Finances françaises & conjoncture

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64320
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par energy_isere » 16 déc. 2019, 20:30

France: Bruno Le Maire abaisse à 1,3% son estimation de la croissance 2019

AFP•16/12/2019

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a révisé à la baisse lundi l'estimation de croissance du gouvernement pour la France en 2019, à 1,3% contre 1,4% précédemment, s'alignant sur celles de l'Insee et de la Banque de France.

"1,3", a affirmé M. Le Maire, interrogé sur BFMTV/RMC, s'alignant ainsi sur les estimations de l'Insee et de la Banque de France (BdF). Et sans vouloir donner de chiffre pour 2020, il a évoqué "un ralentissement qui s'annonce", en raison de la "crise commerciale" et des "tensions entre la Chine et les Etats-Unis".

Le ministre a revu ses chiffres à la baisse quelques heures avant que la Banque de France ne communique ses nouvelles projections économiques pour 2019 et 2020, et à la veille de la publication d'une nouvelle note de conjoncture par l'Insee.

Sur l'ensemble de l'année 2019, ces deux institutions prévoient une progression du produit intérieur brut (PIB) de 1,3% en France, après 1,7% enregistré l'an dernier, tandis que le FMI a revu à mi-octobre sa prévision de croissance à la baisse à 1,2%.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 65d27ffdf9

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64320
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par energy_isere » 20 déc. 2019, 23:01

100 % du PIB : pourquoi il faut s'habituer à ce niveau de dette publique

LE PARISIEN•20/12/2019

Le seuil symbolique est franchi. Au troisième trimestre 2019, la dette publique de la France a atteint plus de 100 % du PIB : 100,4 % exactement, selon une annonce de l'Insee ce vendredi. Soit plus de 2400 milliards d'euros.En clair, la somme de tout ce que devait l'Etat à ses créanciers à ce moment-là est supérieure au cumul de toutes les richesses nationales produites en France sur un an. C'est la première fois, depuis 2017, qu'elle atteint ce niveau.Même s'il devrait être revu à la baisse d'ici la fin de l'année, celui-ci met en lumière le poids qu'a pris la dette dans notre économie ces dernières années, comparativement à notre production de richesse.
..............
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 0578d23bc4

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9043
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par kercoz » 21 déc. 2019, 08:34

A une époque ou le taux est négatif, on a du mal à voir un problème.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9797
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par Remundo » 21 déc. 2019, 08:39

c'est en effet la folie du système. 8-[

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15435
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par GillesH38 » 21 déc. 2019, 08:55

C'est même pas un problème de taux négatif. J''ai déjà expliqué que dire "la dette atteint 100 % du PIB", c'est une manière incorrecte de parler car ce ne sont pas des quantités de même dimension, donc on ne doit pas employer des pourcentages (de la même façon que si une ville est à 80 km et que vous y allez à 80 km/h - pour respecter la loi- vous ne dites pas que la distance est "100 % de votre vitesse").

De même qu'une distance s'exprime en km et une vitesse en km/h, une dette s'exprime en € et un PIB annuel en €/an (ou en $/an), ce n'est pas la même unité donc pas la même grandeur.
Si on compare la dette au PIB annuel en divisant l'un par l'autre, on n'obtient pas un nombre sans dimension (qui la condition pour qu'on parle de "pourcentage"), mais un temps, exprimé en années, qui est le temps qu'il faudrait pour rembourser la dette en y consacrant tout le PIB. Exactement comme quand vous divisez une distance par une vitesse, vous obtenez un temps, qui est le temps qu'il faut pour parcourir cette distance.

Tout ce que ça veut dire ces "100%", c'est que la dette atteint un an de production du PIB. Mais un an c'est symbolique mais ce n'est pas spécialement plus grave que 8 mois (qui "ferait" 66%)- ou 15 mois- qui "ferait 150 %". Il y a peut etre une limite à la dette supportable, mais il n'y a aucune raison qu'elle soit juste de un an. Tous ceux qui s'endettent pour acheter une maison ont en général bien plus d'un an de salaire d'endettement.
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9797
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par Remundo » 21 déc. 2019, 13:21

Ah, votre éminence, je puis rejoindre vos réflexions.

