Nickel

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 66179
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 11 oct. 2020, 10:36

Vale vend à la compagnie d'état Indonésienne pour 375 millions de dollars de participation dans des mines de Nickel dans le pays.
Indonesia’s state miner buys 20% stake in Vale unit for $375m
8 October 2020
Nickel miner PT Vale Indonesia has announced the completion of the sale of a 20% stake to Indonesia’s state miner Mining Industry Indonesia (MIND ID).
.....
https://www.mining-technology.com/news/ ... vale-unit/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 66179
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 18 oct. 2020, 11:01

Les Chinois vont investir des milliards de dollars en Indonésie pour le traitement du Nickel. (puisque le gouvernement Indonésien à interdit l'exportation de minerai de Nickel brut).

https://www.mining.com/web/indonesia-se ... vestments/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 66179
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 05 nov. 2020, 19:38

Vale négocie la vente de son usine calédonienne de nickel et cobalt à Trafigura

MYRTILLE DELAMARCHE Usine Nouvelle le 05/11/2020

Le géant minier brésilien Vale, via sa filiale canadienne, a annoncé le 4 novembre être entré en négociations exclusives avec un consortium, Prony Resources, associant Trafigura et des représentants des provinces calédoniennes pour la cession de son usine de nickel et de cobalt du sud de la Nouvelle-Calédonie, adressant le marché des batteries de véhicules électriques.

Le groupe minier brésilien Vale a annoncé, le 4 novembre, que sa filiale Vale Canada était entrée en négociations exclusives pour un mois avec un consortium mené par le groupe de négoce suisse Trafigura, pour le rachat de l’usine de nickel et de cobalt de Goro, au sud de la Nouvelle-Calédonie.

Jusqu'à 50% de calédoniens au capital

Ce consortium, qui associe Trafigura (25%), des représentants des provinces calédoniennes (20%), des salariés actionnaires (23%), la société civile calédonienne (7%) et la compagnie financière de Prony (25%) a réuni un financement de 1,2 milliard d’euros, a précisé le président de Vale NC Antonin Beurrier.

"Nous tenons une solution pour assurer la pérennité du site et c'est une bonne nouvelle", a commenté Antonin Beurrier le 5 novembre lors d'un point presse. Vale avait effectivement alerté, faute de repreneur, sur une possible mise sous cocon de l'usine, qui emploie près de 1300 salariés directs et jusqu'à 1600 sous-traitants.

Opposition au Nord

Malgré la forte représentation calédonienne à ce tour de table (jusqu’à 50% à terme), l’annonce ne fait pas que des heureux sur le "caillou". Les indépendantistes du FLNKS et coutumiers soutenaient une offre concurrente, émanant de la compagnie minière de la province Nord Sofinor, associée à Korea Zinc. Une offre rapidement rejetée par Vale.

L’offre du consortium Prony Resources, autour de Trafigura, est vue d’un bon œil par le ministère des Finances, qui avait sévèrement jugé l’offre de la Sofinor. Dans une note confidentielle, un conseiller de Bercy décrit une "structure de gouvernance confuse" sans répartition claire entre les porteurs, un "projet économique" réduit à "quelques lignes" et des "modalités de financement imprécises". Ce, malgré un accès à la data room durant trois mois, confirmé par la banque Rothschild. L'Etat français est impliqué comme créancier, ayant consenti un prêt de 200 millions d'euros à Vale NC en 2016.

Au moins une autre offre, émanant du groupe calédonien Byms adossé à une banque au Maroc, était sur la table. Mais c’est bien Trafigura qui a désormais jusqu’au 4 décembre pour finaliser un accord de cession par Vale Canada de son usine calédonienne. L’opération pourrait être finalisée début 2021.

