[Aérien] constructeurs en difficultés

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 14 mai 2020, 09:53

Airbus envisagerait une restructuration avec des licenciements "importants"

le 14/05/2020

Airbus étudierait un important plan de restructuration, selon plusieurs sources. L'avionneur européen a prévenu en avril qu'il prendrait toutes les mesures nécessaires pour assurer son avenir après la crise du Covid-19.
...........
lire https://www.usinenouvelle.com/article/a ... ts.N964116

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 20 mai 2020, 14:40

Le motoriste Rolls Royce, équipementier d'Airbus, prévoit de supprimer 9 000 postes

Usine Nouvelle le 20/05/2020.

Rolls-Royce prévoit la suppression d'au moins 9 000 postes dans l'aérien civil et au sein de son siège de Derby, en Angleterre. Cette coupe de 17 % de ses effectifs devrait lui permettre d'économiser 1,3 milliard de livres par an (1,45 milliard d'euros), tout en lui faisant débourser environ 800 millions de livres en coûts de restructuration. Des fermetures d'usines sont envisageables.

Rolls-Royce a annoncé mercredi 20 mai qu'il procéderait à 9 000 suppressions de poste, au moins, soit près de 17% de ses effectifs, pour s'adapter à la crise que traverse le secteur aérien.

Le motoriste, qui fournit Boeing et Airbus, a précisé que ces suppressions de postes concerneraient ses activités dans l'aérien civil, mais aussi son siège de Derby, situé dans le centre de l'Angleterre. Situé à Neuilly-sur-Seine, le bureau commercial français de la société n'est pas concerné.

Plusieurs sites pourraient être fermés

Elles devront lui permettre d'économiser 1,3 milliard de livres par an (1,45 milliard d'euros), tout en lui faisant débourser environ 800 millions de livres en coûts de restructuration.

Ce projet pourrait en outre aboutir à la fermeture de plusieurs sites, a précisé le directeur général de Rolls-Royce, Warren East au micro de la BBC.

"Il faut ajuster nos capacités à la demande à venir", a-t-il justifié.

Des solutions pour soutenir les salariés concernés

Prié de commenter ces annonces, le ministre britannique de la Justice, Robert Buckland a déclaré que Londres allait réfléchir à des solutions pour soutenir les salariés concernés.

"Nous allons nous pencher, non seulement sur Rolls-Royce, mais aussi sur l'ensemble du secteur et sur les implications pour l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, il ne faut pas les oublier (...)", a-t-il dit.

Quelques instants après l'ouverture des cotations à la Bourse de Londres, le titre Rolls-Royce perdait 2,39%.
https://www.usinenouvelle.com/article/e ... te.N966546

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 06 juin 2020, 11:14

Le canadien Bombardier annonce 2.500 suppressions d’emplois dans sa branche aviation
CRISE Cela représente 10 % des effectifs de l’entreprise, en difficulté avant la crise sanitaire

20 Minutes avec AFP Publié le 05/06/20

Le groupe canadien Bombardier a annoncé vendredi environ 2.500 suppressions de postes dans sa branche aviation, pendant l’année 2020, en raison de l’impact de la pandémie de coronavirus sur ses activités. « Bombardier Aviation a pris la décision difficile de réduire ses effectifs d’environ 2.500 employés. La majorité de ces réductions toucheront les activités manufacturières au Canada et elles seront effectuées progressivement pendant l’année 2020 », a annoncé le groupe dans un communiqué.

Ces suppressions de postes représentent environ 10 % des effectifs de Bombardier Aviation, branche qui construit des avions d’affaires et compte environ 22.000 employés parmi les 60.000 du groupe. Pour expliquer cette décision, le groupe souligne « la baisse prévue des livraisons d’avions d’affaires dans l’ensemble de l’industrie d’environ 30 % sur 12 mois en raison de la pandémie ». « Bombardier doit ajuster ses activités et ses effectifs pour s’assurer d’émerger de la crise actuelle sur de solides bases », ajoute le groupe, dont le siège se situe à Montréal.

