Economie agricole dans le monde

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65455
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Economie agricole dans le monde

Message par energy_isere » 28 oct. 2019, 10:31

Une production agricole 100% bio à grande échelle ne serait pas moins émettrice de CO2... bien au contraire

RÉMI AMALVY Usine Nouvelle 27/10/2019

L'agriculture biologique émettrait-elle plus de gaz à effet de serre que l'agriculture dite conventionnelle ? Une équipe de chercheurs britanniques en est convaincue. La raison : des importations en hausse liées à une baisse notable des rendements. Des résultats à tempérer.

L’agriculture biologique est indéniablement plus vertueuse pour l’environnement que son équivalent classique, notamment grâce à l’utilisation d’alternatives aux produits chimiques. Elle exige cependant plus de terres pour produire la même quantité de nourriture. Le défrichement des prairies et forêts supplémentaires, nécessaire à cette extension, pourrait émettre beaucoup plus de gaz à effet de serre (GES) que ce que la pratique du bio permet initialement de réduire, selon une nouvelle étude britannique publiée dans la revue de recherche Nature Research.

Pour leurs travaux, les auteurs, des chercheurs de l’Université de Cranfield (Angleterre), prennent pour hypothèse une conversion totale de l’Angleterre et du Pays de Galles à l’agriculture biologique. Initialement, cela permettrait de réduire de 5% les émissions directes de GES provenant de l’élevage, et de 20% celles des cultures. Les rendements seraient cependant réduits d’environ 40%, obligeant les deux États à augmenter leurs importations. Nécessaire pour endiguer une partie de la demande, la conversion des prairies, qui stockent le carbone dans les tissus végétaux, les racines et le sol, en terres agricoles, augmenteraient les émissions globales de GES de 21%.

Des plantes et des bêtes en meilleure santé

À la place des engrais synthétiques, des pesticides et des OGM, l’agriculture biologique se sert de fumier et de compost et pratique la rotation de cultures, qui consiste à cultiver différents types de plantes tout au long de l’année, pour améliorer la santé des sols. Ces pratiques plus vertueuses émettent moins de GES tout en augmentant la quantité de carbone stockée dans le sol.

L’impact de l’élevage bio est plus complexe. D’un côté, les bêtes, mieux alimentées, vivent plus longtemps, et produisent donc plus de méthane, un GES fortement nocif pour l’environnement. De l’autre, elles passent plus de temps à paître, ce qui stimule la croissance des plantes qui vont capturer plus de dioxyde de carbone.

Une chute des rendements

Mais le principal problème que détecte l’étude, c’est donc le besoin d’un plus grand nombre de terres pour produire autant de nourriture. Dans l’agriculture conventionnelle, on utilise de l’engrais chimique pour fournir l’azote nécessaire à la croissance des plantes. En biologique, les agriculteurs font pousser des légumineuses qui vont produire cet azote. Les terres utilisées pour celles-ci sont autant d’espace en moins pour les cultures.

Un passage au 100% bio nécessiterait alors précisément une fois et demi plus d’espace. Pour satisfaire la demande de leur population, l’Angleterre et le Pays de Galles seraient contraints d’importer cinq fois plus de nourriture. Un écart expliqué par le rendement agricole britannique très élevé, par rapport à d’autres régions du monde.

En évaluant la chute des rendements à 40%, cette nouvelle étude dresse un constat nettement plus pessimiste que ceux d’autres papiers antérieurs. Une analyse de 2012, publiée également dans Nature Research, déterminait la baisse entre 5% et 34%, selon les cultures et les pratiques. Une autre étude de 2017 la plaçait de son côté entre 16% et 33%. La dernière mouture s’appuie également sur une analyse au niveau macro, contrairement aux anciennes qui tendaient à seulement se pencher sur des fermes ou des cultures spécifiques.

Un modèle à repenser

Les résultats sont, bien entendu, à tempérer. L’étude ne porte que sur les émissions de GES, et ne prend pas en compte l’impact négatif des produits chimiques sur la faune et la flore, comme la pollution des sols, la chute de la biodiversité et la disparition de certaines espèces animales et insectes. N’oublions pas non plus les polémiques en matière de santé publique, avec par exemple en France le cas du glyphosate ou encore les arrêtés municipaux anti-pesticides.

Concernant la baisse des rendements et le manque de terres pour répondre aux demandes de la population, un simple changement des mentalités, impulsé par de possibles politiques publiques, pourrait réduire la surconsommation. Chaque année dans le monde, plus de 1,3 milliard de tonnes d’aliments sont jetés, soit un tiers de la production globale de denrées alimentaires liées à la consommation. Une partie croissante de la société civile milite déjà pour plus de sobriété. Plus globalement, il est important de rappeler que l’étude porte sur un territoire 100% converti au bio. Une hypothèse qui n’est, pour l’instant, pas prête de se réaliser.
https://www.usinenouvelle.com/article/u ... re.N897359

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65455
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Economie agricole dans le monde

Message par energy_isere » 04 nov. 2019, 08:29

Agriculture: comment nourrir une Afrique qui se réchauffe?

