Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par energy_isere » 07 janv. 2018, 21:00

page 100 du pdf, à noter un projet d'extraction de Phosphate en Arabie Saoudite (ici annoncé en 2012):
Saudi Arabia

The Saudi Arabian Mining Company Ma’aden is carrying out extensive
exploration in Umm Wual, near the Iranian and Jordanian borders. Plans are
in place for a ‘significant expansion’ of its existing operations.201 The new mines
are anticipated to add 1.5 mmt of P2O5 per year to Saudi Arabia’s production.202

The company is vertically integrated, dealing with both primary resource
extraction and further processing into final products. The US $5.6 billion
planned for investment will cover initial exploration and mining plus the
building of seven new plants to produce processed phosphate products, such
as chemical precursors for fertilizer. The project is seen by some as evidence
of Saudi Arabia’s desire to diversify away from its reliance on oil.203
et fin 2017 il était annoncé que le projet Ma'aden allait entrer en service en 2018 :
Saudi’s Ma’aden to start up third phosphate project in 2018
Once at full capacity, the complex will roughly double Saudi Arabia’s production


Image

Saudi Arabia’s national mining company Ma’aden aims to start operations at a third phosphate facility at Waad al-Shamal in 2018, energy minister Khalid al-Falih told Reuters on Wednesday.

Ma’aden is expanding as part of Saudi Arabia’s bid to diversify the economy beyond oil exports. The government aims to more than triple mining’s contribution to the nation’s economic output by 2030.

The company said last year it was developing its third project to manufacture phosphate fertilisers at its Waad al-Shamal facility in northern Saudi Arabia at an estimated cost of around SAR24bn ($6.4bn).

“We think Phosphate III in Waad al-Shamal in northern Saudi Arabia will be kicked off,” Falih said in an interview, when asked about plans for the mining sector next year.

“Ma’aden is ready to move forward with this. This will position Saudi Arabia to be one of largest phosphate fertiliser countries in the world,” said Falih, who is also the kingdom’s industry minister and serves as chairman of Ma’aden.

Once at full capacity, the complex will roughly double Saudi Arabia’s production of the product to 6 million tonnes a year.

The government approved a mining strategy two weeks ago that focuses on building a digital database of mineral deposits, accelerating licensing processes and providing funding to mining companies, particularly smaller players, the minister said.

“We see 2018 as building a platform for many projects to come in subsequent years,” Falih said.
http://gulfbusiness.com/saudis-maaden-s ... ject-2018/

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5202
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par Raminagrobis » 07 janv. 2018, 23:22

Je pose ça, là

La Chuisse veut d'ici 2026 généraliser le recyclage du phosphore des eaux usées, boues d'épuration et cendres. Ils espèrent ainsi devenir autonome ! Il est vrai qu'ils n'ont pas une très grosse agriculture
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12506
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par mobar » 08 janv. 2018, 08:12

Programme de validation industrielle en Bavière à partir du procédé Mephrec
http://www.nweurope.eu/media/2516/10_o-schwarzmann.pdf
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par energy_isere » 08 janv. 2018, 21:12

Raminagrobis a écrit :
07 janv. 2018, 23:22
Je pose ça, là

La Chuisse veut d'ici 2026 généraliser le recyclage du phosphore des eaux usées, boues d'épuration et cendres. Ils espèrent ainsi devenir autonome ! Il est vrai qu'ils n'ont pas une très grosse agriculture
A la fin de l' article : :D
Le système valaisan, qui pourrait être commercialisable d'ici 5 à 10 ans, est suivi de près par les industriels, comme Lonza et Fenaco. Et il a déjà de la concurrence: une vingtaine de projets similaires sont en cours de développement en Europe.

moinsdewatt
Goudron
Goudron
Messages : 174
Inscription : 13 janv. 2010, 18:53

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par moinsdewatt » 10 févr. 2018, 13:48

Sénégal : Avenira revoit à la hausse le potentiel du projet Baobab

Image

Agence Ecofin 50 fev 2018

La compagnie minière Avenira a annoncé lundi, qu’elle a mis à jour les estimations de ressources minérales de sa mine de phosphate de Baobab. Les nouvelles évaluations, précise-t-elle, augmentent la longévité potentielle du projet.