Glencore et Trafigura face à face sur le caillou

L’aboutissement de ces négociations placerait face-à-face, en Nouvelle-Calédonie, les concurrents, compatriotes et voisins Trafigura et Glencore, qui détient 49% de l’usine de Koniambo, au nord de l’île. Ces deux géants du négoce mondial ont développé un appétit certain pour les métaux de la transition énergétique, surtout lorsqu'ils sont produits dans des zones où la traçabilité est mieux cotée que l'Afrique centrale ou l'Asie du Sud-Est.

Trafigura ne découvre pas l’usine hydrométallurgique calédonienne, productrice de nickel et de cobalt de qualité batteries. Le géant du négoce soutenait déjà la "team Australia" réunie autour de New Century Resources, qui a retiré son offre en septembre après avoir été très près d’un accord l’été dernier.
https://www.usinenouvelle.com/article/v ... a.N1024609

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 66179
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 15 nov. 2020, 09:59

Suite de ce post du 18 oct 2015 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 91#p381291
En Finlande, la difficile équation environnementale de l'envol des batteries

AFP parue le 15 nov. 2020

L'incessant ballet de camions chargés de minerais tranche avec la quiétude du paysage lunaire: à quelque 300 kilomètres du cercle polaire, la mine de Sotkamo, en Finlande, constitue la plus grande source de nickel d'Europe pour les batteries des voitures électriques.

Le pays nordique, qui lance actuellement un grand plan pour devenir le champion européen du secteur, est le seul pays de l'Union européenne dont les sols contiennent de façon prouvée les principaux minéraux nécessaires dans la fabrication des batteries - dont le cobalt, le lithium et le nickel.

Sur le site de 60 km2 dans le centre du pays, la roche récupérée est concassée avant d'être entassée et alimentée en oxygène et en eau pour extraire les minéraux essentiels aux batteries.

"Plus de 50% de notre chiffre d'affaires provient de la filière des véhicules électriques", explique à l'AFP Joni Lukkaroinen, PDG de Terrafame, propriétaire de la mine.

La Finlande entend devenir un acteur majeur d'une industrie lucrative en pleine croissance, au moment où l'Europe a lancé des grands plans pour réduire sa dépendance vis-à-vis de la Chine.

Mais l'intensification de l'exploitation minière reste controversée dans un pays où les millions d'hectares de forêts, la faune et les étendues d'eau font partie d'un patrimoine naturel important pour la population.

- Risques d'écoulements acides -

Vertueuses pour les émissions de CO2 une fois installées dans les véhicules, les batteries électriques ont un impact environnemental peu visible en amont pour extraire les métaux qui la composent, puis pour les traiter en fin de vie.

A l'heure où sept nouveaux sites d'excavation sont sur les rails, le gouvernement finlandais a promis pour 2020 une aide de 300 millions d'euros à destination du secteur.

Mika Nykänen, en charge de la "stratégie batteries" du gouvernement, l'assure: l'approche du pays "sera fortement ancrée dans la durabilité et les objectifs de la politique climatique de la Finlande".

Pas de quoi rassurer les militants écologistes qui craignent que le développement de l'exploitation minière ne détruise des écosystèmes sensibles.

"Vous ne pouvez tout simplement pas produire ces minéraux de manière écologique", juge l'un d'eux, Antti Lankinen, devant un imposant tas de déchets rocheux aux abords de la mine.

S'ils ne sont pas assez bien stockés, ces déchets peuvent provoquer un écoulement d'acide lors des pluies, dénonce-t-il.

L'ancien propriétaire de la mine de Sotkamo, Talvivaara, a d'ailleurs été poursuivi après une catastrophe écologique en 2012, lorsque de l'uranium et d'autres métaux toxiques se sont échappés dans les cours d'eau avoisinants.

Terrafame assure que, depuis son rachat de la mine il y a cinq ans, aucun problème environnemental n'a plus été constaté. Les impacts environnementaux "sont conformes à nos licences", explique son PDG.

Ailleurs en Finlande, des campagnes ont été lancées contre de nouvelles extractions de minerais en Laponie et dans la région du lac de Saimaa, connu pour sa faune unique, près de la frontière russo-finlandaise.

