[Aérien] constructeurs en difficultés

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 09 avr. 2009, 14:31

Dassault Aviation plombé par les annulations de commandes.

L'avionneur français a enregistré plus d'annulations que de commandes de jets d'affaires Falcon au premier trimestre 2009. Il envisage ainsi de mettre en œuvre des mesures de chômage partiel.


08/04/2009 Le Figaro

Le groupe Dassault Aviation a indiqué mercredi qu'au cours des trois premiers mois de l'année, le solde des prises de commandes était négatif de 27 avions, alors que sur la même période en 2008, il était positif de 28. «Ce chiffre négatif est dû au fait que nous avons enregistré plus d'annulations de Falcon que de nouvelles commandes», a expliqué le groupe, victime comme ses rivaux de la crise économique. Cette baisse de l'activité a ainsi plombé le chiffre d'affaires du groupe, qui a baisse de 28% à 545 millions d'euros sur cette période de référence. «Ces données intermédiaires ne sont pas comparables car non représentatives des chiffres d'affaires annuels», a cependant tenu à préciser le groupe.

Chômage partiel et réduction de la production

Mais face à la dégradation de la conjoncture, la direction du groupe a décidé de réagir, indiquant qu'elle se réservait la possibilité de mettre en œuvre des mesures de chômage partiel à partir du premier septembre afin de réduire sa production d'avions. Selon un syndicat, le groupe a également demandé à ses salariés de disposer de «la totalité de leurs jours de congé le plus tôt possible» et a déplacé une semaine de RTT en juin, alors que cette dernière devait normalement être prise à Noël. Un porte-parole de l'entreprise ayant confirmé que «des mesures vont être prises en matière de congé». Dassault Aviation devrait également procéder au gel des embauches en production et arrêter de recourir aux travailleurs intérimaires. Ces mesures ont été annoncées aux salariés du groupe mercredi, à l'occasion d'un comité central d'entreprise extraordinaire.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 14 avr. 2009, 19:54

Aerobar ( http://aerobarfilms.over-blog.com/article-30122777.html ) pointe cet article du 10 Avril de les echos
http://www.lesechos.fr/info/aero/485293 ... chaine.htm

qui dit
Airbus table sur une sortie de crise dès l'année prochaine
Bel optimisme !

Ils avaient pas encore vu les 1750 suppression de post chez Quantas avec le report de commande d' appareils .....
(info du jour)

Avatar de l’utilisateur
osas09
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 364
Inscription : 15 oct. 2007, 11:44

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par osas09 » 22 avr. 2009, 15:37

Une bonne nouvelle pour Airbus même si rien n'est encore fait:
l[url=http://www.lesechos.fr/info/aero/4856404.htm]les échos[/url] a écrit : A400M : les pays clients ont signé le moratoire de trois mois
EADS a jusqu'à fin juin pour convaincre qu'il peut sauver le contrat de 20 milliards d'euros, le plus gros en matière d'armement jamais signé en Europe. La question du partage des surcoûts reste entière.

C'est fait : les sept pays (dont la Turquie) ayant commandé 180 exemplaires de l'A400M, le futur avion de transport militaire, ont signé hier, via l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (Occar), le contrat dit « stand still » ajournant pour trois mois l'application du contrat actuel avec EADS. « EADS avait signé ce week-end », a confirmé aux « Echos » Hervé Morin, le ministre de la Défense français. Les parties se donnent donc jusqu'à fin juin pour jeter les bases d'un nouvel accord sans remettre en cause les clauses du contrat en cours. « Mon but est de sauver ce programme », rappelle le ministre, alors que les premières livraisons ont pris trois ans de retard au moins.