La ressource minérale inférée, a été estimée à 173 millions de tonnes titrant 18% de P2O5, soit 10,9% de plus que la précédente estimation. La ressource minérale indiquée, est restée à 34,9 millions de tonnes titrant 20,7 de P2O5.

«Le modèle de ressource actualisé montrant la continuité de la zone de ressource inférée sur 20 km est une nouvelle confirmation de la grande dimension du gisement Gadde Bissik du projet Baobab.», commente le DG Louis Calvarin.

Avenira qui détient 80% de participation dans Baobab, est en train de réaliser des études d’ingénierie pour le projet d’expansion qui consiste à développer le gisement Gadde Bissik. Elle veut augmenter à 500 000 tonnes par an, le taux de production du projet.
https://www.agenceecofin.com/phosphate/ ... jet-baobab

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par energy_isere » 13 mars 2018, 20:12

Algérie : le gouvernement confie à Sonatrach le développement d’un mégaprojet de transformation de phosphate

Agence Ecofin 08 Mars 2018

Le gouvernement algérien a décidé de confier à la compagnie publique en charge des hydrocarbures, Sonatrach, le développement du mégaprojet de 6 milliards $ portant sur la transformation du phosphate des mines de Tébessa, Skikda, Souk Ahras et Annaba.

C’est ce qu’a annoncé, mercredi, le PDG de la société, Abdelmoumen Ould Kaddour, lors d’une visite à Tébessa, précisant que l’investissement sera assuré par Sonatrach et ses partenaires locaux et chinois (Cetic-Crcc et Wengfu).

«L’Algérie a des réserves de phosphate très importantes», a déclaré M. Ould Kaddour, remerciant le président Bouteflika d’avoir «pris la décision de développer les champs de phosphate et d’avoir chargé Sonatrach de le faire».

Selon lui, le délai requis pour la réalisation du projet, qui devrait permettre de réduire la dépendance aux hydrocarbures, est de 30 mois. Il devrait favoriser la création de 6000 emplois dans la wilaya de Tébessa, et générer des revenus annuels de 1,5 à 2 milliards de dollars.
https://www.agenceecofin.com/mines/0803 ... -phosphate

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par energy_isere » 18 mars 2018, 20:13

suite de mon post du 07 janvier 2018 https://www.courrierinternational.com/a ... scroquerie
energy_isere a écrit :
07 janv. 2018, 20:29

pour l' Europe les importations se font par ordre : Russie / Maroc / Tunisie / Finlande.
A noter que le Phosphate du Maroc contient du Cadmium. Ceux de Finlande et Russie n' en contiennent pas.

La Russie est le 4 iéme producteur mondial.
et donc à propos du Cadmium dans les phosphate :
Le cadmium, ce tueur silencieux, caché dans les engrais phosphatés

le : 16/03/2018

Nous republiions la communiqué du Réseau Environnement Santé qui demande une plus grande régulation de la présence de cadmium dans les engrais en raison du risque que cette substance pose pour la santé.

Le gouvernement français doit soutenir le projet de réduction des taux de cadmium dans les engrais phosphatés proposé par l’Union européenne

La France n’a toujours pas pris publiquement position sur le projet de la Commission européenne d’abaisser la limite pour la teneur en cadmium des engrais phosphatés. Le cadmium est un métal lourd cancérogène pour l’homme et suspecté d’être un perturbateur endocrinien. De nombreuses études ont montré que les reins et les os sont les principales cibles après une exposition chronique au cadmium.

Le projet de la Commission européenne vise à fixer une limite à 60 mg de cadmium (Cd) / kg de P2O5 dès la date de publication du règlement qui sera abaissée à 40 mg de Cd / kg de P2O5 après 3 ans, puis à 20 mg de Cd / kg de P2O5 après 12 ans. En outre, le Parlement européen a adopté un amendement visant à la création d’un label vert pour les engrais qui contiennent moins de 5 ppm de cadmium, d’arsenic, de plomb, de chrome hexavalent et de mercure, totalement en phase avec le concept d’agriculture durable. A partir du 20 mars, ce texte fera l’objet de négociation entre le Conseil de l’Union européenne, le Parlement européen et la Commission européenne pour aboutir à un texte commun.

