transition" vers une énergie propre.

Mais, d'après lui, "les politiques mises en place ne sont pas suffisamment agressives et ne soutiennent pas le bon type d'actions pour parvenir à la victoire".

La société "n'investit pas assez dans la technologie", a-t-il poursuivi, déplorant que la "société et le militantisme (...) tentent d'exclure l'industrie qui a le plus de capacité et de potentiel pour aider avec certaines technologies".

Le groupe aux 344,58 milliards de dollars de chiffre d'affaires et aux 36 milliards de bénéfice net en 2023 s'est diversifié dans les énergies renouvelables et la capture de CO2.

Il compte également débuter en 2027 la production de lithium, métal crucial pour les batteries de véhicules électriques et les appareils électroniques, dans son usine de l'Arkansas.

Mais il continue aussi à se développer dans les énergies fossiles. Il a annoncé en octobre le rachat pour 60 milliards de dollars de son compatriote Pioneer Natural Resources, qui va le renforcer dans le secteur controversé du pétrole et du gaz de schiste.
https://www.connaissancedesenergies.org ... bil-240228

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 27738
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie ExxonMobil

Message par GillesH38 » 29 févr. 2024, 07:19

Mais que ne serait-on pas prêt à payer pour éviter 0,1% du PIB en surcout de catastrophes climatiques, hein !!! :twisted: :twisted:
Zan, zendegi, azadi. Il parait que " je propage la haine du Hamas".

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91087
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie ExxonMobil

Message par energy_isere » 11 avr. 2024, 14:46

Le pétrolier ExxonMobil se déleste d'une partie de ses sites en France et supprime 677 emplois

AFP•11/04/2024

Le géant pétrolier américain ExxonMobil a annoncé jeudi une réduction de ses activités à Port-Jérôme (Normandie), qui "devrait entraîner la suppression de 677 emplois", ainsi qu'un projet de vente, via sa filiale Esso France, de la raffinerie de Fos-sur-Mer et de dépôts de carburants dans le sud de la France à un consortium suisse.

Plusieurs unités de pétrochimie, pas "économiquement viables", dont un vapocraqueur, seront arrêtées sur le site de Gravenchon, à Port-Jérôme-sur-Seine, près du Havre (Seine-Maritime), a indiqué le groupe dans un communiqué.

ExxonMobil promet d'engager une "recherche de solutions individuelles et collectives" pour les salariés concernés par les suppressions d'emplois et précise qu'"aucun départ n'est envisagé avant 2025".

"C’est une terrible annonce pour les salariés et leurs familles", a réagi jeudi le ministre de l'Industrie, Roland Lescure. "Le groupe a une obligation absolue de proposer des perspectives de reclassement pour les salariés et de valorisation pour le site."

Pour expliquer ces difficultés, ExxonMobil a pointé du doigt "la configuration du vapocraqueur" et "sa taille comparée aux grandes unités nouvellement construites", mais aussi des facteurs conjoncturels comme "les coûts opératoires et énergétiques plus élevés en Europe" qui "le rendent non compétitif".

"La chimie a effectivement connu une perte de 300 millions en 2023 mais le profit du pétrole c'est 1 milliard sur la même période", a réagi jeudi Pierre-Antoine Auger, élu (FO) du CSE sur le site de Port-Jérôme. "Nous ressentons de la tristesse et de l'énervement, nous ne savons pas encore de quelle façon nous allons réagir", selon lui.

La raffinerie de Port-Jérôme, qui avait été victime le 11 mars d'un incendie dans une unité de distillation, faisant cinq blessés légers, continuera ses activités, a précisé le groupe.

Filiale d'ExxonMobil, Esso France a par ailleurs annoncé jeudi son projet de cession à la société Rhône Energies de sa raffinerie de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), ainsi que celle des dépôts Esso de Toulouse et Villette-de-Vienne (Isère).

Le candidat à la reprise, Rhône Energies, un consortium suisse composé du géant du négoce Trafigura et de l'opérateur américain de raffinerie Entara, s'est engagé à "maintenir l'emploi des 310 salariés du site", a expliqué à l'AFP Dereck Becht, directeur des opérations d'Entara.

Les raffineries de Port-Jérôme et de Fos-sur-Mer ont des capacités de raffinage de respectivement 12 et 7 millions de tonnes.

Elles font partie des huit raffineries conventionnelles en France (sept en métropole et une en Martinique), selon le ministère de la Transition écologique.