L'ouverture de cette négociation peut permettre au groupe aéronautique d'échapper à de faramineuses pénalités de retard, ou au remboursement des avances reçues, risque auquel il est théoriquement soumis depuis le 1er avril selon les clauses du contrat actuel. Il y en a en tout pour plus de 5 milliards d'euros. Et pour les armées de l'air clientes, un futur contrat, c'est l'espoir d'obtenir un calendrier précis (et fiable) de livraison des appareils, qui sont très attendus. En France notamment, où les vénérables Transall n'en peuvent plus. Reste à régler la question du partage des surcoûts occasionnés par les retards. Equation pas facile à résoudre... alors qu'EADS, dit-on, aurait abandonné l'espoir de se décharger auprès de l'Occar d'une partie de la responsabilité industrielle. « Ce serait envoyer un signal négatif sur leur capacité à réussir », explique un bon connaisseur du dossier.

Tout faire pour aboutir

Cette bouffée d'oxygène de trois mois est donc la bienvenue pour les deux parties, même s'il a fallu pour cela qu'Hervé Morin se démène pour convaincre son homologue britannique de ne pas sortir du programme de 20 milliards d'euros, le plus gros en matière d'armement jamais signé en Europe. L'Espagne, très concernée industriellement, et l'Allemagne, en revanche, partagent le même but que la France de tout faire pour aboutir. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont en jeu, ne cessent de rappeler les responsables d'EADS.

En attendant, l'A400M continue ses essais de moteurs, alors que Safran, l'un des quatre motoristes de l'avion, estime probable un premier vol avant la fin de l'année.
Image

Avatar de l’utilisateur
navidad
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1782
Inscription : 13 mars 2008, 09:56

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par navidad » 07 mai 2009, 11:31

PARIS (Reuters) - Airbus annonce avoir enregistré seulement 11 commandes nettes entre le 1er janvier et le 30 avril, un chiffre qui illustre le ralentissement économique mondial et la difficulté des compagnies aériennes à obtenir des financements.

Ce chiffre tient compte des 19 annulations qui ont été enregistrées sur la période par le constructeur aéronautique, filiale du groupe européen EADS.

Airbus a livré ces quatre derniers mois 162 appareils, dont 69 de la famille des monocouloirs A320, 39 A319 et 26 A321.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 12 mai 2009, 16:28

Le salon du Bourget ouvre dans un mois. (15 au 21 juin 2009)
http://www.salon-du-bourget.fr/GrandPub ... fault.aspx

D' habitude il y a des contrats énormes qui sont signés à cette occasion.
On va voir ce que ca donne cette année avec la crise.

Pour le moment EADS dit :
.......
Enfin, à quelques semaines du Salon du Bourget, EADS estime qu'Airbus enregistrera cette année 300 nouvelles commandes brutes mais précise que "cette prévision sera difficile à réaliser dans l'environnement commercial actuel". D'ailleurs, à la fin du premier trimestre, la société ne comptabilisait que 22 commandes brutes et seulement 8 nettes.

Capital.fr
Quand à Boeing il vient de perdre une commande de 25 B787 (le B787 qui attend toujours son premier vol).
source : http://www.boursier.com/vals/FR/aeronau ... 332396.htm

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 12 juin 2009, 20:54

Crise dans l'aviation d'affaires : Cessna licencie encore 1.300 personnes

Le constructeur d'avions d'affaires Cessna, filiale du groupe Textron, a annoncé vendredi la suppression de 1.300 emplois, portant à 8.200 le nombre de personnes licenciées depuis novembre en raison d'un effondrement du carnet de commandes.

"Nous avions déjà annoncé une réduction des effectifs portant sur 6.900 personnes entre novembre et le 29 avril, il y en aura 1.300 de plus", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la société, Doug Oliver.

"C'est uniquement dû à une réduction de la production d'appareils", a-t-il ajouté, "nous livrons moins d'avions que nous ne l'avions prévu".

M. Oliver a précisé qu'il y a un an le groupe avait projeté de livrer 535 appareils en 2009, un chiffre tombé, "à cause de la crise économique" entre 270 et 300. L'an dernier, Cessna avait livré 476 appareils.

Il a précisé que 800 personnes recevraient leur lettre de licenciement dans les deux semaines, les autres en août.