L’utilisation des engrais phosphatés inorganiques où les teneurs en cadmium peuvent être supérieures à 60 mg de Cd / kg de P2O5 est la principale cause de la contamination des sols au cadmium. Par conséquent, il pénètre facilement dans les végétaux entrant dans la chaîne alimentaire. On le retrouve en particulier dans les légumes, les céréales et certains aliments d’origine animale (abats, coquillages, crustacés et poissons). L’alimentation représente ainsi 90% de l’exposition au cadmium pour les non fumeurs. Depuis 2009, les autorités sanitaires alimentaires européennes et françaises ont tiré la sonnette d’alarme et recommandent de réduire notre exposition au cadmium par la diminution des contaminations des principaux aliments (légumes, pommes de terre). Alors que notre réglementation nationale autorise des engrais phosphatés à forte teneur en cadmium, 14 Etats membres ont déjà instauré une limite inférieure ou égale à 60 mg de Cd / kg de P2O5. La Finlande, la Hongrie et la Slovaquie ont eux limité la teneur en cadmium à 20 mg de Cd / kg de P2O5. Ces différents exemples nous montrent qu’une législation européenne ambitieuse pour réduire notre exposition au cadmium est plus qu’à portée de main.

Si d’autres pays de l’Union européenne se sont déjà mobilisés pour réduire les teneurs en cadmium dans les engrais phosphatés, comment se fait il que nous n’entendions pas la voix de la France ? Pourtant, le cadmium étant reconnu comme perturbateur endocrinien, ce projet s’inscrit dans la ligne droite de la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens adoptée en 2014 dont l’objectif est la réduction de l’exposition de la population et dont le bilan vient de faire l’objet d’une appréciation très positive des Inspections générales. Les perturbateurs endocriniens sont impliqués dans les grandes atteintes de la santé comme les cancers du sein et de la prostate, les troubles de la reproduction, l’obésité le diabète ou encore l’autisme. Comme le rappelle André Cicolella, Président du Réseau Environnement Santé, « les perturbateurs endocriniens ne sont pas des substances comme les autres, il faut les éliminer à la source car on ne peut pas gérer par la dose » et le meilleur moyen de s’en protéger est de « diminuer au maximum les sources de contamination ». Dans cette perspective, le projet de la Commission européenne, s’inscrit dans la bonne démarche.

Le projet de la Commission européenne constitue une opportunité pour réduire l’exposition au cadmium de la population et Réseau Environnement Santé a décidé d’interpeller, au travers d’une lettre ouverte, les ministres de la Santé, de l’Agriculture et de la Transition écologique et solidaire pour obtenir l’engagement public du gouvernement français en faveur d’un soutien plein et entier quant à la proposition, en l’état, de règlement de la Commission européenne
https://www.goodplanet.info/debat/2018/ ... hosphates/
Union Européenne : le phosphate marocain est toxique

8 mars

Le phosphate marocain encaisse un ‘coup dur’ de la part de l’Union européenne pour forte présence de ‘Cadmium’, un élément chimique de numéro atomique 48.
L’Union européenne se prépare à porter un nouveau coup au Maroc, à travers l’adoption d’une nouvelle résolution cette fois pour importer du phosphate marocain et ses dérivés d’engrais et d’engrais agricoles. Pourquoi, à cause du ‘Cadmium’*.

Les conflits et les désaccords entre le Maroc et l’Union européenne ne sont pas terminés et sont presque devenus une guerre ouverte et non déclarée contre les intérêts du royaume.

Plusieurs fronts dans lesquels le Maroc se heurte aux institutions du vieux continent. Du Parlement européen et de ses commissions, à la Commission, et enfin à la façade judiciaire de ce bloc régional et vital. La malédiction d’intérêt frappe cette fois le phosphate marocain et tous ses dérivés d’engrais agricoles et autres. Des produits devenus une nouvelle cible pour les lobbies puissants à l’intérieur et à l’extérieur du continent après que le Parlement européen ait voté un projet de résolution interdisant leur importation future pour non conformité aux normes environnementales et sanitaires spécifiques.

Le phosphate du Maroc pourrait bientôt trouver des difficultés à pénétrer l’Europe. Cette fois, ce n’est pas à cause du désert et de ses phosphates, mais à cause du minéral naturel dans sa cavité, le cadmium, qui pénètre dans le sol et pollue l’eau et les plantes.