Le secteur emploie entre 5.000 et 10.000 emplois directs, selon l'Ufip, le syndicat des entreprises pétrolières.

- Coûts de l'énergie -

Cette réorganisation des activités d'ExxonMobil en France s'inscrit dans un contexte de difficultés pour les employés des plateformes pétrolières françaises.

Sont notamment en cause des coûts de l'énergie trop importants, car le raffinage doit acheter son énergie pour fonctionner, en particulier du gaz et de l'électricité. Or "le gaz naturel en France coûte de façon stabilisée à peu près deux fois plus cher qu'il ne coûtait avant Covid. Et avant Covid, il coûtait déjà beaucoup plus cher que ce qu'il ne coûte en Amérique du Nord", selon le président de l'Ufip, Olivier Gantois.

Autre caillou dans la chaussure, le recul de la demande de produits pétroliers, avec un chauffage au fioul en perte de vitesse et l'électrification progressive du parc automobile.

Mais "nous croyons que la raffinerie de Fos-sur-mer est une raffinerie compétitive", a indiqué Dereck Becht, qui croit à l'avenir des raffineries en France. "Elle est promise à une longue durée de vie, et nous prévoyons de continuer à investir dans la réduction de la consommation d'énergie" et dans la "réduction de l'intensité carbone", selon lui.

Dans le secteur, l'heure est davantage à la conversion des raffineries en bioraffineries, qui produisent des carburants à base de biomasse, comme à La Mède (Bouches-du-Rhône) et Grandpuits (Seine-et-Marne), des projets qui se sont soldés par des restructurations.

Ces deux sites sont ainsi passés chacun de près de 400 salariés à environ 250, selon TotalEnergies.

"En 2050, en France, il y aura peut-être encore une, voire plusieurs raffineries qui traiteront du pétrole", estime Olivier Gantois. "Mais il y en aura d'autres qui n'en traiteront plus, et il est probable que celles qui traitent encore du pétrole traiteront à ce moment-là un mélange de pétrole et de biomasse".
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... bol=1rPTTE

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91087
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie ExxonMobil

Message par energy_isere » 26 avr. 2024, 17:43

ExxonMobil: bénéfice net affecté au 1T par le raffinage et les prix du gaz

AFP le 26 avr. 2024

Le bénéfice net du géant américain du pétrole et du gaz ExxonMobil a été affecté au premier trimestre par des marges réduites dans le raffinage et par une baisse des cours du gaz naturel, a-t-il annoncé vendredi dans un communiqué.

Entre janvier et mars, le groupe texan a engrangé un chiffre d'affaires de 83,08 milliards de dollars (-4% sur un an) et un bénéfice net de 8,22 milliards (-28,1%), qui est inférieur au consensus des analystes de Factset.

Rapporté par action et à données comparables - référence pour les marchés - , le bénéfice net ressort à 2,06 dollars, quand le consensus attendait 2,19 dollars.

"Le bénéfice a diminué parce que les marges du secteur du raffinage et les prix du gaz naturel ont baissé par rapport aux plus hauts de l'année dernière, pour retrouver un niveau dans la moyenne des dix dernières années", a expliqué le groupe.

Selon lui, d'autres éléments ont également pesé, mais dans une moindre mesure, comme un effet de calendrier dans le marché des dérivés, des ajustements de stocks ainsi que les conséquences de cessions ou arrêts d'activité.

A l'inverse, le groupe a profité de volumes "plus importants" grâce à ses activités au Guyana et à l'agrandissement de sa raffinerie de Beaumont (Texas) qui, cumulés à des réductions des coûts structurels, ont permis de compenser, entre autres, la baisse des volumes due aux cessions et à des dépenses de maintenance plus élevées.

- Coûts structurels -

La production brute trimestrielle au Guyana a dépassé les 600.000 barils équivalent pétrole par jour.

Vers 14H40 GMT, l'action ExxonMobil baissait de 4,13% à la Bourse de New York.

La chute du bénéfice "a été un peu plus sévère que prévu", a relevé Peter McNally, directeur de Third Bridge, reconnaissant que les cours du gaz naturel s'étaient "effondrés". Aux États-Unis, ils ont baissé de 32% sur un an.

A l'inverse, il a souligné une production de pétrole plus dynamique que chez ses concurrents, grâce à "l'essor" au Guyana.

