Canada

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 09 août 2023, 09:29

Début imminent pour la construction d'une usine de LNG en Colombie Britannique.
Canada’s Woodfibre to start work on $5.1 billion LNG export plant in September

August 7, 2023

Image
The Woodfibre LNG site near Squamish, British Columbia (Image: Woodfibre LNG)

Canada’s Woodfibre LNG, a unit of Pacific Energy, confirmed that it plans to start construction work next month on its $5.1 billion LNG export facility near Squamish, British Columbia.

“We expect to begin construction in September of this year,” Woodfibre LNG’s communications director, Sean Beardow, told LNG Prime late on Friday.

The company expects to launch operations at this onshore gas processing and liquefaction facility with floating storage of about 250,000 cbm in 2027.

In November 2021, Woodfibre LNG awarded the engineering, procurement, fabrication, and construction (EPFC) contract to McDermott.

After that, the LNG terminal developer issued a notice to proceed to McDermott in April last year to start work on its 2.1 mtpa LNG terminal.

Woodfibre LNG did not announce a final investment decision on the project.

However, as a privately-owned project, Woodfibre LNG “does not use the same terminology as public companies such as Shell and the LNG Canada project,” Beardow said.

“Notice to proceed is similar to an FID in that it’s a final go-ahead to move into construction,” he said.

19 modules to be built in China

Qingdao McDermott Wuchuan (QMW), a joint venture consisting of US contractor McDermott and China State Shipbuilding Corporation, recently started building the first module for Woodfibre LNG.

QMW will build 19 modules for Woodfibre LNG and plans to complete the project in the third quarter of 2025.

The scope of work includes module fabrication design, bulk material procurement, modules construction, mechanical completion and pre-commissioning, weighing, loading-out, and also sea-fastening.

Beardow said that QMW is a direct subcontractor to McDermott and the final cost of this contract “will be paid using a formula related to module weight prior to actual loadout at QMW based on a cost per metric tonne.”

According to Beardow, the contract includes inlet and treatment module, liquefaction module, BOG module, utility module, flare drum and pipe rack, marine trestles, powerhouse module, and several pipe racks.

Besides McDermott, Woodfibre LNG previously also awarded a contract to Siemens Energy to work on the all-electric plant.

The scope includes all equipment associated with the main refrigeration trains including compressors, synchronous motors, variable speed drives, converter transformers, harmonic filters, and numerous powerhouses.

The electric compressors will use renewable hydroelectricity from BC Hydro.

Last year, it also awarded a contract to Canadian firm Graham Construction to conduct onshore work, which involves the final stages of cleaning up the previous pulp and paper mill at the Woodfibre site.

Following completion of a deal last year, Canadian pipeline operator Enbridge also now owns 30 percent stake in Woodfibre LNG.

As per offtakers, the project has two long-term offtake agreements with BP Gas Marketing for 15 years representing 70 percent of the capacity.
https://lngprime.com/americas/canadas-w ... ber/88112/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 12 août 2023, 15:22

Canada : les mégafeux de forêt ont émis l’équivalent de plus d’un milliard de tonnes de CO2

ouestfrance 12 aout 2023

Les mégafeux de forêt qui se sont répandus d’un bout à l’autre du Canada avec une intensité remarquable, battant des records dans de nombreuses provinces, ont émis l’équivalent de plus d’un milliard de tonnes de CO2.

Les milliers de feux de forêt historiques au Canada ont émis, à eux seuls cette année, l’équivalent de plus d’un milliard de tonnes de dioxyde de carbone, du jamais-vu, ont estimé vendredi les autorités canadiennes, rapporte l’AFP.

« Un véritable marathon »

Cela correspond pratiquement aux émissions annuelles du Japon (l’équivalent de 1,12 milliard de tonnes de CO2 en 2021), cinquième plus gros pollueur mondial, et davantage que les émissions annuelles de l’ensemble du secteur aérien mondial en 2022 (près de 0,8 milliard de tonnes de CO2).

« Cet été s’est transformé en un véritable marathon », a déclaré vendredi Michael Norton, directeur général du service canadien des forêts, au moment où l’Ouest du pays s’apprête à traverser un autre épisode de canicule.

« Nos estimations préliminaires indiquent que les émissions de la saison en cours ont dépassé le milliard de tonnes de dioxyde de carbone équivalent ».

Et le risque d’incendie devrait encore être « supérieur à la normale » jusqu’en septembre, a-t-il ajouté.