AFP•04/11/2019

Produire suffisamment pour nourrir une Afrique qui se réchauffe tout en préservant l'environnement, c'est le défi que les ministres de l'Agriculture du continent africain, réunis jusqu'à mardi au Maroc, vont tenter de relever.

Il y a urgence, selon les experts: l'Afrique risque de connaître d'ici à 2050 une baisse de 20% de ses rendements agricoles avec la dégradation des sols et la désertification provoquées par inondations et sécheresses. Dans le même temps, sa population pourrait doubler.

Le continent est victime de chocs climatiques répétés, souligne auprès de l'AFP Seyni Nafo, ambassadeur des pays africains auprès des conférences internationales sur le climat, les COP.

Derniers exemples en date: depuis la semaine dernière, une partie de la Centrafrique est noyée sous les inondations. En même temps, en Afrique australe, la sécheresse fait planer une menace de famine sur 45 millions de personnes, a indiqué vendredi la FAO, agence de l'ONU chargée de l'agriculture et de l'alimentation.

"Six des dix pays les plus vulnérables au climat sont situés en Afrique, qui possède par ailleurs deux tiers des terres arables disponibles dans le monde", relève M. Nafo, également secrétaire-général de la fondation AAA (Adaptation of African Agriculture to climate change) organisatrice de la réunion, à l'université de Benguérir (Maroc).

- "Pénurie de farine" -
L'augmentation de la production agricole et alimentaire est d'autant plus cruciale que les disettes engendrent déplacements de population, violences, et bouleversements politiques. Au Soudan, les premières manifestations début 2019 sont venues d'un triplement du prix du pain, et d'une "pénurie de farine", note M. Nafo.

En Afrique subsaharienne, les premiers exodes massifs de Touaregs du nord du Mali ont eu lieu après de grandes sécheresses et une dégradation des ressources naturelles dans les années 1970, rappelle-t-il.

Par ailleurs, aucune solution durable ne pourra être trouvée au Sahel, frappé par une montée des conflits intercommunautaires (sédentaires contre nomades notamment), en plus d'une flambée de violences jihadistes, si on ne traite pas la question de fonds de la production agricole, relève un expert de l'Agence française du développement (AFD), interrogé par l'AFP.

"Il faut rendre l'agriculture et l'élevage plus résilients face au climat, sinon on va au devant de grandes catastrophes. L'option militaire ne peut pas être une solution unique" ajoute M. Nafo.

Selon lui, "l'intégrisme religieux" et le jihadisme ont leur "propre dynamique", mais la pression sur les ressources comme au lac Tchad par exemple, qui a "beaucoup rétréci en 40 ans", constitue un "terreau fertile" pour la violence et pour les migrations de population.

La revendication africaine de développer son agriculture se fonde aussi sur le fait que le continent émet beaucoup moins de gaz à effet de serre que les autres (à peine 4% du total).

A quelques semaines de la prochaine conférence sur le climat, COP25, qui aura lieu du 2 au 13 décembre à Madrid, les débats, auxquels participent aussi bailleurs de fonds internationaux, scientifiques et ONG porteront sur quatre grands thèmes:

- La gestion des sols ou comment retenir le carbone tout en améliorant la fertilité des sols dégradés.

- La gestion des ressources en eau, en particulier comment généraliser une irrigation goutte-à-goutte pour économiser l'eau tout en améliorant les rendements, y compris sur de toutes petites exploitations familiales, les plus vulnérables au changement climatique.

- La gestion des risques climatiques via des systèmes d'alerte précoce recourant au numérique, aussi bien pour la production, via les données météo, que pour la gestion des récoltes et leur commercialisation.

- L'accès au financement des agriculteurs, via notamment la "bancarisation mobile", et des Etats via la finance verte et l'émission possible d'obligations vertes pour financer des investissements durables.

Quatre pays ont déjà élaboré des plans d'investissements prioritaires, de 300 à 400 millions de dollars chacun: Côte d'Ivoire, Mali, Maroc, et Zambie.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... a549f8ecf0

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9167
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Economie agricole dans le monde

Message par kercoz » 04 nov. 2019, 10:42

La technique des "BRF" permet de réduire de près de moitié l' apport d'eau :
http://lavierebelle.org/?histoire-du-br ... rimentatio
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9936
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Economie agricole dans le monde

Message par Remundo » 04 nov. 2019, 11:49

des nouvelles inquiétantes du côté de l'Afrique
Selon les experts, l'Afrique risque de connaître d'ici à 2050 une baisse de 20% de ses rendements agricoles avec la dégradation des sols et la désertification provoquées par les inondations et les sécheresses. Les ministres de l'Agriculture du continent africain se réunissent jusque mardi pour tenter de produire plus tout en préservant l'environnement.
https://www.ouest-france.fr/monde/afriq ... fe-6593719

Avatar de l’utilisateur
LeLama
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1701
Inscription : 08 août 2006, 23:12
Localisation : Angers, France
Contact :

Re: Economie agricole dans le monde

Message par LeLama » 04 nov. 2019, 17:18

Quelles sont les nouvelles techniques d'agriculture disponibles qui n'etaient pas connues historiquement ?

