Buzz 4.0

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

alain2908
Condensat
Condensat
Messages : 618
Inscription : 13 nov. 2005, 09:58

Re: Buzz 4.0

Message par alain2908 » 07 nov. 2019, 10:05

la valorisation de WeWork passe de 47 Mds $ à 7.8 Mds $
Soft bank annonce ses premières pertes
https://seekingalpha.com/news/3515073-w ... 7_8b?ifp=0

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9797
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Buzz 4.0

Message par Remundo » 07 nov. 2019, 10:34

il ne reste plus qu'à renommer la société, WeFail

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64320
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Buzz 4.0

Message par energy_isere » 10 nov. 2019, 21:49

Un article sur WeWork et son PDG, tres décapant dans libération À lire absolument.

https://www.liberation.fr/planete/2019/ ... wn_1762018

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64320
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Buzz 4.0

Message par energy_isere » 21 nov. 2019, 22:41

L'emblème des bureaux partagés WeWork supprime près d'un emploi sur cinq dans le monde

AFP•21/11/2019

WeWork, l'emblème américain des bureaux partagés qui a multiplié les déconvenues ces dernières semaines, a annoncé jeudi la suppression de quelque 2.400 emplois dans le monde - soit près de 20% de ses effectifs totaux - dans le cadre d'un plan de restructuration.

........
Lire https://www.boursorama.com/actualite-ec ... a4cd45dda1

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2170
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Buzz 4.0

Message par tita » 07 janv. 2020, 16:17

tita a écrit :
31 août 2018, 16:48
L'exubérance des nouveaux acteurs de l'économie digitale semble insolente! Dans le classement des entreprises les plus valorisées, le digital est roi. Récemment, Apple a franchit le cap du trilliard de dollars de capitalisation boursière, hier c'était au tour d'Amazon... D'ici la fin de l'année, ils devraient être rejoins par Alphabet (Google) et Microsoft, tous deux entre 800 et 900 milliards. Plus loin, on trouve Facebook, qui a subit un raté en juillet, Tencent (le google-facebook chinois), et encore le groupe Alibaba (l'Amazon chinois). Il faut descendre à la 8ème place pour trouver une entreprise plus traditionnelle (Berkshire, détenue par Warren Buffet).
source: https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_p ... talization
(à noter que les valeurs datent de quelques mois)

Si on compare Amazon (cap de $1 T) à Walmart (cap de $283 milliards), tous deux opérant dans le commerce de détail, on se rend vite compte que cette capitalisation ne correspond pas à la taille, au chiffre d'affaire ou encore au bénéfice de l'entreprise.
Walmart, c'est $500 milliards de CA, $20 milliards de bénéfice avant intérêt et impôts, $10 milliards de bénéfice net.
Amazon, c'est $180 milliards de CA, $4 milliards de bénéfice avant intérêt et impôts, $3 milliards de bénéfice net (ils payent pas encore beaucoup d'impôts)

Qu'est-ce qui pousse les investisseurs à valoriser une entreprise 4 fois plus qu'une entreprise "similaire", alors qu'elle est 4 fois moins grosse? Le potentiel futur... On ne s'attend pas à ce que Walmart puisse progresser fortement, opérant sur des magasins physiques qui sont en perte de vitesse, dans un espace saturé. Amazon et Alibaba devraient au contraire progresser rapidement.

Reste qu'on ne sait jamais trop de quoi l'avenir sera fait, et que ces chiffres qui propulsent le Nasdaq ou le S&P500 à des niveaux stratosphériques pourraient tout aussi bien n'être qu'une très grosse bulle financière prête à éclater. En particulier du fait que ça se concentre sur un secteur très similaire, la technologie de l'information. On a déjà vu ça en 2000... Et le scénario pourrait très bien se reproduire.
J'avais posté ça il y a une année et demi, dans le fil "du côté des bourses"

Je me rends compte qu'il n'y a pas eu beaucoup de changement depuis... Si ce n'est l'arrivée de Saudi Aramco (directement en tête et probablement pour longtemps). Et le classement est dominé depuis 2016 par des entreprises technologiques. La transition s'est opérée en 2010, lorsque Apple a fait son entrée dans ce top ten des plus grosses capitalisations. Auparavant, il n'y avait guère que Microsoft comme valeur technologique dans ce classement. Microsoft y a toujours été présent depuis 1997. Même lors de la bulle Internet en 2000, il n'y avait pas tant d'entreprises technologique que ça dans ce top ten. Disons que c'était plus diversifié, même si on constatait une domination des entreprises pétrolières. Exxon était ainsi dans ce top ten depuis 1996 (et probablement auparavant)... Et n'y a plus figuré en 2019.