On ne compare pas un stock à un flux, certes, mais on a tendance à le faire pour se rendre compte combien de fois il faut le flux pour faire le stock. On peut discuter du "combien" et de sa valeur optimale... Bref, ça n'est que secondaire...

Le coeur du sujet, c'est de savoir quelle est cette dette :
1) qui la détient : des acteurs nationaux ou extranationaux ?
2) est-ce une dette d'investissement, ou bien une dette servant pour du "fond de roulement" d'un Etat en faillite ?

Je crains le pire... 8-[

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64320
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par energy_isere » 31 janv. 2020, 09:09

La croissance française a ralenti plus que prévu en 2019, les grèves pèsent lourdement sur la fin d'année

AFP•31/01/2020

La croissance économique a finalement ralenti un peu plus qu'anticipé, à 1,2% en 2019 selon une première estimation publiée par l'Insee, la fin de l'année ayant été particulièrement difficile avec une activité qui recule sur le dernier trimestre, dans le contexte des grèves contre la réforme des retraites.

L'Insee anticipait une croissance de 1,3% sur l'année et de 0,3% au quatrième trimestre, mais sur les trois derniers mois de l'année le PIB s'est affiché en recul de 0,1%, pénalisé par la baisse de la production, notamment industrielle, le ralentissement de la consommation des ménages et de l'investissement des entreprises.

Le chiffre de 1,2% pour 2019 est inférieur de 0,5 point au 1,7% engrangé en 2018, et très en deçà des 2,4% atteints en 2017. L'activité française n'avait pas marqué de recul sur un trimestre depuis le deuxième trimestre 2016.

Alors que la Banque de France estimait que le mouvement de protestation contre la réforme des retraites ne coûterait au plus que 0,1 point de croissance sur la fin de l'année, les chiffres publiés vendredi montrent qu'il a bien plus fortement handicapé l'activité.

La production de biens et services a ainsi reculé à -0,2%, après +0,3% au troisième trimestre, illustrant par exemple les blocages dans les raffineries ou la grève dans les transports.

L'investissement total a lui ralenti à +0,3% après +1,3% au trimestre précédent, tandis que la consommation des ménages a aussi décéléré à 0,2% contre +0,4% au troisième trimestre.

Sur l'ensemble de l'année toutefois, la croissance s'affiche donc un peu moins bonne que prévue à 1,2%, même si elle reste supérieure à celle de la zone euro.

La consommation des ménages a ainsi accéléré, en augmentation de 1,2% après +0,9% en 2018, tout comme l'investissement, en hausse de 3,6%, après +2,8% en 2018. En revanche, la production, marquée par sa contreperformance du dernier trimestre, a ralenti à 1,6%, après 2% l'année précédente.

Le commerce extérieur a lui pénalisé la croissance, avec une forte augmentation des importations (+2,3%, après +1,2% en 2018) et un ralentissement des exportations (+1,8% après +3,5% en 2018), du fait notamment de la morosité de l'économie mondiale, marquée par les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 5e7d0ddac3

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64320
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par energy_isere » 13 févr. 2020, 20:39

Le covid-19 pourrait avoir un impact de -0,1 point de croissance en France

REUTERS•13/02/2020
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 87d510c148

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12508
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par mobar » 14 févr. 2020, 08:32

Remundo a écrit :
21 déc. 2019, 13:21
Ah, votre éminence, je puis rejoindre vos réflexions.

On ne compare pas un stock à un flux, certes, mais on a tendance à le faire pour se rendre compte combien de fois il faut le flux pour faire le stock. On peut discuter du "combien" et de sa valeur optimale... Bref, ça n'est que secondaire...

Le coeur du sujet, c'est de savoir quelle est cette dette :
1) qui la détient : des acteurs nationaux ou extranationaux ?
2) est-ce une dette d'investissement, ou bien une dette servant pour du "fond de roulement" d'un Etat en faillite ?

Je crains le pire... 8-[
Mais non ce n'est pas le cœur du sujet!