200 millions de dollars de perte au premier trimestre
« C’est une question d’ajuster à la taille du marché pour être compétitif », a précisé Mark Masluch, porte-parole de Bombardier, dans une interview à la chaîne publique Radio Canada. Début mai, l’ancien fleuron industriel canadien a déclaré une perte de 200 millions de dollars américains au premier trimestre en raison de l’impact du coronavirus. Bombardier a conclu en février un accord pour la vente de sa branche Transport (ferroviaire) au groupe français Alstom et à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), pour un prix compris entre 5,8 et 6,2 milliards d’euros.

Le groupe s’est également retiré de l’aviation commerciale pour se concentrer exclusivement sur les jets d’affaires. Après l’annonce de la cession, le groupe avait indiqué le départ de son PDG Alain Bellemare, à la tête de Bombardier depuis 2015, et remplacé depuis par Eric Martel, ancien patron du géant public québécois de l’électricité Hydro-Québec. Lourdement endetté, Bombardier a enregistré une perte de 1,6 milliard de dollars américains en 2019, contre un bénéfice de 318 millions l’année précédente.
https://www.20minutes.fr/economie/27935 ... e-aviation

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 08 juin 2020, 13:00

A Toulouse, la filière aéronautique redoute le "syndrome Détroit"

REUTERS•08/06/2020

Capitale européenne de l'aéronautique et du spatial, Toulouse pourrait être durement touchée par l'effondrement du trafic aérien mondial provoqué par la pandémie de coronavirus.

Derrière Airbus, qui a déjà réduit sa cadence de production de 30%, toute une filière redoute les conséquences en cascade sur l'emploi et un possible "syndrome Détroit" en référence à l'ancienne capitale américaine de l'automobile en déclin depuis les années 1970.

Portée par les prévisions du marché qui tablait sur plus de huit milliards de passagers par an en 2037 puis "sidérée" par l'arrêt brutal du transport aérien et son redémarrage qui s'annonce lent et difficile, la filière aéronautique en Occitanie accuse le coup depuis le début de la crise du COVID-19.

"Ce secteur représente 110.000 emplois dans la région, la sous-traitance à elle-seule, 86.000 emplois et les achats d'Airbus auprès des entreprises locales, 5 milliards d'euros. Quand Airbus tousse, tout le monde est malade", résume Alain Di Crescenzo, président de la Chambre de commerce et d'industrie Occitanie.

"Nos prévisions portent sur une baisse des achats de l'avionneur de 50% en 2020, d'un tiers en 2021 et de 25% l'année suivante. Si on réduit l'activité de 50%, c'est autant d'emplois qui se trouvent menacés, soit 40.000 emplois directs et autant d'emplois indirects", s'inquiète le président de la CCI régionale.

Alerté par les suppressions d'effectifs chez Boeing et Rolls Royce, Alain Di Crescenzo redoute un "double-réflexe" chez Airbus qui pousserait l'avionneur à "réinternaliser et restructurer".

"Aujourd'hui la filière aéronautique est sous perfusion mais quand les charges vont réapparaître, qu'il faudra rembourser les prêts garantis par l'Etat et arrêter le chômage partiel, c'est là que tout va commencer et que le syndrome Détroit pourrait se déclencher. Si on ne fait rien, on pourrait tuer la première filière aéronautique européenne", explique-t-il.

Malgré le plan de soutien que doit annoncer mardi le gouvernement, Alain Di Crescenzo redoute une "première vague de conséquences économiques et sociales entre l'été et la fin de l'année".

Le gouvernement français devrait annoncer mardi un fonds d'investissement doté d'environ un milliard d'euros pour venir en aide au secteur aéronautique, notamment ses sous-traitants.

Une échéance qu'entrevoit aussi Serge Dumas, à la tête de Gillis Aerospace, fabricant de vis et pièces de fixations pour l'aéronautique et le spatial, basé dans le Tarn-et-Garonne.

