26/02/2022 communiqué de victoire Russe prématuré.

Forum traitant des émissions, des magazines et des reportages traitants de la déplétion et des sujets proches.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 11052
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

26/02/2022 communiqué de victoire Russe prématuré.

Message par phyvette » 29 mars 2022, 01:13

Publié le 01/03/2022
Publié par erreur et rapidement retiré samedi matin, au lendemain de l’invasion de l’Ukraine, un article de l’agence de presse officielle russe RIA Novosti avait été préparé en cas de victoire. Il est resté suffisamment longtemps en ligne pour avoir laissé des traces, révèle la BBC. Et il en dit long sur les objectifs militaires et idéologiques de l’invasion russe.

Cache Google, copie sur certains sites pendant le très court laps de temps pendant lequel il était resté en ligne, un article préparé en vue d’une victoire en Ukraine permet de se faire une idée de l’état d’esprit du régime russe avant l’invasion de l’Ukraine, révèle la BBC.
https://www.lindependant.fr/2022/03/01/ ... 142311.php

28 février
Il félicite le président russe Vladimir Poutine d'avoir résolu le "problème" de l'Ukraine, affirmant que "l'Ukraine est revenue à la Russie" grâce à une action militaire. Cela suggère que l'auteur a anticipé une victoire rapide et que l'article a été publié prématurément.

L'article, publié par l'agence de presse publique RIA-Novosti samedi 26 février et décrit par Christo Grozev des vérificateurs des faits Bellingcat comme "extrêmement choquant, même pour les normes du Kremlin", a été rapidement supprimé de son site Internet.
https://www.bbc.com/news/technology-60562240


L'article en question 26 Feb 2022 .
Un nouveau monde est en train de naître sous nos yeux. L'opération militaire russe en Ukraine a inauguré une nouvelle ère - et en trois dimensions à la fois. Et bien sûr, dans le quatrième, le russe interne. Ici commence une nouvelle période à la fois dans l'idéologie et dans le modèle même de notre système socio-économique - mais cela vaut la peine d'en parler séparément un peu plus tard.
La Russie est en train de restaurer son unité - la tragédie de 1991, cette terrible catastrophe de notre histoire, sa dislocation contre nature, a été surmontée. Oui, à grands frais, oui, à travers les événements tragiques d'une guerre civile virtuelle, car maintenant des frères, séparés par l'appartenance aux armées russe et ukrainienne, se tirent encore dessus, mais il n'y aura plus d' Ukraine comme anti- Russie. La Russie restitue sa plénitude historique, rassemblant le monde russe, le peuple russe - dans son ensemble de Grands Russes, de Biélorusses et de Petits Russes. Si nous avions abandonné cela, si nous avions laissé la division temporaire s'installer pendant des siècles, non seulement nous trahirions la mémoire de nos ancêtres, mais nous serions également maudits par nos descendants pour avoir permis la désintégration de la terre russe.

Vladimir Poutine a assumé, sans une once d'exagération, une responsabilité historique en décidant de ne pas laisser la solution de la question ukrainienne aux générations futures. Après tout, la nécessité de le résoudre restera toujours le principal problème de la Russie - pour deux raisons essentielles. Et la question de la sécurité nationale, c'est-à-dire la création de l'anti-Russie à partir de l'Ukraine et d'un avant-poste pour que l'Occident fasse pression sur nous, n'est que la deuxième plus importante d'entre elles.

Le premier serait toujours le complexe d'un peuple divisé, le complexe de l'humiliation nationale - lorsque la maison russe a d'abord perdu une partie de sa fondation (Kiev), puis a été forcée d'accepter l'existence de deux États, et non d'un seul, mais deux peuples. C'est-à-dire soit abandonner leur histoire, en accord avec les versions insensées selon lesquelles "seule l'Ukraine est la vraie Russie", soit grincer des dents, impuissant, en se souvenant des moments où "nous avons perdu l'Ukraine". Rendre l'Ukraine, c'est-à-dire la ramener à la Russie, serait de plus en plus difficile au fil des décennies - le recodage, la dé-russification des Russes et l'incitation des Petits Russes ukrainiens contre les Russes prendraient de l'ampleur.