En conséquence un site de production situé à Bend (Oregon, nord-ouest des Etats-Unis) sera fermé, et d'autres sites seront touchés, à Columbus (Georgia, sud-est), à Independence (Kansas, centre) et à Wichita (Kansas), siège de la société, ce dernier site étant appelé à voir le plus grand nombre d'employés.

M. Oliver n'a pas indiqué le coût de ces licenciements, ni les économies attendues.

Fin avril, au moment de la dernière charette de suppressions d'emploi, Textron avait déjà indiqué que le coût de sa restructuration passerait de 40 millions à 75 millions de dollars.

Ce conglomérat industriel, également présent dans la construction d'hélicoptères (Bell), les matériels pour la défense et les équipements automobiles, avait supprimé ou annoncé la suppression de 8.300 emplois sur un total de 43.000 salariés, à la date du 29 avril.

Tous les constructeurs d'avions d'affaires sont touchés par la crise, qui pousse les entreprises à économiser et, pour certaines, à renoncer ou différer des achats parfois perçus comme un luxe inutile.

Le mois dernier le Français Dassault Aviation avait annoncé du chômage technique pour la fin de l'année en France, et la suppression de centaines d'emplois aux Etats-Unis.

En avril le canadien Bombardier, qui sort de ses chaînes le Learjet, avait annoncé la suppression de 10% de ses effectifs d'ici fin 2009.

Boursorama
Salon du Bourget ouvre ce weekend

Avatar de l’utilisateur
Thy
Goudron
Goudron
Messages : 140
Inscription : 17 nov. 2008, 12:41
Localisation : Ottignies (30 km de Bruxelles)

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par Thy » 15 juin 2009, 12:53

La Libre Belgique du jour: http://www.lalibre.be/index.php?view=ar ... _id=509401
Ciel menaçant au-dessus du Bourget

Le plus grand salon aéronautique a lieu du 15 au 21 juin, près de Paris. Il s'ouvre ce lundi dans un contexte morose, la crise frappant la clientèle.

Le quarante-huitième salon de l’aéronautique et de l’espace s’ouvre ce lundi au Bourget pour les professionnels. L’ambiance y est tout autre que celle des éditions précédentes. En 2005 et 2007, la compétition entre Boeing et Airbus entretenait le suspens : qui enregistrerait le plus de commandes d’avions commerciaux ? A tel point que la guerre transatlantique occultait les autres aspects de l’événement.


Entre-temps, la crise financière est passée par là. Le crédit est devenu rare et donc cher pour tout le monde, y compris les compagnies aériennes. L’activité économique, comme le pouvoir d’achat, étant en régression, le nombre de passagers et de tonnes de fret transportés est en chute libre, entraînant réduction des fréquences de vols et des capacités. Comme si cela ne suffisait pas, le virus AH1N1 tend, lui aussi, à réduire les mouvements et, pour tout arranger, le prix du pétrole, en hausse depuis plusieurs mois, accentue la pression sur les compagnies.


Résultat : depuis le début de l’année, compte tenu des annulations, Airbus a enregistré onze commandes nettes et Boeing... zéro. Dans ces circonstances, la vieille rivalité perd bien de son sel. Les 312 contrats d’avions civils enregistrés à Farnborough en 2008 et les 506 commandes du Bourget 2007 sont loin. Cette année, les prévisions optimistes oscillent entre 70 et 200 commandes. Sur un an, les perspectives ne sont pas meilleures. Lors de l’annonce de ses résultats, le 15 janvier dernier, Airbus prévoyait encore entre 300 et 400 commandes. L’estimation est descendue à 300 commandes brutes, ne tenant pas compte des annulations, et tout le monde, à Toulouse, s’accorde pour dire que l’objectif sera difficile à atteindre. Quoi qu’il en soit, on est loin des 777 appareils vendus en 2008, et plus encore des 1 341 de 2007.