Fin juillet, les émissions de carbone provoquées par les feux au Canada représentaient déjà plus du double du précédent record annuel de 2014, selon les données de l’observatoire européen Copernicus.

Cette saison, les mégafeux se sont répandus d’un bout à l’autre du pays avec une intensité remarquable, battant des records dans de nombreuses provinces.

Vendredi, le Canada était en état d’alerte maximale incendie depuis exactement 90 jours, ce qui constitue la plus longue période jamais enregistrée. Le précédent record de 50 jours date de 2021.

« La saison des feux de forêt cette année a été très instructive, elle nous a montré ce qui nous attend si nous ne faisons rien pour réduire les émissions », a déclaré lors d’une conférence de presse à Vancouver le ministre des Ressources naturelles Jonathan Wilkinson, n’hésitant pas à cibler le réchauffement climatique comme en étant la « cause principale ».

13,5 millions d’hectares brûlés

Les mégafeux ont brûlé jusqu’à maintenant 13,5 millions d’hectares, l’équivalent de la superficie de la Grèce, soit presque deux fois la superficie du dernier record absolu, datant de 1989 avec 7,3 millions d’hectares, selon le Centre interservices des feux de forêt du Canada (CIFFC).

Depuis mai, le Canada a accueilli en renfort près de 5 000 pompiers provenant de 12 pays. Plus de 200 ordres d’évacuation ont été émis, forçant près de 168 000 Canadiens à quitter temporairement leur domicile.

La Colombie-Britannique, province la plus durement touchée ce mois-ci, devrait ce week-end et la semaine prochaine observer des températures anormalement élevées, ce qui n’aidera en rien les efforts des pompiers et aggravera la sécheresse.

Certains secteurs du sud de cette province sont par ailleurs frappés depuis début août d’une interdiction de pêcher dès 14 h, heure locale, en raison des températures trop élevées des eaux.

Cette année, quatre personnes ont péri en combattant les mégafeux canadiens.
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/oth ... r-AA1fb4Vl

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 22 août 2023, 08:07

Un projet de 200 MW d'éolien dans le Saskatchewan, les travaux commencent :
Construction Underway for Bekevar Wind Energy Project in Saskatchewan

August 14, 2023 evwind

Construction has begun for the Bekevar Wind Energy project in southeast Saskatchewan, which aims to generate 200 megawatts of clean, renewable energy. Workers have started excavating the site and pouring concrete for the windmill bases. The wind power project, consisting of 36 wind turbines, is expected to be completed by late fall 2024.

The Bekevar Wind Energy Project is a partnership between Innagreen and Awasis Nehiyawewini Energy Development, a wholly owned entity of Cowessess First Nation. It is located north of Moose Mountain Provincial Park in the RM of Hazelwood, the RM of Kingsley, and on Cowessess First Nation reserve land. The project will supply 200 megawatts of zero-emissions power, enough to serve up to 100,000 homes, while also making significant cuts to greenhouse gas emissions.

The construction progress is on schedule, with road work and access road construction currently underway. The foundations for the turbines are being constructed, including excavation, rebar, and concrete flooring. The goal is to complete most of the foundations by the end of the year, with 15 turbines expected to be installed before snowfall. The remaining turbines will be delivered and installed in the spring.

The Bekevar Wind Energy Project has significant economic benefits for Cowessess First Nation, contributing to their self-governance and economic growth. It will provide a source of own-source revenue, reducing dependency on federal government transfer payments. The project also focuses on Indigenous employment, with an Indigenous Employment Advisor from Cowessess ensuring that Indigenous labor targets are met.

Overall, the Bekevar Wind Energy Project represents a major step towards sustainable and cost-effective power generation in Saskatchewan, benefiting both the environment and local communities.
https://www.evwind.es/2023/08/14/constr ... ewan/93476

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 02 sept. 2023, 09:34

Au Canada, l'ampleur des incendies porte un coup à l'économie

AFP•02/09/2023

Son domaine viticole lui a servi de toit pendant des jours quand le feu était aux portes de sa ville. Mais aujourd'hui Joanna Schlosser, habitante de l'Ouest canadien, s'inquiète surtout des dégâts à long terme pour son exploitation et pour l'économie en général.

Le pays connaît cette année la plus intense saison des feux de son histoire: près de 16 millions d'hectares ont brûlé et 200.000 personnes ont été déplacées, notamment dans l'Ouest et le Grand Nord.

De nombreuses régions sont à l'arrêt, des secteurs affectés: petit à petit, la facture et l'impact économique grossit pour ce pays du G7.