La notion même de dette publique n'a aucun sens, un état digne de ce nom produit la monnaie dont sa population a besoin, il ne peut pas être endetté!
Les structures qui sont endettées, ce sont les particuliers, les ménages et les sociétés, les personnes physiques et les personnes morales qui sont par définition mortelles et dépendantes des états pour tous les aspects vitaux de leur existence

Les néolibéraux voudraient nous faire croire et admettre que les états sont des structures comme les autres et les imbéciles le croient

La monnaie n'est que la matérialisation de la dette que les personnes physiques et morales ont envers l'état qui les accueille sur son sol
Du jour au lendemain, un état digne de ce nom peut changer de monnaie, modifier sa valeur, exproprier ses ennemis voire les emprisonner ou les exécuter
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9797
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par Remundo » 14 févr. 2020, 08:57

ça c'est dans ton petit monde rêvé.

même quand l'Etat crée de la monnaie pour un projet d'infrastructure nationale, il s'endette auprès de lui-même.

Et pour que la monnaie ne devienne pas de singe, l'Etat ne peut pas devenir une planche écervelée à billets.

Et je maintiens mes remarques qui sont fontamentales:
- qui détient la dette ?
- quelle est le but des fonds empruntés ; investissement ou fond de roulement de structures en faillite ?

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12508
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par mobar » 14 févr. 2020, 10:41

Ce n'est pas mon monde rêvé, c'est le monde tel qu'il existe depuis que les tribus de chasseurs-cueilleurs ont formé des états, se sont armées, ont défini des règles de droit pour leurs membres et se sont défendus contre les agressions de pays étrangers et les agressions de groupes internes

La monnaie devient de singe lorsque l'état est au service de quelques uns, tant que l'état se préoccupe de la prospérité des ses membres, il met en circulation la monnaie nécessaire aux échanges, perçois l'impôt, fabrique la monnaie qui finance les infrastructures et détruit la monnaie excédentaire

Si l'état abandonne la création monétaire aux acteurs privés comme c'est le cas depuis bientôt 50 ans, sans contrepartie de création de richesses, tu as les bulles que l'on n'arrête pas de voir éclater

Ces bulles là sont bien plus énormes et détruisent bien plus de "valeur" que les bulles du passé, mais il semble que l'on s'en accommode! :wtf:

Le financement des couts de fonctionnement d'un état, se sont des services apportés aux citoyens, les impôts et la création monétaire sont tous deux indiquées pour les financer

La seule chose qui déséquilibre le budget de l'état et détruit de la valeur de la monnaie, ce sont les fraudes fiscales et sociales qui sont l'œuvre des capitalistes, des mafieux et des hors la loi qui refusent de s'acquitter de l'impôt, dissimulent leurs revenus et leurs avoirs et pillent citoyens et état sans vergogne!

Tant que tu accepteras de reprendre les discours de ces gredins tu te feras blouser, comme les commerçants napolitains ou palermitains le sont par les mafieux
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64320
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par energy_isere » 09 mars 2020, 15:24

L'impact du coronavirus sur la croissance française sera "sévère", prévient Le Maire

AFP•09/03/2020

L'impact du coronavirus sur la croissance de l'économie française sera "sévère", a prévenu lundi le ministre des Finances Bruno Le Maire, en assurant que l'Etat ferait son maximum pour aider les entreprises et les secteurs touchés par l'épidémie.

"L'épidémie de coronavirus aura un impact sévère sur l'économie française, qui se chiffrera en plusieurs dixièmes de points de PIB durant l'année 2020", a déclaré M. Le Maire lors d'un point presse organisé à l'issue d'une réunion avec les acteurs économiques à Bercy.

Le ministre de l'Economie avait estimé mi-février que l'impact de l'épidémie de Covid-19 serait supérieur à 0,1 point de produit intérieur brut (PIB). Une fourchette largement revue à la hausse en raison de l'expansion du virus, qui perturbe désormais de larges pans de l'économie.

