Venezuela

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64348
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 26 mai 2020, 12:13

Suite du post au dessus.
En photo

Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64348
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 28 mai 2020, 00:38

Venezuela : arrivée d'un deuxième navire pétrolier iranien

AFP parue le 27 mai 2020

Un nouveau navire pétrolier iranien a gagné mardi le Venezuela, en y rejoignant le principal centre de raffinement, ont annoncé les autorités, au lendemain de l'arrivée d'un premier navire du même type envoyé par Téhéran.

Le deuxième pétrolier à drapeau iranien se rendant au Venezuela en raison d'une grave pénurie d'essence, le Forest, est arrivé au complexe de raffinage de Paraguana (État de Falcon, nord-ouest), a déclaré sur Twitter le ministre du Pétrole, Tareck El Aissami, qui a publié des photos du bateau à quai. Le site Marine Traffic confirme la position du navire, entré lundi dans les eaux territoriales vénézuéliennes.

Le complexe de Paraguaná, le plus grand du Venezuela et l'un des plus grands du monde, peut traiter 950 000 barils de carburant par jour, mais sa production a chuté parallèlement à l'approvisionnement du pays en brut.

Le premier pétrolier iranien, le Fortune, avait accosté lundi à El Palito, à environ 200 km à l'ouest de Caracas, une énorme raffinerie dotée d'un port. Un troisième navire, le Pétunia, est entré mardi dans les eaux vénézuéliennes, ont annoncé les autorités militaires. Deux autres, le Faxon et le Clavel, sont attendus dans les prochains jours. La flotte transporte un total d'environ 1,5 million de barils d'essence, selon des articles de presse.

Les navires "apportent des combustibles, des additifs, des pièces de rechange et d'autres équipements destinés à redresser notre capacité de raffinage et notre production pétrolière", a déclaré Tareck El Aissami, accusé de "trafic de drogue" par les États-Unis.

Si le Venezuela possède les plus grandes réserves prouvées de pétrole au monde, il ne produit plus qu'environ 622 000 barils par jour, soit un cinquième de son volume d'il y a dix ans, selon l'OPEP.

Le gouvernement de Nicolas Maduro estime que les sanctions américaines sont responsables de cette situation. Des experts et l'opposition autour de son chef de file Juan Guaido l'attribuent à des choix politiques erronés, au manque d'investissement et à la corruption. Cet effondrement s'est largement répercuté sur la distribution de carburants. Depuis un peu plus de deux mois, une très grave pénurie sévit dans tout le pays, au moment même où le Venezuela est soumis à un confinement quasi total censé juguler la propagation du coronavirus.

Les livraisons de l'Iran de carburant au Venezuela interviennent en plein regain de tension entre Téhéran, allié de Nicolas Maduro, et Washington.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ien-200527

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64348
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 29 mai 2020, 01:09

Venezuela : vers une hausse du prix de l'essence (aujourd'hui quasi gratuite)...

AFP parue le 28 mai 2020

Le gouvernement vénézuélien envisage d'augmenter le prix de l'essence, qui est pratiquement gratuite dans le pays, où sont arrivés des navires pétroliers iraniens chargés de carburant dans un contexte de grave pénurie, a déclaré mercredi le président Nicolas Maduro.

"L'essence que nous avons apportée de l'étranger, d'Iran et d'autres pays, nous l'avons réglée en dollars, et beaucoup de gens me disent que l'essence, il faut la payer, et je suis d'accord", a déclaré M. Maduro lors d'une réunion avec des ministres diffusée à la télévision d'État.

Cinq navires transportant de l'essence et du pétrole ont été envoyés au Venezuela par l'Iran dans un contexte de tensions avec les États-Unis, qui ont exprimé leur "préoccupation" quant aux relations de plus en plus étroites de Caracas avec Téhéran. Trois des navires sont déjà arrivés. Dans un pays qui connaît une inflation galopante - la plus élevée au monde, projetée par le FMI à 15 000% en 2020 - et une monnaie qui se déprécie constamment, le prix de l'essence est quasi gelé depuis deux décennies.