ExxonMobil prévoit toujours une finalisation de l'acquisition de Pioneer Natural Resources, pour environ 60 milliards de dollars, au deuxième trimestre. Il va ainsi se renforcer dans le pétrole et le gaz de schiste.

Les actionnaires de Pioneer ont donné leur feu vert à la fusion le 7 février et le PDG Darren Woods a fait par de discussions "constructives" avec l'Autorité américaine de la concurrence (FTC), lors d'une audioconférence avec des analystes.

"Nous sommes très confiants dans le fait que l'opération ne crée pas de problèmes anticoncurrentiels", a-t-il poursuivi, évoquant un potentiel de "synergies importantes" avec cette union.

Par ailleurs, il a précisé que les économies de coûts structurels atteignaient 10,1 milliards de dollars par rapport à 2019, l'objectif restant d'atteindre 15 milliards d'ici 2027.

Concernant le litige au sujet de l'immense champ pétrolier Stabroek Block, au large du Guyana, Darren Woods a indiqué aux analystes qu'une procédure d'arbitrage était en cours.

Stabroek appartient à ExxonMobil (45%), à l'entreprise chinoise Cnooc (25%) et au groupe américain Hess (30%). Chacun peut refuser l'acquisition du champ pétrolier par une tierce partie.

Or Chevron a annoncé fin 2023 le rachat de Hess pour 53 milliards de dollars, en étant particulièrement motivé par sa part dans Stabroek. Il a indiqué fin février qu'il pourrait renoncer à Hess, s'il était refusé par les deux autres.
https://www.connaissancedesenergies.org ... z-240426-0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91087
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie ExxonMobil

Message par energy_isere » 03 mai 2024, 10:54

USA/concurrence: la FTC ouvre la voie, sous condition, au rachat de Pioneer par ExxonMobil

AFP le 02 mai 2024

L'Autorité américaine de la concurrence, la FTC, a ouvert la voie, jeudi, au rachat du géant du pétrole de schiste Pioneer Natural Resources par son concurrent ExxonMobil, sous réserve que l'ancien patron du premier ne devienne pas administrateur du second.

Après ce feu vert réglementaire, l'opération va être finalisée vendredi, a indiqué à l'AFP une porte-parole d'ExxonMobil.

Les deux compagnies avaient annoncé leur union début octobre, ExxonMobil se disant prêt à débourser 64,5 milliards de dollars pour prendre le contrôle de Pioneer.

La FTC avait, à plusieurs reprises, demandé des informations et des documents relatifs à l'opération.

Jeudi, elle a annoncé dans un communiqué qu'ExxonMobil avait accepté de bloquer la désignation de l'ancien directeur général de Pioneer, Scott Sheffield, à son conseil d'administration.

La FTC reprochait à ce vétéran de l'industrie de s'être entendu avec des représentants de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de pays parties à l'accord Opep+, qui a élargi le cercle du cartel.

Les parties se seraient mises d'accord pour réduire la production de pétrole et de gaz naturel afin de soutenir artificiellement les cours, selon l'Autorité américaine de la concurrence.

Pour autant, Scott Sheffield n'a jamais été poursuivi pour ces faits présumés.

"Le comportement passé de M. Sheffield démontre très clairement qu'il ne devait en aucun cas intégrer le conseil d'ExxonMobil", a déclaré le directeur adjoint du bureau de la concurrence, Kyle Mach, cité dans le communiqué.

Scott Sheffield avait cédé, fin 2023, les rênes de Pioneer après 27 années aux commandes du groupe, mais restait administrateur du groupe d'Irving (Texas).

"Nous sommes surpris et en désaccord avec les accusations de la FTC", a indiqué Pioneer, dans un communiqué distinct, tout en précisant que ni le pétrolier, ni son ancien patron, ne s'opposeraient à la finalisation du rachat par ExxonMobil.

Scott Sheffield et Pioneer estiment que la position de la FTC "reflète une incompréhension fondamentale des marchés américain et mondial du pétrole et se méprend sur la nature et l'intention des actions de M. Sheffield".
https://www.connaissancedesenergies.org ... bil-240502

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91087
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie ExxonMobil

Message par energy_isere » 29 mai 2024, 08:06

ExxonMobil cabré contre des écologistes, qui ses actionnaires vont-ils suivre?