Le Parlement européen a déjà approuvé, en octobre 2017, le plan de la Commission européenne visant à limiter la quantité de cadmium autorisée dans les engrais minéraux vendus sur le marché européen. Les membres du Parlement européen ont voté en faveur de la proposition de la Commission de réduire les niveaux de cadmium dans les engrais à 20 mg / kg pour une période progressive allant jusqu’à 16 ans, et non 12 ans comme suggéré par la Commission dans la version préliminaire.

Ce serait probablement une ‘aubaine’ pour voir le phosphate tunisien et ses dérivés reprendre leur place à l’international, après plusieurs années d’absence ‘forcée’.
http://maroc-leaks.com/union-europeenne ... n-toxique/

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12506
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par mobar » 18 mars 2018, 20:40

Avant que l'on ne s'apercoive que les phosphates tunisiens contiennent depuis toujours de l'uranium en quantité astronomiques?
https://nawaat.org/portail/2014/03/26/l ... -convoite/
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par energy_isere » 09 avr. 2018, 19:40

L'Europe accro aux phosphates marocains

Guillaume Pitron Usine Nouvelle le 09/04/2018

Malgré le conflit larvé sur l'indépendance du Sahara occidental, l'Europe devrait rester dépendante pour ses engrais du phosphate extrait au Maroc. Cet intrant a tout de même été inclus dans la liste des matières critiques pour l'Union européenne.

Tout récemment s'est tenu à Marrakech l'événement "Phosphates 2018", la plus importante conférence mondiale consacrée à cette roche sédimentaire utilisée pour la fabrication d'engrais. Cinq cent producteurs et acheteurs ont pu se féliciter de la forte croissance du marché mondial des engrais phosphatés. En hausse annuelle de 5%, dynamisé par la faible disponibilité des terres arables et l'accroissement de la demande de produits carnés, celui-ci devrait en effet atteindre 78 milliards de dollars en 2025 (contre 51,6 milliards en 2016).

Si l'événement a eu lieu à Marrakech, c'est parce qu'avec 13% de la production mondiale, le Maroc est le deuxième producteur de phosphate naturel après la Chine (44%). La production est contrôlée par le puissant Office chérifien des phosphates (OCP). Et le royaume chérifien exporte : avec 28% des importations de l'Union européenne, il est même notre premier fournisseur, loin devant la Russie (16%). Cette concentration de l'offre, l'absence de substituts et la faible production de phosphates par les pays membres de l'UE ont d'ailleurs incité la Commission européenne à inclure le phosphate naturel dans sa liste de 27 matières premières dites "critiques".

Risque d'image

De plus, les ressources marocaines de phosphates se trouvent pour partie extraites au Sahara occidental, un territoire vaste comme la moitié de la France revendiqué à la fois par Rabat et par le Front Polisario. "C'est la dernière colonie d'Afrique !", souligne Gilles Devers, un avocat français lancé dans une bataille judiciaire pour la reconnaissance du droit à l'autodétermination du Sahara occidental. Or en décembre 2016, la Cour de justice de l'Union européenne devait estimer qu'un accord de pêche signé entre l'UE et le Maroc ne s'appliquait pas au Sahara occidental. "Cette décision conditionne toute activité au Sahara occidental au consentement du Front Polisario – y compris l'extraction de phosphates", affirme Gilles Devers.

"Les groupes privés important des phosphates depuis le Sahara occidental violent les principes directeurs sur les droits de l’Homme et les entreprises adoptés par l'ONU et cela représente un risque pour leur image", abonde Erik Hagen, de l'association Western Sahara Resource Watch, qui constate que "sur les 15 entreprises qui importaient des phosphates sahraouis en 2012, il en restait neuf en 2016. Et l'année prochaine, elle ne seront plus que trois". Même le canadien Potash Corp pourrait bientôt se tourner vers d'autres fournisseurs.

Cette tendance doit-elle inciter les agriculteurs et industriels européens à diversifier leurs approvisionnements ? Erik Hagen nuance : "les mines de phosphates du Sahara occidental représentent un détail dans le modèle économique global du groupe OCP", qui extrait également les phosphates des sites de Khouribga et Gantour, au sud-est de Casablanca, bien loin du Sahara occidental... En 2017, ce dernier a augmenté de 40% ses ventes de roche et de 24% celles d'engrais par rapport à 2016. Les Européens devraient rester dépendants, pour de longues années encore, des engrais phosphatés marocains.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... ns.N677159

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par energy_isere » 22 oct. 2018, 08:29

Ou l'on reparle du phosphate Russe naturellement pauvre en Cadmium, et en rapport avec mon post au dessus du 18 mars.