"Nous sommes confrontés à une saison assez dévastatrice en termes de visites et de ventes dans les vignobles", explique à l'AFP Joanna Schlosser, qui a dû fuir sa maison en quelques minutes en pleine nuit.

Plus de 200 habitations ont été détruites par les flammes dans cette région cossue et très touristique de Colombie-Britannique.

Cette année, la manne touristique a été fortement réduite, les voyageurs fuyant les incendies et les fumées qui asphyxient la région depuis des semaines.

Avec l'aéroport et l'autoroute principale de la ville de Kelowna temporairement fermés, dégustations, mariages et autres événements ont été annulés.

- "Chiffres mauvais" -

Dans une note, Stephen Brown, analyste pour Capital Economics, explique qu'en principe, les feux de forêt ont peu de conséquences mesurables sur l'économie canadienne.

Mais cette année, "ils sont si étendus que nous constatons un impact plus important que d'habitude".

Ils semblent "être à l'origine d'une grande partie de la faiblesse récente du PIB" et comme la saison des feux n'est pas terminée "les chiffres devraient rester mauvais dans les mois à venir", a-t-il ajouté.

Le Canada a vu son économie se contracter de 0,2% au deuxième trimestre et le début du troisième trimestre suit la même tendance.

Parmi les facteurs ayant contribué à cette baisse, on retrouve "les feux de forêt qui ont interrompu la production de pétrole et de gaz en mai et limité l'activité des consommateurs en juin", selon James Orlando, de la banque TD. Autre secteur touché: la filière du bois, qui emploie plus de 30.000 personnes dans le pays.

Dans un rapport de juin, Oxford Economics avait averti que les incendies de forêt pourraient réduire la croissance économique du Canada cette année de 0,3 à 0,6 point de pourcentage.

Cependant, le bilan n'est "pas aussi mauvais qu'il aurait pu l'être", a déclaré Tony Stillo, d'Oxford Economics.

"Même si les incendies de forêt sont historiquement importants, ils se produisent dans des zones plus reculées, avec moins d'incidences sur les grandes populations, les centres économiques ou les couloirs de transport - ce qui pourrait couper les lignes d'approvisionnement", a-t-il expliqué.

- Multiplication des catastrophes -

Dans son nouveau plan d'adaptation au climat, Ottawa estime le coût annuel de la lutte contre les incendies de forêt à 1 milliard de dollars canadiens (682 millions d'euros).

Et souligne surtout que, selon l'Institut canadien du climat, les changements climatiques, qui aggravent les épisodes de sécheresse et donc rendent plus probables et fréquents les feux de forêt, pourraient réduire de moitié la croissance économique prévue du Canada au cours des prochaines années.

D'ici 2030, les pertes annuelles moyennes dues aux catastrophes devraient atteindre 15,4 milliards de dollars canadiens.

Les pertes des assurances ont déjà quintuplé depuis 2009 pour atteindre plus de 2 milliards de dollars canadiens par an, selon le Bureau d'assurance du Canada, qui représente diverses sociétés privées d'assurance.

Jason Clark, qui travaille pour cet organisme, se dit préoccupé car les Canadiens ne sont plus confrontés à une catastrophe toutes les décennies mais plutôt à "plusieurs événements qui s'enchaînent au cours d'une seule année" - incendies, inondations, vagues de chaleur, tempêtes...

"Quand les pays connaissent régulièrement de grosses pertes, cela a un impact significatif sur les évaluations des risques et les primes d'assurance", ajoute-t-il

"Nous devons être mieux préparés."
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 9715ff3231

Jeudi
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 3241
Inscription : 15 juin 2020, 18:53

Re: Canada

Message par Jeudi » 06 sept. 2023, 20:41

laPresse a écrit : Un danger d’esclavagisme moderne, s’alarme un représentant de l’ONU

Le rapporteur spécial était en mission au Canada à l’invitation des autorités canadiennes, en vue de l’entrée en vigueur, l’an prochain, de la Loi sur la lutte contre le travail forcé et le travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement.