Pas besoin de chercher midi à quatorze heure pour comprendre d'où vient tout cet engouement: le smartphone. S'il y a bien un changement de paradigme dans les années 2010, c'est cet objet qui se glisse dans la poche et offre un accès à Internet, et donc à une myriade de possibilités d'utilisation que les entreprises technologiques s'empressent d'imaginer pour capter du temps d'utilisation. C'est tout bonnement hallucinant quand on regarde ça avec du recul. L'économie s'est mise au diapason du smartphone. Pas l'objet en lui-même... Samsung n'est pas dans ce classement. Mais ce en quoi il est utilisé, l'information qu'on consulte dessus ou qu'on partage. Et visiblement, on attribue une valeur colossale à ces informations.

Mais le smartphone est de l'histoire ancienne pour le capital risque. Si on attribue autant de valeur à ces entreprises, c'est aussi parce qu'on s'attend à ce qu'elles créent la prochaine révolution technologique, à la mesure du smartphone.

Et c'est là où ça va se gâter. Il y a trop d'attentes dans ce domaine. Les derniers arrivants butent déjà sur leur croissance potentielle. Netflix, jadis roi du streaming payant, se fait gentiment débouter par d'autres acteurs qui veulent une partie du gâteau. Les nouvelles IPO ne suscitent plus l'engouement d'alors dans un environnement toujours plus peuplé de prétendants. Les capitaux se sont donc logiquement recentrés vers les gros acteurs.

L'IPO de tous les danger cette année, c'est AirBnB. C'est la licorne la plus prometteuse avec une valorisation estimée à plus de $31 milliards. Tout le monde s'attend à une réussite... Mais l'échec de Wework pourrait aussi bien mettre des doutes quand à sa valeur réelle.

Edit: J'avais comparé la situation avec la bulle internet de 2000. Je remarque maintenant qu'on n'est pas du tout dans la même situation. La bulle Internet avait commencé à gonfler à partir de la moitié de 1995 pour exploser en mars 2000 après un sursaut irrationnel du Nasdaq à partir d'octobre 1999. C'était relativement rapide. On est déjà dans une échelle de temps beaucoup plus longue cette fois, la hausse ayant vraiment débuté à partir de fin 2012. C'est plus graduel, ce qui laisse penser que la base est solide et ne repose pas sur du vent. Ou alors que la crise à venir est plus profonde.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64320
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Buzz 4.0

Message par energy_isere » 07 janv. 2020, 17:33

''Si ce n'est l'arrivée de Saudi Aramco (directement en tête et probablement pour longtemps).''

Oui, ça ne vous a pas échappé.

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2170
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Buzz 4.0

Message par tita » 01 févr. 2020, 21:03

Dans le courant de septembre, j'avais évoqué l'étrange procès où Elon Musk était accusé de diffamation (l'affaire pedo-guy) par Vern Unsworth. Il avait été finalement déclaré non coupable.

Un article (en anglais) d'un journaliste qui avait été personnellement impliqué dans cette affaire: "Elon Musk Can't Lose"
https://www.buzzfeednews.com/article/ry ... -cant-lose

L'article revient sur l'ensemble de cette affaire, le déroulement du procès. Y'a deux choses qui me frappent:
“Elon has an uncanny ability to tell a story he wants to be true, convince himself that it has to be true, and then convince others,” one former Tesla executive told me after the trial.
Il y a quelque chose de fascinant dans le personnage d'Elon Musk à créer des histoires et à les réaliser à n'importe quel prix. Une sorte de super pouvoir. C'est vraiment le gourou d'une vision très liée à des idées de science-fiction (monde meilleur, conquête de Mars, éradiquer la pollution, paradis technologique) qui plaisent et qui fascinent les gens. Ils veulent y croire!

Mais la raison pour laquelle je mets ce message dans ce fil et non pas celui de Tesla, c'est l'autre truc qui m'a frappé. En sortant, Musk a dit:
Musk left the courtroom visibly smug. “My faith in humanity is restored,”
Cette phrase, c'est un meme Internet, une catchphrase utilisée pour commenter une image ou une vidéo. Des milliers d'images et de vidéos en fait. Il y avait dans ce procès deux mondes totalement différents qui se faisaient face. Celui d'Internet et de ses règles de fonctionnement (le monde virtuel dans lequel vis Musk mais aussi la clientèle de ses produits et de son égo) et celui plus terre-à-terre d'une justice et de personnes qui ne comprennent pas ce monde-là et tentent d'appliquer une justice sur le plan réel (le monde IRL). L'avocat de Unsworth n'a simplement pas réussi à exploiter la "justice" d'internet pour démontrer la diffamation qui avait eu lieu. Si on fait une recherche sur Internet avec le nom de Unsworth ou pedo guy, c'est une avalanche de résultats liés à cette affaire.