Le Super 91 vaut 0,00001 bolivar le litre et le Super 96 coûte 0,00006 bolivar. Un dollar, selon les taux officiels, équivaut mercredi à 196 049 bolivars. Les pénuries de carburant au Venezuela ont créé un marché noir où, en revanche, l'essence coûte jusqu'à 3 dollars le litre.

La dernière augmentation du prix du carburant a été décrétée en 2016, la seule depuis l'arrivée au pouvoir de l'ancien président socialiste Hugo Chávez (1999-2013), mais les tarifs sont restés bas. M. Maduro avait promis de ramener les prix à des niveaux "internationaux", mais ne l'a jamais fait.

La production pétrolière du Venezuela a chuté, s'élevant à un peu plus de 600 000 barils par jour, selon l'OPEP, contre plus de 3 millions de barils par jour il y a dix ans.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ite-200528

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64348
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 31 mai 2020, 12:25

Le Venezuela augmente le prix de l'essence

AFP parue le 31 mai 2020

Le Venezuela appliquera à partir de lundi 1er juin des prix plus élevés de l'essence, a annoncé samedi le président Nicolas Maduro, alors qu'elle était jusqu'ici presque gratuite dans ce pays pétrolier.

Bien que disposant d'énormes réserves, le Venezuela, dont la production s'est effondrée, connaît actuellement une grave pénurie de carburants, encore accentuée par les conséquences de la pandémie de coronavirus sur la vie économique du pays.

"Nous avons décidé que 200 stations-services pourraient vendre librement ce produit au prix international", a déclaré le président socialiste, mettant ainsi fin au monopole de l'Etat vénézuélien sur la vente de carburants.

"Le prix international que nous avons fixé est de 50 centimes de dollar le litre d'essence", a précisé M. Maduro dans une allocution prononcée au palais présidentiel de Miraflores à Caracas.

Ces 200 stations-services seront "gérées par des entrepreneurs privés" qui seront autorisés à importer de l'essence, a indiqué M. Maduro. Il n'a pas précisé à qui les licences avaient été attribuées ni si elles avaient fait l'objet d'un appel d'offres.

Le président a par ailleurs annoncé la création d'un système de subventions sur la base de 5.000 bolivars (0,025 dollar) le litre, qui permettra l'achat de 120 litres par mois pour les voitures particulières et de 60 litres pour les motos.

Le transport public de passagers et le transport public de marchandises "auront une subvention de 100%", a déclaré M. Maduro. Pour ce secteur, "le diesel est subventionné à 100%", a également dit le ministre vénézuélien du pétrole, Tareck El Aissami.

L'annonce des nouvelles dispositions sur les prix des carburants intervient quelques jours après l'arrivée au Venezuela de pétroliers iraniens venus livrer de l'essence et d'autres produits pétroliers au gouvernement socialiste de M. Maduro, dont Téhéran est l'un des alliés.

Quatre des cinq pétroliers envoyés par l'Iran ont déjà accosté dans les trois principales raffineries du Venezuela. La venue de ces navires a provoqué un nouvel épisode de tension entre Caracas et Washington, qui dénonce le soutien de Téhéran à M. Maduro.

"A cette heure, les plus de 1.500 stations-services du pays sont en train de s'approvisionner, nous avons la réserve d'essence suffisante pour prendre cette mesure", a déclaré M. Maduro en remerciant l'Iran pour son soutien.

La production du Venezuela s'est effondrée ces dernières années. Le pouvoir chaviste attribue cet effondrement aux sanctions économiques que les Etats-Unis, hostiles à M. Maduro qu'ils considèrent comme illégitime, imposent au Venezuela. Des experts mettent en cause des erreurs de gestion et l'absence d'investissement dans le secteur pétrolier.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nce-200531

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64348
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 14 juin 2020, 11:41

La production de pétrole du Venezuela au niveau de 1945 !
Venezuela’s Oil Production Plunges to Lowest Level Since 1945

Fabiola Zerpa June 13, 2020 Bloomberg

Oil production in Venezuela, the country with the world’s largest reserves of crude, has fallen to a 75-year low with U.S. sanctions continuing to cripple the country’s exports.