(Ottawa) Logements insalubres ou surpeuplés, salaires de misère et heures supplémentaires non payées, lien de servitude avec l’employeur : le rapporteur spécial des Nations unies sur les formes contemporaines d’esclavages a été « perturbé » de constater les conditions dans lesquelles vivent les travailleurs étrangers temporaires au Canada.
Le représentant onusien Tomoya Obokata, un expert japonais du droit international et des droits de l’homme spécialisé dans la criminalité transnationale organisée, la traite des êtres humains et l’esclavage moderne, a sillonné le pays pendant deux semaines pour en venir à cette conclusion.
« Le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) est un terreau pour des formes d’esclavagisme moderne », tranche-t-il dans son bilan, qui est notamment fondé sur des témoignages recueillis auprès de travailleurs migrants du Québec, de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et du Nouveau-Brunswick.
Ceux-ci lui ont parlé des « heures de travail excessives », des « faibles salaires », des « heures supplémentaires non rémunérées », mais également « du harcèlement sexuel, de l’intimidation et de la violence » subis aux mains des employeurs ou de leur famille, a énuméré l’expert basé à Londres, au Royaume-Uni.
À ces doléances s’ajoutent celles entourant le fait que les travailleurs s’entassent souvent dans des habitations « insalubres », a dit à La Presse le rapporteur Obokata, qui concluait sa tournée pancanadienne à Ottawa, mercredi.
Puisque les travailleurs étrangers temporaires ayant un permis fermé sont liés à un seul employeur, ceux qui sont maltraités sont à leur merci, et il se crée donc une relation de « dépendance » susceptible d’ouvrir la voie à une forme d’esclavagisme moderne, selon lui.
Et le fait que ces travailleurs qui « jouent un rôle vital dans l’économie canadienne », « parce que sans eux, il n’y aurait pas de nourriture sur la table », aient difficilement (ou pas du tout) accès à la résidence permanente est « discriminatoire », a soulevé M. Obokata.
« Au minimum, il faut leur donner l’opportunité d’appliquer. Je ne crois pas que tous souhaitent rester, car beaucoup ont des familles à la maison et ça fait leur affaire de passer quelques mois au Canada et de rentrer chez eux par la suite », a-t-il soutenu. (...)
Quand rien dans l’univers ne te contredit, ça veut dire que tu n’écoutes pas.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 09 sept. 2023, 14:58

Un gros projet hydroélectrique au Canada (Colombie Britannique), le barrage poids est réalisé :
Acciona and partners wrap up construction of Site C hydroelectric dam

By NS Energy Staff Writer 06 Sep 2023

Once operational in 2025, the Site C hydroelectric project is expected to produce nearly 5,100GWh of clean energy annually, which is the equivalent electricity required to power approximately 450,000 households or 1.7 million electric vehicles per year in British Columbia

Image
Acciona and PRHP consortium partners complete construction of the Site C hydroelectric dam in Canada. (Credit: ACCIONA)

Acciona and its partners in the Peace River Hydro Partners (PRHP) consortium have completed the construction of the dam of BC Hydro’s 1.1GW Site C hydroelectric project in British Columbia, Canada.

The consortium led by Acciona secured the €1.8bn contract pertaining to the Site C Clean Energy Project in 2015.

The contract included the construction of an earth dam 60m high and measuring nearly 500m in width, two river diversion tunnels measuring 10.8m in diameter, and a length of 700m-800m.

Besides, it covers a concrete foundation for the power generation station and spillways.

The Site C project secured approval from the provincial government to proceed to construction in December 2014.

Acciona and partners began the dam fill works in 2021. In total, nearly 16 million m³ of earthfill material was placed.

The dam at the Site C reservoir, which stretches more than one and a half kilometers along the Peace River, is expected to enable the production of clean and renewable energy for over 100 years.

Acciona stated: “The construction of the Site C dam was built in compliance with international and Canadian safety practices, enabling it to withstand natural disasters.

”The PRHP construction of the earthen dam, the roller-compacted concrete dam and the diversion tunnels are part of the Site C Clean Energy Project, one of the largest infrastructure initiatives in Canada.”

The power generating station of the hydroelectric project will feature six generating units, each with a capacity of 183MW. The project will be the third dam and hydroelectric generating station on the Peace River in northeast British Columbia.

Once operational in 2025, the Site C hydroelectric project is expected to generate nearly 5,100GWh of clean energy annually. It is the equivalent electricity required to power approximately 450,000 households or 1.7 million electric vehicles (EVs) per year in British Columbia.

According to Acciona, Site C is one of the largest projects of the company in Canada.
https://www.nsenergybusiness.com/news/a ... ctric-dam/

5,100GWh annuel ca fait une puissance moyenne de 582 MW.

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 6916
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : île de France

Re: Canada

Message par mahiahi » 27 sept. 2023, 09:23

Lors du passage du président ukrainien Volodymyr Zelensky à Ottawa, la semaine dernière, le président de la Chambre des Communes, Anthony Rota, a fait applaudir Yaroslav Hunka, un vétéran ukrainien de 98 ans que des associations de défense de la communauté juive accusent d’avoir combattu dans la 14e division Waffen Grenadier de la SS (la division "Galicia").