DE L'EUPHORIE À LA SIDÉRATION

"En février, nous étions en pleine euphorie, on pratiquait le juste à temps. En quelques jours, on est passés de l'accélération à fond au freinage à fond, à la sidération. On a mis un certain temps à prendre la mesure de ce qu'il se passait", raconte le dirigeant de cette PME de 45 personnes, au chiffre d'affaires de 5 millions d'euros.

Après avoir ajourné un investissement de 800.000 euros pour un nouveau bâtiment et une nouvelle machine, l'entreprise qui fournit Liebherr, Ratier-Figeac ou Latécoère, s'inquiète de devoir procéder à des "ajustements" sur ses effectifs.

"Au-delà de juillet les plannings de livraison s'effilochent car nos clients nous demandent de repousser nos livraisons à 2021. Le second semestre risque d'être difficile (...) Le mono-secteur c'est gravissime mais pour l'instant le bateau coule et apprendre des techniques de nage en plein naufrage, ce n'est pas possible", explique Serge Dumas.

Dans un rapport, fin avril, la Fondation Copernic, Attac, les Amis du Monde diplomatique et l'Université populaire de Toulouse, ont aussi émis l'hypothèse d'un "syndrome Détroit" à Toulouse et dénoncé "la cécité collective" qui depuis plus de trente ans, du fait de la mono-industrie, a entraîné la dépendance de l'économie locale au secteur aéronautique.

Aujourd'hui, les activités aéronautiques et spatiales représentent, selon les données de l'Insee, 70% du chiffre d'affaires des entreprises de la chaîne d'approvisionnement.

"Avant la crise sanitaire, la filière aéronautique régionale connaissait une phase de croissance très forte. 2019 a été l'année de tous les records dans ce secteur tiré par les succès d'Airbus. La chute a été d'autant plus brutale, le choc d'autant plus fort", explique Caroline Jamet, directrice régionale Insee Occitanie.

Trois entreprises sur dix de la filière dépendent à plus de 50% du marché aéronautique et d'un client principal confirme l'Insee qui au 7 mai, estimait à -38% la baisse d'activité globale en Haute-Garonne, contre -33% au plan national. Un recul plus prononcé directement lié, selon l'institut de statistique, aux difficultés du secteur aéronautique et de sa locomotive, Airbus.

"Inquiet à court terme", Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse, réfute néanmoins tout scénario catastrophe "à la Détroit".

Pour l'élu toulousain, la "relance de l'aéronautique" doit se faire en accélérant certaines mutations et notamment "la décarbonation de la filière".

"Nos entreprises ont un tel savoir-faire qu'elles peuvent se diversifier dans d'autres domaines: la défense, la médecine ou l'énergie", affirme Jean-Luc Moudenc.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 3331029f0f

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 10 juin 2020, 08:11

15 milliards d'euros pour soutenir la filière aéronautique française

AFP•10/06/2020

Fonds de soutien aux entreprises en difficulté, financement de la recherche vers l'avion neutre en carbone en 2035, commandes anticipées: le gouvernement français a dévoilé mardi un vaste plan de soutien de 15 milliards d'euros à la filière aéronautique, ravagée par la crise du coronavirus.

Après un plan pour le tourisme de 18 milliards d'euros, un autre pour l'automobile de 8 milliards, le gouvernement a de nouveau sorti l'artillerie lourde pour soutenir un secteur stratégique qui représente 300.000 emplois directs et indirects et une balance commerciale positive de 34 milliards d'euros.

Le secteur est en effet victime de l'effet cascade de l'effondrement du trafic aérien et des difficultés financières des compagnies aériennes, amenées à annuler ou reporter des commandes. La crise met "la survie d'Airbus en jeu", selon son patron Guillaume Faury. Et avec celle du mastodonte aux 48.000 salariés en France, celle d'une myriade d'équipementiers.

Le patron d'Airbus s'est dit mardi "très satisfait" des mesures adoptées. Elles permettront de "préserver la santé" de la chaîne de fournisseurs, selon le président du Groupement des industries aéronautiques et spatiales (Gifas) Eric Trappier.