Celles dont j'ai connaissances sont :
- BRF
- semis-direct sous couvert sans travail du sol/agriculture de conservation
- methode de John Jeavons ( buttes, double bechage, plantation en quinconce, planter pour produire du compost)
- agroforesterie


Y en a-t-il d'autres ? ( j'ai exclu la permaculture car ca me semble plus un ensemble de recettes de bon sens qu'une methode documentée à part entiere).

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9167
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Economie agricole dans le monde

Message par kercoz » 04 nov. 2019, 17:45

LeLama a écrit :
04 nov. 2019, 17:18
Quelles sont les nouvelles techniques d'agriculture disponibles qui n'etaient pas connues historiquement ?

Celles dont j'ai connaissances sont :
- BRF
- semis-direct sous couvert sans travail du sol/agriculture de conservation
- methode de John Jeavons ( buttes, double bechage, plantation en quinconce, planter pour produire du compost)
- agroforesterie


Y en a-t-il d'autres ? ( j'ai exclu la permaculture car ca me semble plus un ensemble de recettes de bon sens qu'une methode documentée à part entiere).
Un des plus actif en terme de grandes cultures me semble etre Konrad Schreiber. Apres avoir travaillé longtemps en bretagne il est revenu ds le Gers.
Il m' a surpris dans ses cours en promouvant les BRF après avoir converti pas mal d'agriculteurs au SD/TCS .

Le BRF me semblait difficile à placer dans l' agro pour diverses raisons (il faut env une haie de 3m autours d' un terrain de rugby sans trop d'appro externe de broyat). Il me semble qu' il faudrait surtout le promouvoir dans le maraichage ...L' agro-foresterie étant une forme de technique BRF naturelle. Les arbres abandonnent (comme les feuilles), 7 à 9 T /ha de radicelles chaque année (selon une étude chinoise pompée par l' inra)
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12556
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Economie agricole dans le monde

Message par mobar » 05 nov. 2019, 09:01

Erreur d'exclure la permaculture, qui n'est pas une technique mais un assemblage de techniques qui répond à une vision d'ensemble bien plus large

L'ingénierie mise au service de l'agriculture pour organiser et utiliser au mieux un terroir, un climat, un biotope ... pour une production agricole durable à taille humaine

La technique, c'est se à quoi on se raccroche quand on ne comprend rien!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1238
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: Economie agricole dans le monde

Message par Silenius » 26 nov. 2019, 23:16

La Roumanie a double ses rendements de ble en 20 ans :

https://www.terre-net.fr/marche-agricol ... 64100.html
Entre 1997 et 2017, les rendements en Roumanie sont passés de 3 t/ha à près de 4,9 t/ha, d’après la FAO. Soit une progression de l’ordre de 63 % en 20 ans ! Dans le même temps, les surfaces n’ont presque pas bougé : elles sont restées stables, autour de 2 Mha. À titre de comparaison, en Russie, les rendements sont passés de 1,8 t/ha à 3,1 t/ha (+ 70 %) et les surfaces ont progressé de 24 Mha à 27,5 Mha (+ 15 %). Toutefois, « quand on part d’un rendement à près de 1,5 t/ha, ce n’est pas très difficile de l’augmenter un peu ! », souligne Gautier Maupu, consultant international chez Agritel.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12556
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Economie agricole dans le monde

Message par mobar » 27 nov. 2019, 04:58

Et les intrants ils ont augmenté de combien?
1000 pour cent, peut être!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9167
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Economie agricole dans le monde

Message par kercoz » 27 nov. 2019, 07:52

Du coup, on a de la viande de cheval pas chère ....L' UE a financé le remplacement de millions de chevaux gavés d'anti inflammatoires par des tracteurs.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12556
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Economie agricole dans le monde

Message par mobar » 27 nov. 2019, 10:19

Pas si bon marché que ça la viande cheval, le kg de roti de rumsteak de cheval est à 26.50€ à Rungis ce matin :?
29 .90 € pour le kg de rumsteak de boeuf
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9167
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Economie agricole dans le monde

Message par kercoz » 27 nov. 2019, 10:46

mobar a écrit :
27 nov. 2019, 10:19
Pas si bon marché que ça la viande cheval, le kg de roti de rumsteak de cheval est à 26.50€ à Rungis ce matin :?
29 .90 € pour le kg de rumsteak de boeuf
Va chez Spangero !
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65455
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Economie agricole dans le monde

Message par energy_isere » 27 nov. 2019, 13:24

perso j' achéte ma viande de cheval de 17 à 19 € le kg.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12556
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Economie agricole dans le monde

Message par mobar » 27 nov. 2019, 13:47

Chez Spanghero?
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65455
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Economie agricole dans le monde

Message par energy_isere » 27 nov. 2019, 14:04

perso j' achète ma viande de cheval de 17 à 19 € le kg à ma boutique ambulante boucherie chevaline sur le marché de Grenoble.

Répondre