Maintenant, ce problème a disparu - l'Ukraine est revenue à la Russie. Cela ne signifie pas que son statut d'État sera liquidé, mais il sera réorganisé, rétabli et rendu à son état naturel d'une partie du monde russe. Dans quelles frontières, sous quelle forme l'alliance avec la Russie sera-t-elle fixée (à travers l' OTSC et l' Union eurasienne ou l'État de l'Union de la Russie et de la Biélorussie ) ? Cela sera décidé après que la fin soit inscrite dans l'histoire de l'Ukraine comme anti-Russie. En tout cas, la période de la scission du peuple russe touche à sa fin.
Et ici commence la deuxième dimension de la nouvelle ère à venir - elle concerne les relations de la Russie avec l'Occident. Pas même la Russie, mais le monde russe, c'est-à-dire trois États, la Russie, la Biélorussie et l'Ukraine, agissant en termes géopolitiques comme un tout. Ces relations sont entrées dans une nouvelle étape : l'Occident voit le retour de la Russie à ses frontières historiques en Europe . Et il s'en indigne bruyamment, bien qu'au plus profond de son âme il doive s'avouer qu'il ne pourrait en être autrement.

Quelqu'un dans les vieilles capitales européennes, à Paris et à Berlin , a-t-il sérieusement cru que Moscou renoncerait à Kiev ? Que les Russes seront à jamais un peuple divisé ? Et au moment même où l'Europe s'unit, où les élites allemandes et françaises tentent de reprendre le contrôle de la construction européenne aux Anglo-Saxons et de monter une Europe unie ? Oubliant que l'unification de l'Europe n'est devenue possible que grâce à l'unification de l' Allemagne, ce qui s'est passé selon la bonne volonté russe (quoique pas très intelligente). Glisser après cela aussi sur les terres russes n'est même pas le comble de l'ingratitude, mais de la bêtise géopolitique. L'Occident dans son ensemble, et plus encore l'Europe en particulier, n'avait pas la force de maintenir l'Ukraine dans sa sphère d'influence, et plus encore de s'approprier l'Ukraine. Pour ne pas comprendre cela, il fallait n'être que des imbéciles géopolitiques.
Plus précisément, il n'y avait qu'une seule option : parier sur un nouvel effondrement de la Russie, c'est-à-dire de la Fédération de Russie. Mais le fait que cela n'a pas fonctionné aurait dû être clair il y a vingt ans. Et déjà il y a quinze ans, après le discours de Poutine à Munich, même les sourds pouvaient entendre - la Russie revient.

Maintenant, l'Occident essaie de punir la Russie pour le fait qu'elle soit revenue, pour ne pas justifier ses plans de profit à ses dépens, pour ne pas avoir permis l'expansion de l'espace occidental vers l'est. Cherchant à nous punir, l'Occident pense que les relations avec lui sont d'une importance vitale pour nous. Mais ce n'est plus le cas depuis longtemps - le monde a changé, et cela est bien compris non seulement par les Européens, mais aussi par les Anglo-Saxons qui gouvernent l'Occident. Aucune pression occidentale sur la Russie ne mènera à quoi que ce soit. Il y aura des pertes dues à la sublimation de la confrontation des deux côtés, mais la Russie y est prête moralement et géopolitiquement. Mais pour l'Occident lui-même, une augmentation du degré de confrontation entraîne des coûts énormes - et les principaux ne sont pas du tout économiques.
L'Europe, en tant que partie de l'Occident, voulait l'autonomie - le projet allemand d'intégration européenne n'a pas de sens stratégique tout en maintenant le contrôle idéologique, militaire et géopolitique anglo-saxon sur l'Ancien Monde. Oui, et cela ne peut pas réussir, car les Anglo-Saxons ont besoin d'une Europe contrôlée. Mais l'Europe a aussi besoin d'autonomie pour une autre raison - au cas où les États s'isoleraient (en raison de conflits et de contradictions internes croissants) ou se concentreraient sur la région du Pacifique, où le centre de gravité géopolitique se déplace.