L'Etat avait déjà annoncé 7 milliards d'aides en prêts à Air France pour sauver la compagnie et lui permettre de concrétiser ses commandes de 60 Airbus A220 et 38 gros-porteurs A350, qui donneront du travail à l'avionneur et à ses fournisseurs.

"Tout a été compliqué dans l'élaboration de ce plan, mais on y est arrivé", se félicite-on à Bercy.

Outre les mesures de chômage partiel qui devraient être allongées et les prêts garantis par l'Etat, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé l'extension des garanties export et un moratoire sur le remboursement des crédits à l'export.

Un fonds d'investissement doté de 500 millions d'euros va être créé dès cet été pour abonder en fonds propres les PME et entreprises de taille intermédiaire en situation de fragilité.

La banque publique BPIFrance "apportera 200 millions d'euros, les industriels (Airbus, Safran, Dassault Aviation et Thales, ndlr) 200 millions d'euros également, 100 millions au moins seront fournis par le gestionnaire de fonds qui sera choisi par appel d'offres", a précisé Bruno Le Maire. A terme, le fonds permettra de lever un milliard d'euros selon lui.

Un autre fonds de modernisation de l'outil de production doté de 300 millions sur trois ans doit accompagner la numérisation et la robotisation des PME et des ETI.

- "Accélération de 10 ans" -
Cette filière étant "duale", travaillant à la fois pour le civil et le militaire, le ministère des Armées va également contribuer, en anticipant dès cette année des commandes d'aéronefs militaires qui étaient prévues pour plus tard, à hauteur de 600 millions d'euros, soit environ 5% de son budget d'équipement, selon la ministre Florence Parly.

Douze autres hélicoptères (232 millions d'euros) seront par ailleurs commandés pour la gendarmerie et la sécurité civile.

Le plan ambitionne également de préserver la capacité de l'industrie à innover et préparer l'avion du futur. "On aurait pu faire un pari qui était un pari de relance de la demande mais ça aurait été de l'argent jeté en l'air et un pari de très court terme", confie-t-on à Bercy.

Les avions Airbus représentant 45% des moyen et long-courriers et Safran motorisant 70% des moyen-couriers dans le monde, "soutenir l'industrie aéronautique française est indispensable" à la réduction des émissions de CO2 du trafic aérien mondial, a observé la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne".

L'Etat va donc consacrer 1,5 milliard d'euros de financement public sur trois ans pour "parvenir à un avion neutre en carbone en 2035" grâce notamment à la propulsion à hydrogène.

"C'est une accélération de 10 ans par rapport aux objectifs initiaux de la filière. Cela nous permettra de fixer les nouveaux standards mondiaux de l'avion bas carbone", a estimé Mme Borne.

Un objectif de neutralité carbone "ambitieux" mais "faisable", s'accordent les industriels.

"Le fait de garder des compétences clés, uniques au monde, et essayer de conserver ou de créer l'avance que nous avons sur nos concurrents américains est très important", a jugé le PDG de Thales Patrice Caine.

Greenpeace a quant à elle regretté que le "gouvernement continue à se voiler la face sur l'essentiel", à savoir la réduction du trafic aérien.

Jugeant "rassurantes" ces annonces, les syndicats, à l'image d'Edwin Liard, secrétaire fédéral FO de la Métallurgie, font toutefois part de leurs "inquiétudes sur l'emploi".

"L'Etat a été à la hauteur. Aux entreprises de l'être à leur tour" en s'interdisant de d'annoncer des plans sociaux, a jugé la CFE-CGC.

"Nous ferons au mieux pour éviter des licenciements durs" mais "vous n'aurez pas d'engagement de ma part", a affirmé le patron de Safran, Philippe Petitcolin sur franceinfo.

Sans ce plan, "un tiers des emplois de la filière auraient disparu", a pour sa part jugé Bruno Le Maire, appelant les industriels à tout "faire pour éviter les départs contraints".
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... d484f9491a

Jeuf
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1353
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : Poitou

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par Jeuf » 10 juin 2020, 12:10

15 milliards d'euros pour 300 000 emplois.