Depuis, le premier ministre, Justin Trudeau, a qualifié l'épisode d'"inacceptable", puis a voulu recentrer le débat : "L’important dans tout cela, c’est qu’on va continuer de rester ferme contre la Russie, contre la propagande et la désinformation russe"

Les parlementaires, qui ont tous applaudi debout l'invité ont annoncé n'avoir fait que suivre la présentation du président de l'assemblée et plusieurs se sont joints aux associations de défense de la communauté juive demandant la démission de ce dernier.

Anthony Rota a présenté ses excuses publiques, expliquant ne pas avoir été au courant de l'implication de cet invité dans des crimes de guerre et annoncé mardi sa démission.
C'est quand tout semble perdu qu'il ne faut douter de rien
Dieu se rit des hommes déplorant les effets dont ils chérissent les causes
Défiez-vous des cosmopolites allant chercher loin dans leurs livres des devoirs qu'ils dédaignent remplir autour d'eux

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 14 oct. 2023, 11:55

Aide le l'Ontario pour le développement de fabrication d'hydrogène à partir de l'électricité nucléaire.
Bruce Power-backed hydrogen study wins IESO funding

13 October 2023

The study by Kinectrics and FuelCell Energy, supported by Bruce Power, will explore the potential of using nuclear-generated electricity to produce hydrogen and is one of six projects selected to receive a share of the first CAD7.5 million (USD5.5 million) of funding from the Ontario government's new Hydrogen Innovation Fund.


The province announced in February that it would invest a total of CAD15 million over the next three years to kickstart and develop opportunities for hydrogen to be integrated into Ontario's clean electricity system, including hydrogen storage. The fund is administered by Ontario's Independent Electricity System Operator (IESO) and will focus on the opportunities for hydrogen to serve as a clean alternative fuel for transportation and other end uses.

Kinectrics is to receive CAD250,000 for its project to study the feasibility of integrating hydrogen production, hydrogen power generation and a hydrogen fuelling station at a hydrogen hub in Toronto. It will include a techno-economic assessment of hydrogen production as a clean fuel source for heavy-duty vehicles through high-temperature water electrolysis and will explore the use of solid oxide fuel cells for power generation.

As well as seeking to demonstrate the value of hydrogen as an integral part of the electrical grid, and identifying key environmental, safety, regulatory and operational considerations for its deployment, the project will also serve as a pilot for broader deployment at a larger scale including integrating hydrogen systems with nuclear power plants, including small modular reactors, Kinectrics said.

Kinectrics President and CEO David Harris said the company is "well positioned" to conduct the hydrogen study that will produce "valuable insights to support decarbonisation of power" and create "meaningful opportunities to advance hydrogen production and improve grid reliability and flexibility".

"Nuclear power offers numerous advantages such as stable and continuous electricity supply, cost efficiency and carbon-free generation," said Richard Horrobin, vice-president of Business Development and Energy Innovation at Bruce Power. "We are pleased to support Kinectrics and FuelCell Energy as they take this step to explore the potential to use innovative new technology to harness the power of nuclear to produce low-carbon hydrogen."

FuelCell Energy's solid oxide fuel cell platform will form part of the project. "Power generation in Ontario is already among the cleanest in the world, thanks to nuclear energy," said the company's President and CEO Jason Few. "Producing hydrogen from zero carbon electricity allows for decarbonisation of other sectors of the economy as well, including light and heavy duty, rail, sea, and aviation transportation, industrial, and long duration energy storage."

Ontario Minister of Energy Todd Smith said the province can leverage its clean, reliable and affordable electricity system to become a leader in the growing hydrogen economy. "Today's investments, which are part of our larger CAD15 million Hydrogen Innovation Fund, will kickstart new opportunities for hydrogen to be used as a clean fuel, creating new jobs and driving down emissions at the same time."
https://www.world-nuclear-news.org/Arti ... ESO-fundin

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 30 oct. 2023, 23:05

suite de ce post du 21 fev 2020 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 3#p2296183
Canada: construction terminée du gazoduc controversé Coastal GasLink

AFP le 30 oct. 2023

La construction d'un gazoduc controversé long de 670 km dans l'ouest du Canada est entièrement terminée après cinq ans de travaux, a annoncé lundi son promoteur TC Energy.