Mais la confrontation avec la Russie, dans laquelle les Anglo-Saxons entraînent l'Europe, prive les Européens de la moindre chance d'indépendance - sans parler du fait que de la même manière l'Europe tente d'imposer une rupture avec la Chine . Si désormais les atlantistes se réjouissent que la « menace russe » unifie le bloc occidental, alors à Berlin et à Paris ils ne peuvent manquer de comprendre qu'ayant perdu tout espoir d'autonomie, le projet européen s'effondrera tout simplement à moyen terme. C'est pourquoi les Européens à l'esprit indépendant ne sont plus du tout intéressés par la construction d'un nouveau rideau de fer à leurs frontières orientales - réalisant qu'il se transformera en corral pour l'Europe. Dont le siècle (plus précisément, un demi-millénaire) de leadership mondial est de toute façon terminé - mais diverses options pour son avenir sont encore possibles.
Car la construction d'un nouvel ordre mondial - et c'est la troisième dimension de l'actualité - s'accélère, et ses contours se dessinent de plus en plus clairement à travers la couverture grandissante de la mondialisation anglo-saxonne. Un monde multipolaire est enfin devenu une réalité - l'opération en Ukraine n'est capable de rallier que l'Occident contre la Russie. Car le reste du monde le voit et le comprend parfaitement - c'est un conflit entre la Russie et l'Occident, c'est une réponse à l'expansion géopolitique des atlantistes, c'est le retour de la Russie de son espace historique et de sa place dans le monde.

La Chine et l'Inde , l'Amérique latine et l' Afrique , le monde islamique et l'Asie du Sud-Est - personne ne croit que l'Occident dirige l'ordre mondial, et encore moins fixe les règles du jeu. La Russie n'a pas seulement défié l'Occident, elle a montré que l'ère de la domination mondiale occidentale peut être considérée comme complètement et définitivement révolue. Le nouveau monde sera construit par toutes les civilisations et tous les centres de pouvoir, naturellement, en collaboration avec l'Occident (uni ou non) - mais pas selon ses termes et non selon ses règles.
https://web.archive.org/web/20220226051 ... 62336.html
Image Quand on a un javelin dans la main, tous les problèmes ressemblent à un T-72.

Jeuf
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2624
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : Poitou

Re: 26/02/2022 communiqué de victoire Russe prématuré.

Message par Jeuf » 29 mars 2022, 11:41

Vladimir Poutine a assumé, sans une once d'exagération, une responsabilité historique en décidant de ne pas laisser la solution de la question ukrainienne aux générations futures. Après tout, la nécessité de le résoudre restera toujours le principal problème de la Russie - pour deux raisons essentielles. Et la question de la sécurité nationale, c'est-à-dire la création de l'anti-Russie à partir de l'Ukraine et d'un avant-poste pour que l'Occident fasse pression sur nous, n'est que la deuxième plus importante d'entre elles.




Il n 'a qu'a avaler tout rond la Biélorrusie si la dislocation de 1991 est une telle catastrophe, et qu'une guerre l'amuse. ça aurait été plus simple.
La Russie n'a pas seulement défié l'Occident, elle a montré que l'ère de la domination mondiale occidentale peut être considérée comme complètement et définitivement révolue.
Faché contre l'occident, il peut couper une bonne partie du gaz à l'Europe (Ukraine compris, et c'est déjà arrivé), en prétextant très hypocritement lutter contre le réchauffement climatique qui menace une bonne partie des constructions en Sibérie.
Les européens auraient pleuré, tant pis pour eux. On pleure l'énergie chère mais on ne meure pas comme écrasé par les bombes. C'est beaucoup moins grave que d'envoyer des missiles et obus.

il y avait mieux à faire.