AGRICULTURE ET ENGRAIS : L'EUROPE BIENTÔT À LA MERCI DE LA RUSSIE ?

par MARC PELLETIER 19/10/2018

Moscou retient son souffle. Les agriculteurs européens aussi, mais pour une raison radicalement différente. Eux croisent les doigts pour que leurs dirigeants prennent une décision mesurée et pragmatique. La source de cette divergence ? Le taux de cadmium dans les engrais phosphatés importés en Europe.

Aujourd’hui, l’Europe importe 70% de ses besoins en phosphates des pays d’Afrique du Nord et de l’Ouest. La nouvelle réglementation soumise par la Commission de Bruxelles les mettrait purement et simplement sur la touche. De son côté, le Kremlin raflerait la mise, pouvant par la suite imposer son calendrier à ses partenaires et clients européens, comme il l’a fait avec le gaz au moment de la crise ukrainienne. Les enjeux liés à la sécurité alimentaire européennes sont colossaux, l’intensité du lobbying exercé par la Russie sur les décideurs européens n’est donc pas étonnante. Voici pourquoi.

Bataille de chiffres
L’Europe planche sur le sujet des engrais depuis plusieurs années. Au printemps 2016, la Commission européenne a rendu public un nouveau projet en trois temps. Première étape : fixer dès à présent un nouveau taux maximum à 60 mg/kg. Trois ans après cette première limitation, le taux passerait à 40mg/kg, puis à 20mg/kg douze ans plus tard. Ce sont ces seuils minimaux qui font l’objet de négociations entre le Conseil de l’Union européenne, le Parlement européen et la Commission de Bruxelles. A titre de comparaison, le Canada et l’Etat de Washington permettent tous deux l’utilisation d’engrais phosphatés présentant un taux de cadmium de 889mg/kg.
.......
......
Long article : http://www.economiematin.fr/news-agricu ... la-russie-

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par energy_isere » 24 nov. 2018, 18:41

J'avais parlé le 7 janvier de phosphate en Arabie Saoudite, ils lancent un projet minier.
Saudi Arabia's King Salman on Thursday inaugurated the Waad Al-Shamaal mining project, which is expected to boost the kingdom's gross domestic product by 24-billion riyals and its non-oil GDP by around 3%.

The kingdom will invest 85 billion riyals in the project, a 440 km2 city for mining industries in the northern region, the Ministry of Energy, Industry and Mineral Resources said in a statement.

The completion of the next phase will lift the kingdom's phosphate fertiliser production to nine-million tonnes annually, Energy Minister Khalid al-Falih said.
......
http://m.miningweekly.com/article/saudi ... 2018-11-23

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par energy_isere » 23 mars 2019, 10:57

Sénégal : le développement du projet d’expansion de Baobab nécessitera un investissement de 183 millions $

Image

Agence Ecofin 18 mars 2019

Il faudra des dépenses en capital de 183 millions $ pour amener en production, le gisement de phosphate Gadde Bissik, au Sénégal. C’est ce qu’a rapporté l’étude de faisabilité réalisée par Avenira pour ce projet d’expansion de sa grande mine Baobab.

Selon l’étude, ce capital devrait être récupéré au bout de 3,3 ans, à compter de la date d’entrée en production. Le projet devrait générer, sur une durée de vie initiale de 13,4 ans, des flux de trésorerie de 544 millions $ et un EBITDA de 1,02 milliard $. La valeur actuelle nette après impôt est estimée à 212 millions $ et le taux de rentabilité interne à 25,5%.

Sur le plan opérationnel, il devrait permettre de produire 13,2 millions de tonnes de phosphate naturel. Le taux de récupération devrait afficher une moyenne de 65% sur toute la durée de vie de la mine.

«L'étude de faisabilité démontre clairement les solides assises techniques du projet et les rendements financiers convaincants, avec des techniques d'extraction et de traitement offrant un produit de haute qualité.», a commenté le DG d’Avenira, Louis Calvarin.