C'est tout le pouvoir du buzz, et sur quoi il est possible de construire un narratif capable de propulser une idée ou une personne ou un produit à des niveaux stratosphériques. Et dans ce monde très virtuel, ceux qui maîtrisent ces outils et parviennent à construire leur narratif sont les maîtres. C'est à peu près la même chose que lorsque la radio était apparue. De la même façon, ces même outils peuvent être utilisés pour accéder au pouvoir ou le déstabiliser.

Les premiers à avoir maîtrisé ces outils sur les cendres de la première bulle Internet sont désormais au sommet avec des capitalisations délirante. La puissance d'Apple est probablement uniquement due à ces techniques, les premiers à diffuser les "Stevenotes" en direct sur le web au début des années 2000.

Lorsque Zuckerberg s'était retrouvé face au congrès américain, on avait eu ce même affrontement entre deux monde qui ne se comprenaient pas. Centré sur l'exploitation de données personnelles à des fins politiques. Les sénateurs essayaient, dans leurs questions, de rapporter le monde virtuel avec le monde IRL. Comme si les règles du monde IRL s'appliquaient d'office au monde virtuel. Ce n'est pas le cas!

Mais derrière tout ça, il y a quelque chose de complètement irrationnel à donner autant de valeur à ce qui n'est en soit que de l'information, et pour une énorme partie de l'info-poubelle. C'est le cas de ce procès qui rempli un nombre de pages incalculable et qui n'est au final qu'un fait divers entre un milliardaire qui joue sur son portable et un homme tout simple qui a causé l'ire du premier par une remarque négative à son égard.

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2170
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Buzz 4.0

Message par tita » 01 févr. 2020, 21:18

Ce monde virtuel grandit néanmoins, mais cette croissance arrive à une certaine maturité. Facebook a annoncé qu'ils s'attendaient à un ralentissement de leur croissance, ce qui a immédiatement fait chuter le cours de 7%. Avec 2.5 milliards d'utilisateurs, facebook atteindrait ainsi en quelque sorte un pic.

Et c'est plus ou moins ce qui guette tout ce secteur technologique qui porte l'économie américaine depuis 10 ans. Ces entreprises ont des valorisations basées sur des perspectives de croissance irréaliste. La réalité va y mettre un terme!

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64320
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Buzz 4.0

Message par energy_isere » 03 févr. 2020, 21:40

Avec son nouveau patron, WeWork espère sortir de la spirale infernale
Par AFP | 03/02/2020
Après avoir accumulé les déboires en 2019, le géant des bureaux partagés se dote d'un nouveau chef, Sandeep Mathrani. Ce dernier, qui a notamment relancé l'opérateur de centres commerciaux géants GGP après sa faillite en 2010, prendra ses fonctions le 18 février prochain.
...............
https://www.latribune.fr/technos-medias ... 38634.html

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2170
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Buzz 4.0

Message par tita » 07 févr. 2020, 07:20

Une nouvelle IPO assez surprenante: CASPER

Qu'est-ce qu'ils font? Ben, c'est des fabricants de matelas, qu'ils vendent en ligne et aussi dans des magasins physiques. Absolument rien de révolutionnaire donc, tout comme cette IPO de Peloton Interactive avec ses vélos d'appartements connectés. On ne comprend pas très bien pourquoi c'est affilié au secteur technologique.

Un jour avant l'introduction, ils ont réduit l'estimation de leur action à $12 contre la fourchette de $17-$19 précédemment évoquée. Après un léger bond à $16, l'action est retombée à $13.5 en fin de journée. Pas vraiment une réussite donc, étant donné qu'à un certain moment l'entreprise était évaluée à plus d'1 milliard de dollars et qu'elle fini à ~500 millions.

C'est que les investisseurs deviennent de plus en plus méfiants face à ces start-up à la suite de l'énorme flop Wework. Casper est déficitaire évidemment, du fait de son statut de start-up, l'entreprise a été fondée en 2014.