Avec deux fois moins d'argent, on donne un revenu de base de 1000 euros pour tout ce monde pendant 2 ans, et il rembauche soit à faire voler des avions , s'il y a de la demande MAIS c'est pas dut tout une bonne idée (et il ne faut pas relancer la demande, il faut taxer le kérozène),
soit, une partie d'entre eux au moins, a largement le temps de se mettre à trouver à faire autre chose en deux ans.

à part ça :

Image

Pétroleur
Brut léger
Brut léger
Messages : 426
Inscription : 05 juin 2019, 19:03
Localisation : Val d'Oise

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par Pétroleur » 10 juin 2020, 15:04

Le train, en terme de nuisance sonore, est équivalent à une piste d'atterrissage de 1000 km de long. :twisted:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 20 juin 2020, 15:23

Airbus en face de décisions "amères" pour l'emploi "avant fin juillet"

AFP•20/06/2020

De nouvelles réductions de cadence de production sont à envisager pour Airbus qui pourrait être amené à prendre des décisions "amères" et "difficiles" pour l'emploi "avant fin juillet", a prévenu le président executif du constructeur aéronautique européen.

Dans une lettre adressée aux près de 140.000 salariés du groupe et publiée par le journal La Tribune samedi, Guillaume Faury leur indique qu'il a "l'intention de revenir" vers eux "avant fin juillet avec plus de détails" sur le "plan d'adaptation" du groupe, qui a déjà réduit de 40% sa production pour 2020 et 2021 comparé aux prévisions précédentes pour ces deux années, afin de faire face à la crise du Covid-19.

Selon M. Faury, le niveau de trafic aérien de 2019 ne sera pas retrouvé au niveau mondial avant 2023 "au mieux", "voire 2025".

"La crise du secteur de l'aviation sera longue et d'une ampleur telle qu'elle nécessite que nous prenions des mesures plus importantes" que celles déjà prises chez Airbus, explique le responsable.

"L'ampleur de la crise du Covid-19 pour notre secteur impose à Airbus de s'adapter. Cette adaptation signifie en fait une réduction significative du format de notre entreprise. Après des décennies de croissance ininterrompue, c'est une véritable épreuve. Elle nous contraint à des décisions amères", ajoute M. Faury dans sa lettre qui évoque aussi le besoin de "courage" face à "des décisions difficiles".

"Ces décisions sont malheureusement nécessaires pour protéger l'avenir de notre entreprise", estime le dirigeant.

Devant des cadres du groupe, il avait déjà indiqué qu'un plan de restructuration comprenant des suppressions d'emplois serait nécessaire.

"Nous sommes déterminés à préserver autant que possible le savoir-faire de l'entreprise", souligne néanmoins M. Faury, "c'est aussi ce qui explique que nous ne nous soyons pas précipités pour annoncer quoi que ce soit plus tôt".
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 405ee1bc0c

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 29 juin 2020, 13:40

Airbus s'attend à devoir réduire sa production de 40%, dit Faury à Die Welt

REUTERS•29/06/2020

Airbus s'attend à devoir réduire de 40% sa production au cours des deux prochaines années, a déclaré lundi le président exécutif de l'avionneur européen au journal allemand Die Welt.

Le groupe devra s'adapter à cette diminution de la production, a ajouté Guillaume Faury tout en refusant de faire le moindre commentaire sur la réorganisation que cela impliquerait.

"Pour les deux prochaines années, 2020-2021, nous considérons que la production et les livraisons serons inférieures de 40% à ce que nous avions initialement prévu", a-t-il dit.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 003aba7108

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 30 juin 2020, 23:13

Airbus annonce la suppression d'environ 15.000 postes, un chiffre "excessif" pour Paris

AFP•30/06/2020

Airbus a annoncé mardi la suppression d'environ 15.000 postes, soit 11% de ses effectifs, dont le tiers en France, et n'exclut pas des licenciements secs pour faire face à la "crise sans précédent" subie par le secteur du transport aérien terrassé par le Covid-19, un plan aussitôt jugé "excessif" par le gouvernement français.