Notre réplique, économique par boycote, si elle es est mise en place, va peut-être lui coûter sa place. C'est une bonne arme de cesser de commercer.

alain2908
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2082
Inscription : 13 nov. 2005, 09:58

Re: 26/02/2022 communiqué de victoire Russe prématuré.

Message par alain2908 » 29 mars 2022, 12:07

le ton du texte est vraiment étonnant.
On est loin du caractère informatif attendu d'une agence de presse.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 80667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: 26/02/2022 communiqué de victoire Russe prématuré.

Message par energy_isere » 29 mars 2022, 12:50

alain2908 a écrit :
29 mars 2022, 12:07
le ton du texte est vraiment étonnant.
On est loin du caractère informatif attendu d'une agence de presse.
le Russe est pas informatif mais propagandiste. :-"

pat43
Charbon
Charbon
Messages : 287
Inscription : 02 août 2006, 20:33
Localisation : 43

Re: 26/02/2022 communiqué de victoire Russe prématuré.

Message par pat43 » 25 mai 2022, 23:42

energy_isere a écrit :
29 mars 2022, 12:50
alain2908 a écrit :
29 mars 2022, 12:07
le ton du texte est vraiment étonnant.
On est loin du caractère informatif attendu d'une agence de presse.
le Russe est pas informatif mais propagandiste. :-"
Quelle différence avec les merdias occidentaux ? ceux ci sont mêmes pires ! Ils racontent salades sur salades. Comme la si bien dénommée SIbeth, qui fut porte casserole du gouvernement !
- avec ça, il a décimé une panzer-divizion.
- il était dans l'artillerie ?
- Mais non, tu suit pas, il etait dans la LI-MO-NA-DE.
michel Audiard a propos d'une boisson d'homme au gout de pomme.

pat43
Charbon
Charbon
Messages : 287
Inscription : 02 août 2006, 20:33
Localisation : 43

Re: 26/02/2022 communiqué de victoire Russe prématuré.

Message par pat43 » 25 mai 2022, 23:43

Jeuf a écrit :
29 mars 2022, 11:41
Vladimir Poutine a assumé, sans une once d'exagération, une responsabilité historique en décidant de ne pas laisser la solution de la question ukrainienne aux générations futures. Après tout, la nécessité de le résoudre restera toujours le principal problème de la Russie - pour deux raisons essentielles. Et la question de la sécurité nationale, c'est-à-dire la création de l'anti-Russie à partir de l'Ukraine et d'un avant-poste pour que l'Occident fasse pression sur nous, n'est que la deuxième plus importante d'entre elles.




Il n 'a qu'a avaler tout rond la Biélorrusie si la dislocation de 1991 est une telle catastrophe, et qu'une guerre l'amuse. ça aurait été plus simple.
La Russie n'a pas seulement défié l'Occident, elle a montré que l'ère de la domination mondiale occidentale peut être considérée comme complètement et définitivement révolue.
Faché contre l'occident, il peut couper une bonne partie du gaz à l'Europe (Ukraine compris, et c'est déjà arrivé), en prétextant très hypocritement lutter contre le réchauffement climatique qui menace une bonne partie des constructions en Sibérie.
Les européens auraient pleuré, tant pis pour eux. On pleure l'énergie chère mais on ne meure pas comme écrasé par les bombes. C'est beaucoup moins grave que d'envoyer des missiles et obus.

il y avait mieux à faire.

Notre réplique, économique par boycote, si elle es est mise en place, va peut-être lui coûter sa place. C'est une bonne arme de cesser de commercer.
Il y en a qui comprennent même pas dans quel monde ils vivent. Si popof coupe le gaz, d'abord, tu crèves de froid, ensuite, tu crèves de faim. Surtout en Europe occidentale.
- avec ça, il a décimé une panzer-divizion.
- il était dans l'artillerie ?
- Mais non, tu suit pas, il etait dans la LI-MO-NA-DE.
michel Audiard a propos d'une boisson d'homme au gout de pomme.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 22717
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: 26/02/2022 communiqué de victoire Russe prématuré.