Cette IPO donne un avant-goût des autres entrées en bourses qui sont annoncées pour cette année, en particulier celle d'AirBnB qui est très attendue.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64320
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Buzz 4.0

Message par energy_isere » 08 févr. 2020, 14:55

Uber dans le rouge avec des pertes colossales

Le vendredi 07 Février 2020

Uber Technologies accuse des pertes de 8,5 milliards de dollars en 2019. Le patron du groupe parle désormais d'un objectif de croissance rentable dès fin 2020.
......
https://www.generation-nt.com/uber-pert ... 72900.html

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2170
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Buzz 4.0

Message par tita » 11 févr. 2020, 09:58

L'entrée en bourse de Casper est un échec pour le moment. Le cours a chuté sous les $10 après 3 jours de cotation.

Mais ça ne semble pas avoir de conséquence sur la vigueur des autres acteurs. Les éléphants que sont Microsoft et Apple atteignent désormais une capitalisation de $1'400 milliards. A ce rythme, ils vont dépasser Saudi Aramco.

Amazon a à nouveau dépassé les $1'000 millards, à égalité avec Alphabet désormais. Facebook navigue à nouveau à son plus haut niveau, à $600 milliards. Ensuite Alibaba à $580 milliards suivi de Tencent à $500 milliards. Et je viens de citer 8 des sociétés les plus valorisées en bourse.

Pour avoir une idée de comment cette transition s'est passée dans les 23 dernières années, superbe animation:
https://www.youtube.com/watch?v=8WVoJ6JNLO8

Derrière les outsiders, Uber, Slack, Netflix, Spotify, Twitter, Lyft, Pinterest, Snapchat, Beyond Meat... Et bien évidemment Tesla qui a décollé. Tous se sont relevés d'une baisse qui a suivi le chaos de l'IPO avortée de Wework.

Tout le secteur technologique a profité d'une hausse spectaculaire sur la fin 2019, propulsant le NASDAQ à de nouveaux records après une année de doutes. Je n'ai pas cité les autres acteurs qui sont dans la partie hardware (Intel, Nvidia, Qualcomm, AMD, etc.), et qui profitent aussi de cette hausse.

Et même si les pertes d'UBER semblent colossales en 2019, ça n'a pas empêché l'action de monter. Tout est valorisé sur des perspectives à moyen-long terme, et les même perspectives sont utilisées pour accroître la valeur encore plus. Il y a quelques années, les gros acteurs acquéraient les licornes en vogue (Youtube, Instagram, etc.), mais ce n'est plus tellement le cas actuellement. Tous les outsiders sont sur la sellette d'un marché qui est en train de devenir mature et qui va probablement subir une grosse correction. Mais on ne sait pas quand, et la norme reste de voir leur valeur continuer à grimper.

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2170
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Buzz 4.0

Message par tita » 19 févr. 2020, 18:45

Il n'y a pas que Tesla qui a vu son cour suivre une courbe hyperbolique... Virgin Galactic, la compagnie de Richard Branson qui veut rendre les voyages suborbitaux accessibles à "tous", a vu son action progresser de 500% depuis décembre dernier.

La raison: Aucune. L'entreprise n'en est même pas encore au stade commercial. C'est visiblement de la pure spéculation, en particulier du fait que l'entreprise est associée au domaine spatial qui fait beaucoup d'actualité, entre autre avec les exploits de SpaceX. Comme le montre cet article, ça attire les convoitises:
An investor’s guide to space, Wall Street’s next trillion-dollar industry
https://www.cnbc.com/2019/11/09/how-to- ... -more.html

J'ai l'impression qu'il y a beaucoup de "next trillion-dollar industry" ces temps. Toutes avec leurs propre narratif de parts de marché gigantesques.

Virgin Atlantic se trouve être une des seules entreprises cotées en bourse qui visent ce domaine. Mais son modèle d'affaire est encore loin d'être assuré d'un succès. Ses vols touristiques vont coûter $250'000 le billet pour 2h30 de vol, dont seulement quelques minutes dans l'espace avec un maximum de 112km. Si je reprend mon modèle d'une terre de 60cm de diamètre, c'est à 5.6 mm de sa surface. Le spectacle serait certes splendide, mais il faudra attendre les premiers clients pour savoir si c'est vraiment spectaculaire. Dans tous les cas, ça reste en soit une sorte de gros manège de parc d'attraction pour super-riches. Le premier vol commercial devrait avoir lieu cette année...

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2170
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Buzz 4.0

Message par tita » 20 févr. 2020, 20:28

Autre cas: Nvidia.