"100% des canalisations de Coastal GasLink ont été installées le long du tracé, reliant le nord-est de la Colombie-Britannique aux installations de LNG Canada sur la côte ouest", a déclaré l'entreprise énergétique dans un communiqué.

Cette "étape importante" doit maintenant permettre à TC Energy d'introduire du gaz naturel dans la canalisation pour l'acheminer d'est en ouest, avant la mise en service officielle du gazoduc.

TC Energy, basée à Calgary en Alberta, s'est dite "bien positionnée pour atteindre les objectifs fixés pour la fin de l'année".

En 2020, alors en pleine construction, le projet Coastal GasLink avait été à l'origine d'un vaste conflit au Canada, où des manifestations avaient émergé dans plusieurs régions du pays.

Certains responsables autochtones en Colombie-Britannique, avaient bloqué le chantier du projet, au motif qu'il traverse leurs terres ancestrales. Ils s'inquiétaient également des impacts environnementaux du projet.

Le mouvement de protestation, qui avait duré des semaines, avait provoqué des fermetures de voies ferrées, de routes et de ports, entraînant à son tour des pénuries.

Le gazoduc Coastal GasLink doit transporter vers le terminal côtier de LNG Canada du gaz naturel destiné à l'exportation, notamment vers l'Asie.

LNG Canada est un immense projet de gaz naturel liquéfié présenté en 2018 lors de son lancement comme étant "le plus grand projet d'investissement privé de l'histoire canadienne".

Il s'agit d'un projet de coentreprise développé par le géant britannique des hydrocarbures Shell avec le groupe malaisien Petronas, le chinois PetroChina, le japonais Mitsubishi et le sud-coréen Korea Gas Corp.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ink-231030

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 18 nov. 2023, 14:32

Hydrogène vert : le Québec lance un projet colossal
Basée à Montréal, l'entreprise TES Canada va lancer au Québec un projet d'hydrogène vert de 4 milliards de dollars canadiens (2,7 milliards d'euros).

15.11.2023 h2-mobile

Cette initiative baptisée "Projet Mauricie" vise la construction d'une gigantesque usine d'hydrogène dans la "Vallée de la Transition Énergétique", en Mauricie. À lui seul, le projet Mauricie permettra d’atteindre 3 % des objectifs de réduction de GES du Québec d'ici à 2030.

Le projet de TES Canada produira de l'hydrogène vert à partir d’un électrolyseur de 500 MW. ’un parc éolien et solaire d’une capacité installée de 1 GW. À partir de 2028, il sera en mesure de générer 70 000 tonnes d'hydrogène propre chaque année, dont plus de 30 % sera destiné à la décarbonation du secteur du transport de marchandises qui représente à lui seul près de 10 % des émissions du Québec. Les volumes restants seront utilisés pour produire du gaz naturel de synthèse.
https://www.h2-mobile.fr/actus/hydrogen ... ne-quebec/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 18 nov. 2023, 15:27

Copenhagen Infrastructure Partners starts construction of Canada’s largest onshore wind project

By NS Energy Staff Writer 17 Nov 2023

Copenhagen Infrastructure Partners (CIP), on behalf of its Copenhagen Infrastructure IV (CI IV) fund, has begun construction on Buffalo Plains, a 495 MW wind farm consisting of 83 Siemens-Gamesa turbines located in Vulcan County, Alberta.

CIP acquired Buffalo Plains in 2022 from ABO Wind. During construction, the project will create approximately 250 full-time jobs and, once operational, will produce enough clean energy to power more than 240,000 homes, providing substantial economic and environmental benefits to the province of Alberta.

Borea, Canada’s leading renewable energy construction company, will be responsible for the construction of the project. Amazon, the technology company based in Seattle, Washington, has signed a power purchase agreement to procure 415 MW of output from Buffalo Plains.
.............................
https://www.nsenergybusiness.com/news/c ... d-project/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 28 nov. 2023, 09:12

Il y a de l'ambiance :
Bras de fer sur l'énergie entre la province de l'Alberta et le gouvernement fédéral canadien

AFP le 28 nov. 2023

La Première ministre ultra-conservatrice de la province de l'Alberta Danielle Smith, qui s'oppose à un projet de loi canadien visant un réseau électrique "propre" d'ici 2035, a engagé lundi un bras de fer avec le gouvernement fédéral de Justin Trudeau.

Ottawa a annoncé il y a quelques mois son intention d'adopter un projet pour que le réseau électrique canadien atteigne la neutralité carbone d'ici 2035.