Avenira prévoit de prendre une décision d’investissement pour le projet au premier semestre 2020. En attendant, la compagnie réalisera une étude de faisabilité bancable pour optimiser les estimations actuelles.
https://www.agenceecofin.com/phosphate/ ... 3-millions

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par energy_isere » 19 mai 2019, 15:58

(Maroc) Croissance à deux chiffres pour l’OCP en 2018


Image

L’OCP maintient le cap. Le groupe phosphatier a affiché des résultats opérationnels et financiers en forte croissance en 2018. C’est le fruit d’«une solide performance opérationnelle en lien avec l’agilité commerciale du groupe, sa flexibilité industrielle et des conditions de marché favorables», indique le top management.
Ainsi, l’OCP a réalisé un chiffre d’affaires en augmentation de 15%, s’élevant à 55,9 milliards de DH, tiré principalement par la croissance des ventes sur les segments des engrais et de l’acide phosphorique. En effet, le chiffre d’affaires des engrais s’est amélioré de 20%, du fait d’un accroissement aussi bien des volumes que des prix. La demande a été soutenue par la hausse significative des importations en Inde et aux États-Unis. Le chiffre d’affaires de l’acide phosphorique a progressé plus vite (39%), sous l’effet combiné, lui aussi, de la hausse des volumes et des prix. La demande a été tirée principalement par l’Asie et l’Europe. Le segment de la roche a, quant à lui, enregistré un chiffre d’affaires stable, permettant au groupe de consolider sa position de leader sur le marché, selon les responsables de l’OCP.

De ce fait, à fin décembre 2018, les engrais représentaient 55% du chiffre d’affaires total, la roche et l’acide phosphorique 18% chacun.
........
https://lematin.ma/journal/2019/croissa ... 12995.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64274
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par energy_isere » 04 juil. 2019, 12:52

Makatea, l'île polynésienne qui hésite entre phosphate et écotourisme

AFP•04/07/2019

Un bloc de calcaire aux falaises abruptes, des wagonnets éventrés, des maisons en ruines, un sol hérissé de pitons de pierre corallienne tranchante, le tout mangé par la végétation tropicale : l'île de Makatea, hésite entre industrie du phosphate et écotourisme.

Située dans l'archipel des Tuamotu, en Polynésie française, Makatea, à huit heures de bateau de Tahiti et sans piste d'atterrissage, est singulière, parmi les dizaines d'atolls qui n'émergent que de quelques mètres au-dessus de l'océan : l'île a surgi il y a plusieurs dizaines de millions d'années, emprisonnant des milliers de tonnes de phosphates dans un étau de roche.

Ce phosphate, l'un des plus purs au monde, est un engrais prisé des agriculteurs. Entre 1917 et 1966, des milliers de travailleurs ont creusé à la pelle, entre les pitons. "C'était du travail de bagnard : plus on transportait de brouettes, plus on avait d'argent, il fallait être fort !", se souvient Francky Vairaaroa, né en 1948, qui a creusé trois ans, dès sa quinzième année.

En 1966, la France entame trente années d'expérimentations nucléaires sur d'autres atolls des Tuamotu : Moruroa et Fangataufa. De la main-d'œuvre est demandée. Le phosphate de Makatea, de plus en plus inaccessible à bras d'hommes, est abandonné.

Mais un industriel australien, Colin Randall, veut désormais reprendre l'exploitation. De nouvelles techniques permettent de creuser plus profond, comme à Nauru, une île indépendante située à l'autre bout du Pacifique, qui a déjà repris ses extractions.

A Makatea, la centaine d'habitants est divisée. Le maire, Julien Mai, souhaite rouvrir les mines pour générer de l'emploi. A condition que la nouvelle société efface toute trace industrielle et remplisse les milliers de trous qui parsèment l'île. "La réhabilitation, c'est essayer de nous redonner une terre, un sol sur lequel on puisse vivre", espère-t-il.

Les opposants, qui considèrent que le phosphate n'a apporté que des malheurs, pensent avoir convaincu la plus grande partie de la population de refuser la reprise des extractions, mais craignent qu'elle aboutisse tout de même.

"Dans le nouveau comité des mines, il n'y a plus que des ministres : c'est donc le gouvernement (polynésien, ndlr) qui va décider l'avenir de Makatea, et non sa population", affirme Sylvanna Nordman Haoa, qui se présentera face à Julien Mai aux prochaines municipales.

- Potentiel touristique -
.................
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 2682f7d06b

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15418
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Phosphate : + 700 % en 2007 !!!

Message par GillesH38 » 05 juil. 2019, 10:06

Ecotourisme au milieu du Pacifique ? :shock:
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Répondre