Dans ce contexte, les constructeurs ajustent leurs cadences de production. Dès le début de la crise du crédit, en octobre 2008, Airbus a renoncé à augmenter le nombre d’A320 produits de 36 à 40 par mois. A partir d’octobre 2009, ce seront 34 unités qui sortiront des usines d’assemblage. La famille A330/A340, qui devait monter à 10 exemplaires par mois, reste à 8,5. Et la vedette A380 perd de son lustre, Airbus revoyant ses livraisons à la baisse, de 18 à 14 unités en 2009, et de 30 à 20 en 2010. Car, d’un seul coup, la clientèle se contractant, les transporteurs ne sont plus si intéressés par les avions de grosse, voire très grosse capacité. Boeing ralentit lui aussi sa cadence, la production de B777 reculant de 7 à 5 par mois, celle des B747-400 et B767 n’augmentant pas.


Les acheteurs potentiels ne se pressent donc pas au portillon. On parle de Ryanair, client traditionnel de Boeing. La semaine dernière, ILFC (International Lease Finance Corporation), le plus grand loueur au monde, a mis la pression sur Airbus en évoquant un report, voire une annulation, de ses dix A380 commandés. Avant de démentir et d’affirmer avoir encore besoin d’avion... au prix le plus juste. C’est aussi pour obtenir les meilleures conditions (on se croirait chez un concessionnaire automobile) que, malgré la crise qui l’ébranle, United Airlines lance un appel d’offres à Boeing et Airbus pour... 150 longs courriers.


Airbus, qui a par ailleurs annoncé son intention d’étendre ses activités dans les services, pour moins dépendre des cycles de ventes d’avions, maintient toujours ses prévisions de livraisons à 480 exemplaires cette année, tout comme Boeing. Car les carnets de commandes sont pleins, avec 4 000 appareils à livrer d’ici 2012, pour 7 000 au total. La situation est doublement paradoxale. Un : les compagnies aériennes prennent livraison, en temps de crise profonde, d’avions commandés en pleine croissance économique. Deux : cette année, les constructeurs vont livrer plus d’appareils qu’il ne leur en sera commandé, déséquilibre qui perdurera.

Ca si c'est pas de la décroissance ;)

Mais, bon, il y en a qui restent optimistes:

http://www.lalibre.be/economie/actualit ... chain.html
Boeing espère une reprise de l'industrie aéronautique l'an prochain
AFP

Mis en ligne le 15/06/2009

Le 48e Salon de l'aéronautique et de l'espace du Bourget, qui se tient tous les deux ans, fête cette année son centenaire dans un climat plombé par la crise, synonyme de moindres commandes pour les avionneurs, et par le crash toujours inexpliqué de l'Airbus A330 qui met le constructeur européen sous pression.
Le dirigeant de la branche commerciale de l'avionneur américain Boeing, Scott Carson, espère une reprise de l'industrie aéronautique l'an prochain, a-t-il déclaré lundi, au premier jour du Salon du Bourget, en banlieue parisienne. "Il n'y a pas de certitude, mais nous avons l'impression qu'il y a des raisons d'espérer que la reprise va commencer l'an prochain", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

M. Carson a en revanche douché tout espoir d'assister cette semaine au premier vol d'essai du nouveau long-courrier de Boeing, le 787 "Dreamliner", prévu aux Etats-Unis. "Si vous vous attendiez à un vol du +Dreamliner+ pendant le Salon du Bourget, vous allez être déçu", a-t-il lancé. Cependant, il a réaffirmé que Boeing prévoyait de faire ce vol d'essai d'ici la fin juin.

Le 48e Salon de l'aéronautique et de l'espace du Bourget, qui se tient tous les deux ans, fête cette année son centenaire dans un climat plombé par la crise, synonyme de moindres commandes pour les avionneurs, et par le crash toujours inexpliqué de l'Airbus A330 qui met le constructeur européen sous pression.