Venezuela’s state-run oil company Petroleos de Venezuela SA lowered its production estimates to 374,000 barrels a day as of Wednesday, according to a document seen by Bloomberg, a level not seen since 1945. Its slide is a result of U.S. sanctions that have scared most of the world’s oil buyers away from Venezuelan crude, resulting in a storage glut that forced it to shut fields across the nation.

PDVSA’s production estimate is 57% lower than planned output, according to the document. The projection -- which takes into account oil wells performance registries -- is also a stark contrast with the 550,000 barrels a day production reported by secondary sources to OPEC in May.


A PDVSA press official declined to comment.

The drop comes amid increased pressure from the U.S. government, with the Treasury Department threatening to sanction 50 vessels on top of previous banned companies operating ships lifting crude from Venezuela, including those belonging to PDVSA trading with Cuba.

The once-prolific Orinoco Belt has been hit the hardest, with an expected 79% drop in output, according to the document. Production in the light crude fields of the Maracaibo basin has dropped 45%.
........
https://finance.yahoo.com/news/venezuel ... tEXiNZr8xM

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64348
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 17 juin 2020, 20:19

Venezuela: la production de pétrole chute à des niveaux plus vus depuis 1943

AFP•17/06/2020

La production de pétrole du Venezuela, dont l'or noir a longtemps fait la richesse, a chuté en mai à des niveaux inédits depuis près de 80 ans, une dégringolade qui alimente l'effroyable crise économique que traverse le pays sud-américain.
En compilant des "sources secondaires" -- qui font référence en la matière -- l'OPEP indique dans son rapport mensuel publié mercredi que le Venezuela a pompé chaque jour en mai 54.000 barils de moins qu'en avril, tombant à un total de 570.000 barils par jour (b/j).

Le Venezuela n'a jamais aussi peu produit depuis 1943. A l'époque, le pays, par la suite membre fondateur du cartel des pays producteurs, extrayait en moyenne 491.463 b/j, selon les chiffres du gouvernement consultés par l'AFP.

..................
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 16ee96015a

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64348
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 04 juil. 2020, 07:53

Venezuela: les plateformes pétrolières paralysées faute de pouvoir écouler leur brut

AFP parue le 03 juill. 2020

Les plateformes pétrolières du Venezuela sont complètement paralysées, faute de pouvoir écouler leur brut, notamment à cause des sanctions américaines et de l'effondrement du secteur pétrolier, selon le décompte de la société Baker Hughes.

Ainsi, aucune plateforme pétrolière d'extraction de brut n'était en activité en juin, contre 22 un an avant au même moment, et plus d'une centaine en 1998.

Hautement dépendant du pétrole, le Venezuela "connaît une détérioration importante de ses champs (pétroliers) (...) et maintenant, il n'a plus à qui le vendre, ni où stocker le brut", explique à l'AFP le spécialiste pétrolier et professeur d'université Luis Oliveros.

Carlos Mendoza Potella, conseiller de la Banque centrale du Venezuela (BCV) en matière pétrolière, abonde dans le même sens. "Les stocks sont au maximum, tu ne peux pas faire tourner les puits comme ça (...). Si tu n'as pas où entreposer ta production, car tu ne peux pas faire partir les bateaux, tu arrives à zéro", explique-t-il à l'AFP.

La production de pétrole du Venezuela, dont l'or noir a longtemps fait la richesse, a chuté en mai à des niveaux inédits depuis près de 80 ans, une dégringolade qui alimente l'effroyable crise économique que traverse le pays sud-américain.

En compilant des "sources secondaires" -- qui font référence en la matière -- l'OPEP indique dans son rapport mensuel publié mercredi que le Venezuela a pompé chaque jour en mai 54.000 barils de moins qu'en avril, tombant à un total de 570.000 barils par jour (b/j).

Cette chute, pour spectaculaire qu'elle soit, s'inscrit dans le lent processus de décrépitude du secteur pétrolier vénézuélien qui produisait 3,2 millions de barils/jour il y a douze ans encore.

Si l'opposition autour de Juan Guaido met en avant un cocktail de corruption, de gabegie et d'incompétence pour expliquer cette chute, le pouvoir chaviste pointe du doigt l'éventail des sanctions prises par Washington contre le secteur pétrolier visant à mettre le président socialiste Nicolas Maduro sous pression.