Environ 5.100 postes seront supprimés en Allemagne, 5.000 en France, 1.700 au Royaume-Uni, 900 en Espagne et 1.300 sur les autres sites du groupe dans le monde, a précisé mardi soir l'avionneur européen dans un communiqué.

Le groupe aux 135.000 salariés comptait fin 2019 49.000 collaborateurs en France, 45.500 en Allemagne, 12.500 en Espagne et 11.000 au Royaume-Uni.

"Nous devons faire face à la réalité que 40% de notre activité dans le secteur des avions commerciaux a disparu et qu'il faudra très probablement beaucoup de temps pour remonter, nous devons donc prendre des mesures décisives maintenant", a expliqué le président exécutif d'Airbus, Guillaume Faury, lors d'une conférence téléphonique.

Si l'avionneur n'exclut pas des licenciements, il compte sur les départs volontaires, des mesures de retraite anticipée et sur les dispositifs de chômage partiel pour les limiter.

"Les départs contraints qui auront lieu devraient être au bout du compte bien plus limités que les chiffres annoncés aujourd'hui", a ajouté le dirigeant.

Les dispositifs de chômage partiel de longue durée en France et en Allemagne, en fonction de leurs "modalités précises", pourraient permettre de préserver "jusqu'à 1.000 emplois" en France, et 1.500 en Allemagne, a ensuite précisé M. Faury à l'AFP.

L'ampleur du plan a été immédiatement déplorée par le ministère français de l'Economie.

"Le secteur de l'aéronautique fait face à un choc massif, brutal et durable. Il est fort probable que la reprise sera progressive. Nous ne l'avons jamais caché", a-t-il réagi, rappelant le plan de 15 milliards d'euros adopté par la France en soutien au secteur aéronautique.

"Néanmoins, le chiffre de suppressions d'emplois annoncé par Airbus est excessif", a-t-il dénoncé, en demandant de "réduire au maximum les départs contraints".

Guillaume Faury a concédé que ce plan était "sans précédent" dans l'histoire de l'avionneur et ne pas s'attendre "à beaucoup de soutien dans ce type de situation même si nous travaillons étroitement" avec les gouvernements concernés.

........
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 65be28ce0b

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 02 juil. 2020, 19:15

Airbus: 3.500 suppressions de postes à Toulouse, selon la CFE-CGC

PUBLIÉ LE 02/07/2020 TOULOUSE (Reuters)

Airbus va procéder à 3.500 suppressions de postes sur les 5.000 prévues en France dans le cadre du plan de restructuration prévu par l'avionneur européen, a-t-on appris jeudi auprès de la CFE-CGC du groupe.

"Toulouse paie un lourd tribut avec 3.500 postes supprimés mais c'est proportionnel au nombre de salariés. Nantes paie aussi un lourd tribut avec près de 20% de suppressions. Personne n'est épargné", a déclaré Françoise Vallin, représentante CFE-CGC Airbus.

Airbus a annoncé mardi son intention de supprimer environ 15.000 postes d'ici l'été 2021, dont un tiers en France, dans le cadre de ce plan de restructuration mis en place pour faire face à la crise du secteur aérien provoquée par la pandémie liée au nouveau coronavirus.
https://www.usinenouvelle.com/article/a ... gc.N981996

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 03 juil. 2020, 00:19

Airbus: 484 postes supprimés à Nantes, selon la CGT

REUTERS•02/07/2020 NANTES

Un total de 484 postes seront supprimés sur le site d'Airbus Nantes, dans le cadre du plan de restructuration prévu par l'avionneur européen, selon la CGT.

Airbus a annoncé mardi son intention de supprimer environ 15.000 postes d'ici l'été 2021, dont un tiers en France, dans le cadre de ce plan de restructuration mis en place pour faire face à la crise due au coronavirus.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 70845a44a8

Répondre