"Un certain nombre de secteurs sont d'ores et déjà très durement touchés", a souligné le ministre, évoquant des baisses de chiffre d'affaires de 30 à 40% en moyenne dans l'hôtellerie, de 25% pour les restaurateurs, de 60% pour les traiteurs et des baisses "très importantes" dans l'événementiel, touché par "des annulations en cascade".

Interrogé un peu plus tôt sur France Inter, Bruno Le Maire avait précisé que la croissance française serait sans doute "inférieure à 1%" cette année, loin des 1,3% initialement prévus par le gouvernement.
..............
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... d79abd4fec

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12508
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par mobar » 09 mars 2020, 15:36

Remundo a écrit :
14 févr. 2020, 08:57
ça c'est dans ton petit monde rêvé.

même quand l'Etat crée de la monnaie pour un projet d'infrastructure nationale, il s'endette auprès de lui-même.

Et pour que la monnaie ne devienne pas de singe, l'Etat ne peut pas devenir une planche écervelée à billets.

Et je maintiens mes remarques qui sont fontamentales:
- qui détient la dette ?
- quelle est le but des fonds empruntés ; investissement ou fond de roulement de structures en faillite ?
Tu as été bien formaté par les économistes néo-libéraux! ;)

La monnaie est une abstraction basée sur la confiance que les utilisateurs ont dans leur émetteur
Les néolibéraux font croire au vulgum pecus que c'est l'Etat, acteur de confiance s'il en est, qui crée la monnaie. Alors que ce sont les banques centrales (indépendantes des états) et les banques privées qui créent la monnaie au moyen de mécanismes qu'elles ont elles même élaboré via les accord de Bâle 1, 2 et 3 ... réserves fractionnaires et autres entourloupes

Un état digne de ce nom imprime sa monnaie et n'a de dette publique que celle qui concerne la gestion courante des projets de court terme

Il 'utilise la création monétaire pour financer les infrastructures et les administrations, perçoit l'impôt sur les activités que ces infrastructures et administrations ont rendu possibles et détruit la monnaie excédentaire à l'activité économique du pays pour lui maintenir une valeur optimale

Dès que tu confies la création monétaire monnaie à des acteurs privés tu abandonnes le principal outil de ta souveraineté aux banquiers

Que ta monnaie s'appelle Euro ou s'appelle Franc tu es gros Jean comme devant!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9797
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par Remundo » 09 mars 2020, 21:48

ce que je dis ne relève pas de libéralisme ou de néolibéralisme.

cela relève du bon sens, mâtiné d'un peu de souverainisme.

1) le bon sens car il faut savoir pour quelles dépenses sont engagées les dettes : des puits sans fond ou des choses utiles ?
2) le souverainisme car il faut savoir chez qui on est endetté... car Messieurs les Créanciers prennent l'habitude (et même parfois c'est le but inavoué) de commander chez les emprunteurs...

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12508
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Finances françaises & conjoncture

Message par mobar » 09 mars 2020, 22:09

Remundo a écrit :
09 mars 2020, 21:48
ce que je dis ne relève pas de libéralisme ou de néolibéralisme.

cela relève du bon sens, mâtiné d'un peu de souverainisme.

1) le bon sens car il faut savoir pour quelles dépenses sont engagées les dettes : des puits sans fond ou des choses utiles ?
2) le souverainisme car il faut savoir chez qui on est endetté... car Messieurs les Créanciers prennent l'habitude (et même parfois c'est le but inavoué) de commander chez les emprunteurs...
Tu me sembles avoir une définition de la souveraineté bien personelle!
Un État souverain n'a pas de dette. Il crée la monnaie dont il a besoin pour ses infrastructures et paye le fonctionnement de son administration avec les impôts qu'il prélève sur l'activité économique!
S'il emprunte (autrement que marginalement) à des étrangers pour des investissements qu'il ne peut pas réaliser avec la monnaie qu'il crée, il n'est plus souverain!

Si tu nommes souverain un état qui emprunte la monnaie dont il a besoin, on a un problème de définition basique, basique mais essentiel a la compréhension!

La France a cessé d'être un état souverain en 1973, sous Pompidou, tiens, tiens un banquier qui venait de chez Rothschild! :-k

Image
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Répondre