Le cours du fabricant de cartes graphiques (oui, j'ai acheté une Riva TNT2 il y a 20 ans) a pendant longtemps navigué assez modestement avec ses haut et ses bas. Même durant le boom des smartphones, il n'a pas tellement brillé et en février 2016, le cours navigait à $27, pour un capital-action de $14 milliards. Son plus haut était en 2008 à $20 milliards. Une boîte plutôt stable qui conçoit des GPU (calculateurs graphiques), mais ne les fabrique pas. Pourtant, son destin change en 2016, et en a peine 2 ans son capital-action va ainsi être multiplié par 10 (à $170 milliards) avant d'être divisé par 2 fin 2018 (chute à $80 milliards) avant d'à nouveau rebondir dans ce bull-market à $192 milliards (oui, la valeur de Toyota), entrant du coup dans le top 100 des entreprises les plus valorisées au monde. Pour une petite boîte de 13'000 employés, c'est quand même impressionnant.

Image

Ok, mais comment ça se fait? Le marché des cartes graphique est mature. Ben, c'est surtout que Nvidia mise sur un buzzword très à la mode: le deeplearning. Encore un de ces "Next Big Thing" qui va générer des millier de milliards de dollars de revenus. Oui, le fil s'appelle buzz 4.0, évidemment.

Mieux, Tesla a décidé en 2016 d'équiper toutes ses voitures avec les cartes de Nvidia, de quoi générer un certain chiffre d'affaire avec le volume de vente prévu. Nvidia fournit aussi à Google des cartes pour son "Google Cloud service's artificial intelligence". Kesako? Ben en gros, tu peux louer du temps de calcul sur des machines à distance pour des applications qui nécessitent du deeplearning... Enfin, c'est visiblement surtout utilisé pour faire du deepfake et mettre la gueule d'une célébrité sur une vidéo... Comment dire.. Ouaip y'a sûrement pleins de choses utile à faire. Hum...

Quoi qu'il en soit, le cours se casse un peu la gueule fin 2018, ensuite se relève un peu mais se casse à nouveau un peu la geule quand Tesla annonce avoir conçu ses propre chip (avril 2019), puis en fin d'année le cours suit le bull market et... explose les compteurs depuis quelque jours.

Alors je ne sais pas si le deeplearning va être à l'origine d'une révolution technologique où les IA vont s'inviter dans notre environnement et où pleins de choses merveilleuses vont faire avancer le progrès. C'est sûr que c'est un peu plus sexy que des vélos d'appartement connectés ou qu'un magasin de matelas en ligne. Je ne sais pas non plus si un autre acteur (chinois ou indien) ne va pas simplement surgir de nulle part et écraser tout le monde. Encore une fois, tout ça est très spéculatif...

Si on compare à Intel, qui fabrique ses chip, emploie 100'000 personnes et génère un chiffre d'affaire de $70 milliards... La valeur d'Nvidia devrait être 5-8 fois plus faible. Nvidia génère $10 milliards de CA, le double de son CA en 2015 alors que son cours a décuplé. AMD a aussi bondi depuis septembre dernier, mais n'est pas très versé dans le "deep learning", et reste un peu toujours le challenger.

Et on voit aussi que tout ce petit monde est très interconnecté et monte en même temps. Fin voilà.

tita
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2170
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Buzz 4.0

Message par tita » 21 févr. 2020, 17:53

En illustration:
Image
IN 2018 A new word entered Silicon Valley’s lexicon: the “techlash”, or the risk of a consumer and regulatory revolt against big tech. Today that threat seems empty. Even as regulators discuss new rules and activists fret about the right to privacy, the shares of the five biggest American tech firms have been on a jaw-dropping bull run over the past 12 months, rising by 52%. The increase in the firms’ combined value, of almost $2trn, is hard to get your head round: it is roughly equivalent to Germany’s entire stockmarket. Four of the five—Alphabet, Amazon, Apple and Microsoft—are each now worth over $1trn. (Facebook is worth a mere $620bn.) For all the talk of a techlash, fund managers in Boston, London and Singapore have shrugged and moved on. Their calculus is that nothing can stop these firms, which are destined to earn untold riches.

This surge in tech giants’ share prices raises two worries. One is whether investors have stoked a speculative bubble. The five firms, worth $5.6trn, make up almost a fifth of the value of the S&P 500 index of American shares. The last time the market was so concentrated was 20 years ago, before a crash that triggered a widespread downturn. The other, opposite concern is that investors may be right. The big tech firms’ supersized valuations suggest their profits will double or so in the next decade, causing far greater economic tremors in rich countries and an alarming concentration of economic and political power.
La suite de l'article est payant... Mais l'introduction est pessimiste. Pile on perd, une grosse bulle spéculative éclate. Face ils gagnent, la "big tech" devient si puissante qu'elle prend le contrôle politique et économique.

Répondre