Avatar de l’utilisateur
navidad
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1782
Inscription : 13 mars 2008, 09:56

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par navidad » 26 juin 2009, 10:44

la routine
(AOF) - Qantas Airways a annulé une commande de 15 Boeing 787 "Dreamliner" qui auraient dû lui être livrés en 2014 et 2015 et reporté de quatre ans la livraison de 15 autres exemplaires de l'appareil. "Qantas avait annoncé sa commande initiale de B787 en décembre 2005 et les conditions d'activité pour les compagnies du monde entier ont à l'évidence dramatiquement évolué depuis lors", a expliqué dans un communiqué le directeur général de la compagnie aérienne, Alan Joyce. Qantas a précisé que ces mesures devraient lui permettre de réduire ses dépenses d'investissement de trois milliards de dollars.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 07 janv. 2010, 19:52

nouvelle année, c' est le moment de faire le point sur l' année écoulée chez les 2 gros constructeurs d' avions :
Boeing a livré 481 avions commerciaux en 2009, voit des "signes de reprise" :

AFP le 07/01/2010

Le constructeur aéronautique américain Boeing a annoncé jeudi qu'il avait livré 481 avions commerciaux en 2009, en ligne avec ses prévisions de 480 à 485 appareils, mais il devrait rester derrière son concurrent européen Airbus.

Au quatrième trimestre seul, le constructeur américain a livré 122 avions commerciaux, indique-t-il dans un communiqué.

En 2008, Boeing avait livré 375 avions, un chiffre nettement inférieur en raison d'une grève qui avait entravé la production.

Boeing devrait rester pour 2009 derrière Airbus qui, selon le quotidien La Tribune, devrait avoir livré 498 appareils en 2009, contre 483 en 2008, ce qui serait un nouveau record. Les chiffres officiels d'Airbus seront publiés le 12 janvier.

En 2009, Boeing est resté loin de son record, atteint dix ans plus tôt avec 620 livraisons, a précisé un porte-parole.

Le moyen courrier 737 Next Generation "demeure l'avion le plus vendu de la gamme avec 372 unités livrées. Cet appareil arrive également en tête des commandes enregistrées par Boeing avec 197 commandes brutes", poursuit le constructeur.

Le B777 a fait l'objet de 88 livraisons l'an dernier.

Boeing souligne avoir enregistré 405 commandes l'an dernier (263 commandes initiales et 142 commandes confirmées), contre 662 nouvelles commandes reçues en 2008, "en raison du repli enregistré par le secteur du transport de passagers et de marchandises, ainsi que des difficultés économiques importantes traversées par les compagnies du monde entier".

Ces chiffres portent le carnet de commandes à 3.375 unités, contre 3.700 pour l'année précédente, ajoute le communiqué.

L'avion long courrier de prochaine génération 787 "Dreamliner", qui a volé pour la première fois le 15 décembre avec plus de deux ans de retard, totalise pour l'instant 851 commandes, avec 24 commandes initiales enregistrées l'an dernier et 59 annulations, en raison du retard du programme.

La récession mondiale a dominé le secteur en 2009, "conduisant beaucoup de transporteurs à réévaluer les besoins de leur flotte à court et moyen terme", commente Boeing.

"L'année 2009 n'a pas été sans difficultés mais ce fut aussi une année de réalisations enthousiasmantes pour notre entreprise et notre secteur", a commenté Jim Albaugh, président de la branche commerciale de Boeing.

"Avec des signes d'une reprise en 2010, nous pensons avoir devant nous des jours meilleurs", a-t-il ajouté.

Troti
Brut léger
Brut léger
Messages : 408
Inscription : 09 juin 2009, 18:17
Localisation : Comme beaucoup d'autres, dans le Y

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par Troti » 07 janv. 2010, 20:16

energy_isere a écrit :nouvelle année, c' est le moment de faire le point sur l' année écoulée chez les 2 gros constructeurs d' avions :
...

"Avec des signes d'une reprise en 2010, nous pensons avoir devant nous des jours meilleurs", a-t-il ajouté.
Avec des compagnies qui font ce qu'elles peuvent pour rester en vie, le choix entre un pétrole chère ou économie en berne, avant d'avoir les deux en même temps, la méthode coué touche ici au sublime.
Comment fait-on pour que les ravioles ne collent pas?

emmort
Condensat
Condensat
Messages : 699
Inscription : 25 févr. 2009, 21:48
Localisation : Ans (Belgique)

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par emmort » 11 févr. 2010, 12:28

EADS menace d'arrêter me développement de l'A400M si les états ne crachent pas au bassinet!