AFP le 29 mai 2024

Les actionnaires d'ExxonMobil vont avoir l'occasion lors de leur assemblée générale mercredi de montrer ce qu'ils pensent de la manière forte avec laquelle le géant américain du gaz et du pétrole a réagi aux récentes contestations liées au changement climatique.

Le groupe, qui n'affiche aucun remord à investir dans l'industrie pétrolière malgré l'impact sur le climat, a en effet adopté une posture plus combattive que les années précédentes pour cette édition, qui va se dérouler en distanciel.

Il a lancé des poursuites contre deux groupes d'actionnaires -- l'ONG Follow This et la société d'investissements militante Arjuna Capital -- qui voulaient soumettre aux porteurs de titres une résolution prévoyant une limitation des émissions de gaz à effet de serre.

Les deux entités ont renoncé mais le géant leur réclame le remboursement des frais judiciaires.

Cette réplique brutale lui a attiré de vives critiques de la part du fonds souverain norvégien et du fonds de pension des fonctionnaires de Californie (Calpers), l'un des plus grands aux Etats-Unis.

Un nombre important de votes contre les candidats proposés par ExxonMobil pour les sièges de son conseil d'administration pourrait illustrer le ressentiment des actionnaires à l'égard des tactiques du groupe.

Pour Calpers, le changement climatique représente "une grave menace pour les rendements des investissements de long terme" et l'attitude belliqueuse d'ExxonMobil pourrait entraîner des conséquences "dévastatrices" sur la gouvernance des entreprises.

"Si ExxonMobil parvient à éteindre les voix et à bouleverser les règles de la démocratie au sein de l'actionnariat, quels autres sujets les dirigeants d'une société vont-ils considérer comme chasse gardée? La sécurité au travail? Les rémunérations excessives des dirigeants?", relève le fonds de pension.

- 100% contre -

Il compte voter contre la totalité des douze candidats au mandat d'administrateur "pour envoyer le message que nos voix ne seront pas réduites au silence".

Les racines de la controverse remontent au mois de décembre lorsque Follow This et Arjuna ont réclamé un vote des actionnaires sur une mesure exigeant d'ExxonMobil une accélération de la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre.

Ce projet établissait des objectifs et un calendrier d'abaissement des émissions indirectes (Scope 3), c'est-à-dire incluant toute la chaîne depuis les fournisseurs jusqu'aux consommateurs.

Mais, pour le groupe pétrolier, cette proposition était identique à celle rejetée par près de 90% de ses actionnaires en 2023.

La gestion de telles résolutions est "couteuse et gourmande en temps", a argumenté le groupe dans le cadre de ses poursuites, affirmant que ladite proposition "ne cherchait pas à améliorer les performances économiques d'ExxonMobil, ni à créer de la valeur pour les actionnaires".

"L'objectif principal des parties défenderesses est de forcer ExxonMobil à changer la nature de ses activités de base ou à faire faillite dans son entièreté", a-t-il poursuivi.

Peu après le lancement de ces poursuites en janvier devant un tribunal fédéral du Texas, Arjuna et Follow This ont retiré leur proposition.

Mais leur adversaire n'a pas sonné le repli de son côté, et réclame toujours au juge fédéral de déclarer que cette mesure n'a pas à figurer au menu des résolutions soumises au vote des actionnaires.

Le juge fédéral Mark Pittman a accepté la semaine dernière de cesser la procédure à l'encontre de Follow This, organisme basé aux Pays-Bas, estimant que le tribunal n'avait pas juridiction. Mais il a autorisé sa continuation contre Arjuna.

Dans un courrier du 27 mai adressé à ExxonMobil, la société d'investissements a rejeté les accusations à son encontre.

D'après Natasha Lamb, membre de l'équipe dirigeante d'Arjuna, la mobilisation de cette dernière à l'égard du changement climatique "correspond, et est nécessaire, pour assurer le succès de son avenir financier".

Elle s'est engagée à ne plus émettre de proposition liée au changement climatique chez ExxonMobil, espérant par ailleurs que le groupe "arrête ses poursuites".
https://www.connaissancedesenergies.org ... vre-240529

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91087
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] La compagnie ExxonMobil

Message par energy_isere » 29 mai 2024, 23:37

ExxonMobil obtient le soutien de ses actionnaires, après une controverse sur le climat

AFP le 29 mai 2024

Les actionnaires d'ExxonMobil ont reconduit mercredi lors de leur assemblée générale la totalité du conseil d'administration du géant américain du gaz et du pétrole, après des contestations liées au changement climatique.