Message par GillesH38 » 26 mai 2022, 06:18

pas du tout, demande à Jeudi, il t'expliquera que les fossiles n'ont rien à voir avec le niveau de vie , et que c'est l'avis de tous les experts.

Si on peut baisser de 7 % par an la consommation de fossiles par an sans bobo comme le GIEC nous le répète en boucle, on s'en fiche bien des hydrocarbures russes, ils peuvent déjà arrêter de les extraire. Et le GIEC, c'est des vrais scientifiques sérieux, je te prie de croire. D'ailleurs c'est ce que les activistes du climat ont dit à Total hier, et les activistes du climat, ils savent aussi de quoi ils parlent.
Zan, zendegi, azadi

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15231
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: 26/02/2022 communiqué de victoire Russe prématuré.

Message par mobar » 27 mai 2022, 07:24

pat43 a écrit :
25 mai 2022, 23:43

Il y en a qui comprennent même pas dans quel monde ils vivent. Si popof coupe le gaz, d'abord, tu crèves de froid, ensuite, tu crèves de faim. Surtout en Europe occidentale.
Avant de crever de froid, on a 6 mois bien tassés pour trouver d'autres fournisseurs de gaz que Popov! :-"
https://youtu.be/0pK01iKwb1U
« Ne doutez jamais qu'un petit groupe de personnes bien informées et impliquées puisse changer le monde, en fait, ce n'est jamais que comme cela que le monde a changé »

Jeuf
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2624
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : Poitou

Re: 26/02/2022 communiqué de victoire Russe prématuré.

Message par Jeuf » 27 mai 2022, 09:26

pat43 a écrit :
25 mai 2022, 23:43

Il y en a qui comprennent même pas dans quel monde ils vivent. Si popof coupe le gaz, d'abord, tu crèves de froid, ensuite, tu crèves de faim. Surtout en Europe occidentale.
On réduit largement la surface chauffée et la consommation de viande.
Donc on ne meurt ni de froid, ni de faim, ni d'être écrasé par des obus, incendié par les bombes aérienne, déchiqueté par des armes d'infanterie, etc.

L'arme de la coupure de gaz aurait été tout à fait légitime.

La dépendance au gaz russe est récente, l'Europe a supporté une densité de population importante il y a 50 ans, presque du même niveau qu'aujourd'hui, sans tout ce gaz.

pat43
Charbon
Charbon
Messages : 287
Inscription : 02 août 2006, 20:33
Localisation : 43

Re: 26/02/2022 communiqué de victoire Russe prématuré.

Message par pat43 » 06 déc. 2022, 17:59

Jeuf a écrit :
27 mai 2022, 09:26
pat43 a écrit :
25 mai 2022, 23:43

Il y en a qui comprennent même pas dans quel monde ils vivent. Si popof coupe le gaz, d'abord, tu crèves de froid, ensuite, tu crèves de faim. Surtout en Europe occidentale.
On réduit largement la surface chauffée et la consommation de viande.
Donc on ne meurt ni de froid, ni de faim, ni d'être écrasé par des obus, incendié par les bombes aérienne, déchiqueté par des armes d'infanterie, etc.

L'arme de la coupure de gaz aurait été tout à fait légitime.

La dépendance au gaz russe est récente, l'Europe a supporté une densité de population importante il y a 50 ans, presque du même niveau qu'aujourd'hui, sans tout ce gaz.
oui, mais à l'époque, on produisait beaucoup de charbon et le pétrole était abondant et bon marché pour toujours...
- avec ça, il a décimé une panzer-divizion.
- il était dans l'artillerie ?
- Mais non, tu suit pas, il etait dans la LI-MO-NA-DE.
michel Audiard a propos d'une boisson d'homme au gout de pomme.

Répondre