Mais Danielle Smith estime que ce projet va mettre en danger la fiabilité du réseau électrique de sa province, qui dépend fortement du gaz naturel, entraînant une forte augmentation des prix.

Pour s'opposer au gouvernement fédéral, cette dernière a donc eu recours lundi pour la première fois à la "loi sur la souveraineté", texte voté il y a un an et qui permet à son gouvernement provincial d'ignorer les lois fédérales qu'il juge préjudiciables.

"Nous donnons l'occasion au gouvernement fédéral de faire ce qu'il faut et de reculer", a déclaré Mme Smith aux journalistes.

"J'espère qu'ils comprennent maintenant que nous sommes sérieux, que nous allons préserver l'intégrité de notre réseau électrique de quelque manière que ce soit, afin que nous puissions retourner à la table des négociations", a-t-elle ajouté.

La Première ministre de l'Alberta, à la tête de la principale province productrice de pétrole et de gaz, a expliqué lundi que son gouvernement envisageait de créer une compagnie d'électricité publique pour échapper aux exigences fédérales.

"Le risque est tout simplement trop important pour les Albertains", a encore déclaré Mme Smith, estimant que le prix à payer pour l'Alberta était trop grand.

Le ministre canadien de l'Environnement Steven Guilbeault a de son côté estimé devant la presse que l'annonce de l'Alberta "ne reposait sur aucune base légale" et était "clairement motivée par une idéologie anti-environnement, opposée à la lutte contre le changement climatique".

La réglementation du gouvernement fédéral en matière d'électricité est à l'état de projet et devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2025, après de nouvelles consultations.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ien-231128

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 07 déc. 2023, 22:37

Ottawa détaille son plan pour plafonner les émissions du secteur pétrolier et gazier

AFP le 07 déc. 2023

Le Canada a publié jeudi les détails de son plan visant à plafonner, à partir de 2026, les émissions de son secteur pétrolier et gazier, dont l'échéancier est fortement critiqué par les écologistes.

Quatrième producteur mondial de pétrole, le pays prévoit de réduire d'ici à 2030 les émissions de son secteur le plus polluant de 35 à 38% sous les niveaux de 2019.

L'objectif est toutefois inférieur à ce qui était initialement prévu pour une industrie responsable de près d'un tiers des émissions canadiennes -- ce qui n'inclut pas celles liées à la consommation finale de ces hydrocarbures.

"Aucun secteur de l'économie ne devrait être autorisé à polluer sans qu'une limite ne lui soit imposée", a souligné le ministre de l'Environnement canadien, Steven Guilbeault, avant d'ajouter qu'il souhaitait aussi s'assurer "que le secteur reste concurrentiel dans le marché mondial".

Le gouvernement fédéral va ainsi permettre aux entreprises d'échanger des crédits carbones pour atteindre ces objectifs et il prévoit également "une certaine souplesse", a précisé M. Guilbeault depuis Dubaï où il prend part à la COP28.

Certains producteurs pourront ainsi dépasser le seuil et émettre des émissions de 20 à 23% inférieures à celles de 2019.

Le mécanisme s'appliquera aux producteurs de pétrole et de gaz naturel liquéfié, ainsi qu'aux secteurs en amont qui "génèrent la majorité des émissions", précise le gouvernement.

Le volume de production d'hydrocarbures ne fait cependant pas l'objet de limite de la part du gouvernement fédéral.

La province de l'Alberta, principale productrice de pétrole, et plusieurs associations représentant l'industrie ont qualifié le cadre "d'inutile et inacceptable".

A terme, ce système pourrait "entraîner d'importantes réductions" dans la production de pétrole, a souligné Lisa Baiton, présidente de l'Association canadienne des producteurs pétroliers.

Les groupes de défense de l'environnement ont salué le plafonnement, tout en déplorant sa mise en oeuvre tardive (prévue pour 2026, après consultations) et le fait qu'il "comporte trop d'échappatoires", notamment les crédits compensatoires, note l'ONG Equiterre.

"Les Canadiens et le monde ne peuvent attendre trois années supplémentaires de chaos et de destruction de la part de l'industrie des énergies fossiles", a pour sa part déclaré Caroline Brouillette, directrice générale de Réseau Action Climat Canada.

L'Institut climatique du Canada, un organisme de recherche indépendant, estime également que le gouvernement "doit agir plus rapidement" mais que son plan est "raisonnable et nécessaire", en considérant qu'il serait associé avec la réglementation sur le méthane présentée plus tôt cette semaine par Ottawa.