Mais, ils en feraient quoi de leur trottinette? Il y en déjà eu une jolie dans la cour de récré si je ne m'abuse ? N'a-t-elle pas fait quelques tours il y a quelques mois/semaines?

Cela sent un peu le: "retenez-moi où je fais un maleur".

C'est beau mais ce sont nos sous qui partent dans leur conneries. (Aussi pour les Belges, :-( )

Avatar de l’utilisateur
osas09
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 364
Inscription : 15 oct. 2007, 11:44

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par osas09 » 22 mai 2010, 15:30

On croyait qu'airbus allait être affecter par la crise mais pas du tout!!! En fait c'est même lui qui sauve la région midi pyrénée de la crise.
métro a écrit : Midi Pyrénées évite les turbulences économiques

La région est une exception économique. Alors qu’en France l’industrie pâtit de la crise économique et financière, l’aéronautique permet à Midi-Pyrénées de tirer son épingle du jeu.

Passé sous l’œil des experts économiques, Midi-Pyrénées apparait comme un cas atypique : malgré son tissu industriel important, c’est une des régions en France qui résistent le mieux à la crise économique et financière mondiale qui sévit depuis deux ans.

Contrairement à ses homologues, comme la Franche-Comté (automobile), la Lorraine (sidérurgie) ou la Picardie (pneumatique), la région Midi-Pyrénées voit les effets de la crise atténués grâce à la présence de l’avionneur européen Airbus selon l’INSEE.

"Le rythme très long de fabrication des avions permet de mieux passer le phénomène de la crise", explique Bertrand Ballet, responsable conjoncture à la direction régionale de l’INSEE. Le faible poids de l’industrie automobile qui a été lourdement impacté ailleurs, malgré Molex, Continental (Haute-Garonne) ou Bosch (Aveyron) et la présence importante des secteurs de l’agroalimentaire, des services ou pharmaceutiques, permettent à Midi-Pyrénées de tirer son épingle du jeu.
Et pour ceux qui n'arriveraient pas à le croire, on peut lire le même genre d'article dans métro 20 minutes la dépéche ou direct soir
Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 18 mars 2014, 17:04

Reims Aviation Industries choisit le chinois Raydelon General Aviation Company pour repreneur

18 Mars 2014

A l’approche de la décision du tribunal de commerce de Reims, attendue le 21 mars, l’actuel comité de direction de Reims Aviation Industries, constructeur aéronautique basé à Prunay (Marne), placé en redressement judiciaire en septembre 2013, a déposé une offre de cession en faveur du hongkongais Raydelon.

Le tribunal de commerce de Reims (Marne) avait repoussé du 10 mars au 21 mars 2014 son jugement dans le dossier de reprise de Reims Aviation Industries, filiale de Geci International, en raison d’une offre de dernière minute déposée le 7 mars par la société hongkongaise Raydelon General Aviation Company. C’est ce repreneur qui a aujourd’hui la préférence de l’entreprise.

Le comité de direction de Reims Aviation, composé de cinq membres dont le directeur du site, Olivier Dumas, a déposé le 17 mars une offre de cession de l’entreprise rémoise spécialisée dans la fabrication de l’avion F406 (un biturbopropulseur léger adapté aux missions de surveillance aérienne, notamment) en faveur de Raydelon.

Alors que deux repreneurs français (Christophe Février et ASI Innovation) et une autre société chinoise (Aviation Industry Corporation of China) sont également sur les rangs pour cette reprise.
http://www.usinenouvelle.com/article/re ... ur.N249086

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 10 mai 2020, 14:30

La filière aéronautique foudroyée

OLIVIER JAMES Usine Nouvelle 10/05/2020

Alors que les compagnies aériennes multiplient les reports de livraisons d’avions, Airbus et Boeing assistent à l’effondrement de leur activité. Après vingt ans de croissance quasi continue, le secteur aéronautique est foudroyé en plein vol.