"Le lac de Saimaa est le quatrième plus grand système d'eau douce d'Europe, ce n'est pas une région appropriée" à l'extraction de minerais, juge une autre militante, Miisa Mink.

"Si nous ne faisons pas attention, nous aurons certainement des voitures électriques mais nous n'aurons plus d'eau douce", déplore-t-elle.

- Un avantage durable -

Pourtant, les promoteurs de l'industrie des batteries insistent: la Finlande est une pionnière en matière de pratiques durables, de quoi lui donner un avantage sur ses concurrents.

Terrafame assure que ses méthodes d'extraction des minéraux créent une empreinte carbone 60% plus faible que les pratiques traditionnelles.

"Cela ne sert à rien d'acheter un véhicule électrique produit à partir de matières premières non-durables", souligne Matti Hietanen, PDG de la maison-mère de l'entreprise.

En outre, les mines finlandaises sont soumises à des normes beaucoup plus strictes que celles en République démocratique du Congo par exemple, qui produit plus de la moitié du cobalt mondial mais où les conditions de travail bafouent régulièrement les droits de l'homme, selon les ONG.

Plusieurs entreprises étrangères ont déjà choisi d'investir dans la filière en Finlande, notamment l'Allemande BASF et la Belge Umicore. En Suède voisine, le champion local des batteries Northvolt construit actuellement une grande usine dans le nord du pays.

En 2021, Terrafame prévoit lui d'ouvrir une raffinerie produisant suffisamment de sulfate de nickel pour un million de véhicules électriques, et du sulfate de cobalt pour 300.000 véhicules.

Mais certains experts du secteur avertissent que les réserves mondiales de cobalt sont déjà faibles et ne suffiront pas à répondre à la demande future.

"Nous avons besoin de matériaux issus du sol, mais à l'avenir, je pense qu'une grande partie de nos matériaux proviendra du recyclage", avance Jyrki Nurmi, l'un des responsables du fabricant finlandais de technologies automobiles Valmet Automotive.

"Cela prendra du temps", selon lui, "mais cela va changer".
https://www.connaissancedesenergies.org ... ies-201115

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 66179
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 29 nov. 2020, 10:45

Un important prospect de Nickel en Colombie Britannique, Canada.
Pourrait donner lieu à une mine de 37 ans de durée d'exploitation à raison de 33 0000 t de Nickel par an.
Un peu de Cobalt en prime.
Giga Metals files PEA for Turnagain nickel project
Turnagain is considered one of the largest undeveloped sulphide nickel deposits in the world.


MINING.COM Staff Writer | November 23, 2020

Giga Metals (TSXV: GIGA) announced that it has filed a preliminary economic assessment (PEA) for its Turnagain nickel project in northwest British Columbia, Canada.

In a press release, Giga Metals said that the project is estimated to produce nickel in concentrate with a low greenhouse gas footprint of <2.5 t/t Ni over the project life.

The company said that the carbon footprint could be reduced even further to <0.7 t/t nickel if it is able to get access to electric mining fleet equipment in suitable capacities.

“At these rates, the CO2-sequestering capabilities of the Turnagain tailings may enable the project to be carbon-neutral,” the media brief states.

According to Giga Metals, the Turnagain PEA demonstrates the potential for establishing a long-life, open-pit mine and mill using conventional froth flotation technology to produce high-grade nickel sulphide concentrate.

“With a phased implementation to a facility with a throughput rate of 90,000 tonnes per day, annual production is projected to average more than 33,000 tonnes per year nickel (73 million pounds per year) for a project life of 37 years,” the release states. “The PEA has identified numerous opportunities for project improvement.”

Considered one of the largest undeveloped sulphide nickel deposits in the world, Turnagain hosts measured and indicated resources of 5.2 billion pounds of nickel and 312 million pounds of cobalt and inferred resources of 5.5 billion pounds of nickel and 327 million pounds of cobalt.
https://www.mining.com/giga-metals-file ... l-project/

Répondre