En vertu de ce cadre, l'industrie pétrolière et gazière canadienne devrait diminuer ses émissions de méthane, deuxième contributeur au réchauffement mondial après le CO2, d'au moins 75% par rapport aux niveaux de 2012 d'ici à 2030.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ier-231207

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 16 déc. 2023, 12:23

New Brunswick releases energy strategy with SMR focus

15 December 2023

The strategy outlining how the province aims to transition to clean energy calls for the addition of 600 MWe of capacity at the Point Lepreau Nuclear Generation Station by 2035, doubling New Brunswick's current nuclear capacity.

Image
A vision of an ARC-100 SMR plant (Image: ARC)

Powering our Economy and the World with Clean Energy – Our Path Forward to 2035 focuses on affordability, energy security and reliability, regulatory reform and economic growth. As well as SMRs, it calls for an almost five-fold increase in wind and solar capacity, with increased roles for hydrogen, renewable natural gas, and biofuels - traditional natural gas serving as a transition fuel both locally and globally. Transmission upgrades and enhanced connectivity within Atlantic Canada will play an increasingly important role in balancing the grid, while adding electric vehicle charging stations and increasing use of biofuels and hydrogen will transform the transport sector.

The roadmap included in the report sees the first 150 MWe of SMR capacity coming online in 2030-2031, with another 450 MWe starting up in 2035. As well as installing new SMR capacity, the strategy also outlines an initiative to increase the operating efficiency of the existing Point Lepreau nuclear generating satation, with the government saying it will work with utility NB Power "to enable the establishment of a partnership with another nuclear operator to improve performance, lower operational risk and lower cost".

New Brunswick Premier Blaine Higgs said the strategy balances addressing climate change with the province's growing energy needs and demands. "We have a generational opportunity in front of us, to change the way we use energy to live and work, that will lead to a cleaner environment, more economic growth and, most importantly, an affordable and secure energy supply for all New Brunswickers" he said.

"Climate change and the need to move away from greenhouse gas-emitting fuels are creating a global energy transition," the province's Natural Resources and Energy Development Minister Mike Holland said. "Our actions will collectively reduce our greenhouse gas emissions by nearly half by 2035, putting us well on our way to achieving a net-zero economy and creating new economic opportunities and prosperity for our province."

NB Power, operator of the existing 600 MWe Candu plant at Point Lepreau, earlier this year published its own strategic plan highlighting the need to phase out coal by 2030 and achieve net-zero electricity supply by 2035. The utility, a Crown Corporation owned by the province, currently generates electricity from nuclear, hydro, coal, oil and diesel powered stations.

In July, NB Power, in partnership with SMR developer ARC Clean Technology Canada Inc, submitted an environmental impact assessment registration document and an application for a site preparation licence for an SMR at Point Lepreau. The deployment of ARC Clean Technology Canada Inc's ARC-100 sodium-cooled fast reactor in New Brunswick and is part of a joint strategic plan on SMR development and deployment released by the governments of Ontario, Saskatchewan, New Brunswick and Alberta in 2022.
https://www.world-nuclear-news.org/Arti ... ith-SMR-fo

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 88861
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Canada

Message par energy_isere » 13 janv. 2024, 22:00

Alberta November Oil Output Outpaced China

by Bloomberg|Robert Tuttle|Friday, January 12, 2024

Alberta’s oil production rose above 4 million barrels a day for the first time in November as oil-sands companies ramped up output to prepare to fill the largest new export pipeline in more than a decade.

Total production jumped by 336,822 barrels a day to 4.16 million barrels a day, the highest in data stretching back to 2010, according to the Alberta Energy Regulator’s website. Output over the first 11 months of the year averaged 3.79 million barrels a day, versus 3.73 million for all of 2022, the data show.

Production is surging as oil-sands companies prepare for an expansion of the Trans Mountain pipeline — which runs from the province to Canada’s Pacific Coast — to start up this year, giving them 590,000 barrels of new export capacity.

Alberta’s oil-sands deposits represent the world’s third-largest crude reserve, and November’s production is more than all but four countries, edging out China’s average output in 2022 while trailing Iraq’s, according to data from BP Plc. Including output from Canada’s other provinces makes the country the world’s fourth-largest producer.

The added Canadian production may weigh on global oil markets, which already are languishing under the weight of swelling inventories. US crude production is expected to rise 2.2 percent to 13.2 million barrels a day this year, according to the Energy Information Administration.
https://www.rigzone.com/news/wire/alber ... 8-article/

Répondre