Le groupe, qui n'affiche aucun remord à investir dans l'industrie pétrolière malgré l'impact sur le climat, a en effet adopté une posture plus combative que les années précédentes pour cette édition qui s'est déroulée en distanciel.

Il a lancé des poursuites contre deux groupes d'actionnaires -l'ONG Follow This et la société d'investissements militante Arjuna Capital- qui voulaient soumettre aux porteurs de titres une résolution prévoyant une limitation des émissions de gaz à effet de serre.

Les deux entités ont renoncé mais le géant leur réclame le remboursement des frais judiciaires.

Cette réplique brutale lui a attiré de vives critiques de la part du fonds souverain norvégien et du fonds de pension des fonctionnaires de Californie (Calpers), l'un des plus grands aux Etats-Unis.

"Nos investisseurs ont envoyé un puissant message", a annoncé le groupe dans une brève déclaration envoyée à l'AFP à l'issue de l'AG.

"Leur vote illustre la conviction que nous sommes sur la bonne voie, en réélisant de manière écrasante nos administrateurs et en rejetant massivement les quatre résolutions qui auraient entravé notre capacité à créer de la valeur sur le long terme", a-t-il poursuivi.

Les douze candidats au conseil ont recueilli en moyenne 95% des votes (96% en 2023) - qui représentaient environ 84% des droits de vote -, avec une fourchette allant de 87% à 98%.

Un nombre important de votes défavorables aurait pu illustrer le ressentiment des actionnaires à l'égard des tactiques du groupe.

Calpers avait relevé en amont que le changement climatique représentait "une grave menace pour les rendements des investissements de long terme" et que l'attitude belliqueuse d'ExxonMobil pourrait entraîner des conséquences "dévastatrices" sur la gouvernance des entreprises.

"Si ExxonMobil parvient à éteindre les voix et à bouleverser les règles de la démocratie au sein de l'actionnariat, quels autres sujets les dirigeants d'une société vont-ils considérer comme chasse gardée ? La sécurité au travail ? Les rémunérations excessives des dirigeants ?", avait relevé le fonds de pension, comptant voter contre tous les candidats "pour envoyer le message que nos voix ne seront pas réduites au silence".

Vers 16H00 GMT, le titre ExxonMobil cédait 1,46% à la Bourse de New York.

- Actionnaires militants -

Les racines de la controverse remontent au mois de décembre lorsque Follow This et Arjuna ont réclamé un vote des actionnaires sur une mesure exigeant d'ExxonMobil une accélération de la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre.

Ce projet établissait des objectifs et un calendrier d'abaissement des émissions indirectes (Scope 3), c'est-à-dire incluant toute la chaîne depuis les fournisseurs jusqu'aux consommateurs.

Mais, pour le groupe pétrolier, cette proposition était identique à celle rejetée par près de 90% de ses actionnaires en 2023.

La gestion de telles résolutions est "coûteuse et gourmande en temps", argumente le groupe dans le cadre de ses poursuites, affirmant que ladite proposition "ne cherchait pas à améliorer les performances économiques d'ExxonMobil, ni à créer de la valeur pour les actionnaires".

"L'objectif principal des parties défenderesses est de forcer ExxonMobil à changer la nature de ses activités de base ou à faire faillite dans son entièreté", a-t-il poursuivi.

Peu après le lancement de ces poursuites en janvier devant un tribunal fédéral du Texas, Arjuna et Follow This ont retiré leur proposition.

Mais leur adversaire n'a pas sonné le repli de son côté.

Le juge fédéral Mark Pittman a accepté la semaine dernière de cesser la procédure à l'encontre de Follow This, estimant que le tribunal n'était pas compétent pour statuer sur cet organisme basé aux Pays-Bas. Mais il a autorisé sa continuation contre Arjuna.

Dans un courrier du 27 mai adressé à ExxonMobil, la société d'investissements a rejeté les accusations à son encontre.

D'après Natasha Lamb, membre de l'équipe dirigeante d'Arjuna, la mobilisation de cette dernière à l'égard du changement climatique "correspond, et est nécessaire, pour assurer le succès de son avenir financier".

Elle s'est engagée à ne plus émettre de proposition liée au changement climatique chez ExxonMobil, espérant par ailleurs que le groupe "arrête ses poursuites".
https://www.connaissancedesenergies.org ... mat-240529

Répondre