Jusqu'à 2018, le Venezuela envoyait 500.000 b/j de brut aux Etats-Unis et recevait de ce pays 120.000 b/j de pétrole léger et d'additifs nécessaires au raffinage. Mais en avril 2019, l'administration du président Donald Trump a mis en place un embargo sur le pétrole vénézuélien particulièrement draconien.

En outre, souligne la société S&P Global Platts, Caracas a dû réduire ces dernières semaines sa production de brut en raison de "limitation de stockage" et du "manque de pétrole léger" pour fluidifier le brut extra-lourd et le rendre transportable.

En mars, confronté à un manque de liquidités indispensables pour se fournir en essence à l'étranger, le Venezuela est tombé en panne sèche. Le pays a connu une pénurie de carburants que seule l'arrivée de cinq pétroliers iraniens chargés de 1,5 million de barils de combustibles a réussi à palier.
https://www.connaissancedesenergies.org ... rut-200703

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64348
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » 05 juil. 2020, 00:57

La justice britannique refuse de rendre ses 31 tonnes d'or à Nicolás Maduro
Un juge a estimé jeudi que le chef de l'opposition vénézuélienne, Juan Guaido, était bien le «président par intérim» du pays, empêchant ainsi la récupération des sommes déposées à la Banque d'Angleterre par le gouvernement.


Par Le Figaro avec AFP Mis à jour le 3 juillet 2020

Un juge britannique a estimé jeudi que le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido était bien le «président par intérim» du pays, empêchant ainsi la récupération de 31 tonnes d'or déposées à la Banque d'Angleterre par le gouvernement de Nicolás Maduro, qui a annoncé faire appel. «Le gouvernement britannique reconnaît M. Guaido en tant que président constitutionnel par intérim du Venezuela» et «en vertu de la doctrine 'une seule voix', la cour doit accepter cette déclaration comme sans équivoque», a écrit le juge Nigel Teare dans sa décision, publiée une semaine après la fin des quatre jours d'audience.

La Banque centrale du Venezuela (BCV) a aussitôt annoncé qu'elle allait faire appel. Ce jugement «ignore entièrement la réalité de la situation sur le terrain», a fait valoir Sarosh Zaiwalla, l'avocat de la BCV. Le gouvernement du président vénézuélien Nicolas Maduro a réclamé de son côté jeudi l'ouverture d'une enquête au Venezuela pour déterminer les «responsabilités» devant ce «vol éhonté» de l'or vénézuélien déposé à la banque d'Angleterre, a déclaré devant la presse à Caracas la vice-présidente Decly Rodriguez. «Cela démontre que l'administration de Maduro se trouve de plus en plus isolée (...) du point de vue de son accès au système financier international», a réagi auprès de l'AFP Diego Moya-Ocampos, expert des Amériques pour le cabinet d'analyses IHS Markit.
..........
https://www.lefigaro.fr/flash-eco/or-ve ... o-20200703

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2170
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Venezuela

Message par tita » 15 juil. 2020, 07:34

En compilant des "sources secondaires" -- qui font référence en la matière -- l'OPEP indique dans son rapport mensuel publié mercredi que le Venezuela a pompé chaque jour en mai 54.000 barils de moins qu'en avril, tombant à un total de 570.000 barils par jour (b/j).
Et ça s'est encore aggravé en juin, puisque la production du Venezuela est tombée à 356 kb/j. Soit la moitié de ce que le Venezuela produisait encore au premier trimestre,

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64348
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Venezuela

Message par energy_isere » Hier, 01:35

Le Venezuela n'a plus aucun appareil de forage petrolier en activité :
Venezuela’s Rig Count Officially Falls To Zero

By Tsvetana Paraskova - Aug 05, 2020

Venezuela no longer has any operational oil rigs after the last oilfield services firm that was still drilling for oil in the country holding the world’s largest crude oil reserves pulled its only rig out of service.

As of June 2020, Venezuela had one operational rig, according to the monthly international rig count of Baker Hughes.
https://oilprice.com/Energy/Energy-Gene ... -Zero.html

Répondre