L’avionneur européen affiche une perte de 481 millions d’euros au premier trimestre, contre un bénéfice de 40 millions d’euros l’an passé et un chiffre d’affaires en baisse de 15 %, à 10,6 milliards d’euros.

Boeing accuse quant à lui une perte de 641 millions de dollars, contre un bénéfice de 2,1 milliards de dollars en 2019 sur la même période. "La survie d’Airbus est en jeu si nous n’agissons pas maintenant, a lâché Guillaume Faury, le patron du groupe, dans un courrier adressé fin avril aux salariés. Malheureusement, l’industrie aéronautique se relèvera beaucoup plus faible et plus vulnérable qu’avant le début de la crise." Une façon de dire que le pire est à venir.

Airbus, qui a réduit d’environ 30 % sa production, sera sans doute amené à prendre des mesures sociales plus musclées que le chômage partiel instauré jusque-là pour plus de 3 000 salariés. Son rival américain a confirmé la suppression de 10 % de son effectif à travers le monde, soit environ 7 000 personnes concernées. Pour le 737 MAX, dont la production est arrêtée depuis janvier, Boeing mise dorénavant sur une cadence de 31 appareils par mois courant 2021. Dans les long-courriers, la production du 787 va passer de 14 à 10 appareils par mois en 2020, puis à sept en 2022. Quant au 777/777X, la cadence tombera à trois appareils par mois en 2021.

C’est désormais certain : la crise va s’installer dans la durée. Le trafic aérien s’est effondré d’environ 80 % dans le monde et va mettre des années à revenir au niveau de 2019. La production d’avions commerciaux assurée par Airbus et Boeing pourrait chuter de 48 % en 2020, passant de 1 780 à 935 appareils, prévoit le cabinet Oliver Wyman. La production pourrait s’élever à 1 107 appareils en 2021 puis 1 392 en 2022. Le segment des courts et moyen-courriers pourrait vite reprendre des couleurs, avec 1 093 livraisons en 2022 (contre 1 422 estimés avant crise) et 1 328 en 2024 (contre 1 549). Mais celui des long-courriers risque d’être durablement touché : le niveau atteint en 2019 (372 appareils) pourrait plafonner et atteindre 272 avions en 2024. Un effondrement qui risque de provoquer une déflagration au sein de la myriade d’équipementiers et de sous-traitants, qui fournissent plus de 50 % de la valeur ajoutée de chaque avion produit.
https://www.usinenouvelle.com/editorial ... ee.N960086

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Aérien] constructeurs en difficultés

Message par energy_isere » 11 mai 2020, 20:59

Coronavirus: ATR réduit à son tour sa production d'appareils

le 11/05/2020 PARIS (Reuters)

Le constructeur d'avions turbopropulseurs ATR est devenu lundi la dernière entreprise en date du secteur aéronautique à se préparer à une réduction de sa production en raison de la crise du coronavirus.

Stefano Bortoli, le directeur général d'ATR, coentreprise entre Airbus et l'italien Leonardo, a déclaré à Reuters qu'une décision sur l'ampleur de la réduction serait prise dans les prochaines semaines.

Avant même l'apparition de l'épidémie, les livraisons d'ATR avaient reculé à 68 appareils en 2019, contre 76 en 2018 et au plus bas depuis 2012. Le groupe a cependant vendu 79 appareils l'an dernier contre 52 en 2018.

Stefano Bortoli n'a pas souhaité communiquer sur les objectifs du groupe en termes de livraison cette année, mais a dit qu'ATR réduirait sa production comme d'autres constructeurs pour faire face à une baisse de la demande.

"Bien sûr, nous allons réduire; nous verrons plus tard à quelle hauteur", a-t-il déclaré.
https://www.usinenouvelle.com/article/c ... ls.N963131

Répondre