[Crise] L'économie des USA en difficulté

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : [Crise] L'économie des USA en difficulté

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par tita » Hier, 13:32

"C'est une sacrée déclaration", lui a rétorqué Donald Trump, prenant à témoin les électeurs de plusieurs États industriels. "Il détruit l'industrie pétrolière. Est-ce que vous vous en souviendrez au Texas ? Est-ce que vous en souviendrez en Pennsylvanie, en Oklahoma, en Ohio ?", a interrogé le président.
Il fait une énorme erreur de jugement en estimant que la population du Texas est pro-pétrole. C'est un peu étonnant d'ailleurs que le Texas soit désormais un swing-state, alors qu'ils étaient clairement ancré républicains depuis des décennies. Mais il faut se rappeler que c'était un swing-state avant 1972.

Le Texas est avant tout un gros producteur énergétique, et a développé les champs d'éolienne de façon massive. Je ne serais pas étonné qu'ils élisent Biden.

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 23 oct. 2020, 23:07

Joe Biden prend un risque en assumant vouloir se détourner progressivement de l'industrie pétrolière

AFP parue le 23 oct. 2020

Joe Biden a pris jeudi un risque politique lors de son débat avec Donald Trump en assumant vouloir se détourner à terme de l'industrie pétrolière, dont dépend largement l'économie de plusieurs États-clés de la présidentielle américaine.

"Je me détournerai progressivement de l'industrie pétrolière, oui", a clairement dit le candidat démocrate à la Maison Blanche. "J'arrêterai parce que l'industrie pétrolière pollue considérablement", a-t-il insisté, soulignant que cette dernière devait être "remplacée au fil du temps par les énergies renouvelables".

"C'est une sacrée déclaration", lui a rétorqué Donald Trump, prenant à témoin les électeurs de plusieurs États industriels. "Il détruit l'industrie pétrolière. Est-ce que vous vous en souviendrez au Texas ? Est-ce que vous en souviendrez en Pennsylvanie, en Oklahoma, en Ohio ?", a interrogé le président.

L'ancien homme d'affaires new-yorkais a qualifié de "désastre économique" le plan environnemental de son adversaire. Les démocrates "veulent détruire les immeubles pour pouvoir réduire la taille des fenêtres", a-t-il avancé. "Si cela ne tenait qu'à eux, il n'y aurait même pas du tout de fenêtres".

Donald Trump a par ailleurs accusé l'énergie éolienne d'être "extrêmement coûteuse" et "très intermittente", et de "tuer tous les oiseaux". Il a également dénoncé l'hostilité de son adversaire aux gaz de schiste, une industrie dont dépendent de nombreux emplois en Pennsylvanie, un État pivot que se disputent âprement les deux candidats.

Né en Pennsylvanie, Joe Biden a répété qu'il ne comptait pas interdire l'exploitation des gaz de schiste, mais seulement bloquer la délivrance de nouveaux permis sur les terres appartenant à l'État. Le changement climatique est "une menace existentielle pour l'humanité", a-t-il prévenu. "Nous avons l'obligation morale de nous en occuper".

L'ancien vice-président américain s'était déjà engagé, en cas de victoire le 3 novembre dans les urnes, à ce que les États-Unis rejoignent au plus vite l'accord de Paris sur le climat. Donald Trump en a retiré son pays, qu'il estimait être traité injustement par rapport à d'autres pays pollueurs. "Regardez à quel point c'est dégoûtant en Chine. Regardez la Russie, regardez l'Inde. C'est dégoûtant. L'air est dégoûtant", a-t-il dénoncé jeudi soir.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ole-201023

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 21 oct. 2020, 12:00

La justice américaine lance une offensive antitrust contre Google


20/10/2020
Le département américain de la Justice et 11 Etats ont déposé plainte ce 20 octobre contre Google, accusé d'enfreindre la loi en abusant de sa position sur les marchés de la recherche et de la publicité en ligne pour nuire à ses concurrents.


Après l'Europe, au tour des Etats-Unis de contester le monopole de Google dans la recherche et la publicité sur Internet. L'Etat fédéral et onze Etats l'accusent d'abus de position dominante ce 20 octobre et saisissent la justice. Google n'a pas réagi dans l'immédiat.

L'entreprise californienne, filiale du groupe Alphabet, a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 162 milliards de dollars (137,1 milliards d'euros), supérieur au produit intérieur brut (PIB) de la Hongrie.

La procédure ouverte ce 20 octobre s'annonce comme la plus importante dans le domaine de l'antitrust aux Etats-Unis depuis plus de 20 ans et peut être comparée à celle qui a visé Microsoft en 1998, voire à celle de 1974 qui a conduit à l'éclatement forcé de l'opérateur de télécommunications AT&T.

La plainte contre Microsoft est considérée comme l'un des facteurs qui ont favorisé la croissance exponentielle d'internet car elle a empêché le groupe informatique de freiner le développement de ses concurrents.

L'initiative de la justice et des 11 Etats plaignants constitue aussi un rare épisode de consensus entre l'administration Trump et les démocrates du Congrès. La sénatrice Elizabeth Warren, favorable au démantèlement des "Big Tech", les géants des hautes technologies, avait ainsi réclamé le 10 septembre sur Twitter des mesures "rapides et offensives".

A Wall Street, l'action Alphabet gagnait plus de 1% en début de séance, certains investisseurs doutant de la capacité de la justice à faire aboutir sa démarche au vu des tensions entre les deux camps du Congrès.

Consensus bipartisan contre les "big tech"

"Pour arriver à leur faire vraiment mal, il faut le Congrès, et il est favorable à l'éclatement. Mais il y a tellement d'animosité que même s'ils sont d'accord sur le fait qu'il faut s'occuper des "'Big Tech', il faudra très longtemps pour arriver à des résultats", estime ainsi Robert Pavlik, gérant de portefeuille de StateStone Wealth à New York.

Les ministres de la Justice (attorney general) des 11 Etats qui se sont joints à l'initiative de la justice fédérale sont tous républicains.

.................
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... e.N1018754

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 30 sept. 2020, 21:41

USA: La contraction du PIB revue à 31,4% au deuxième trimestre

REUTERS•30/09/2020

L'économie américaine a subi au deuxième trimestre sa contraction la plus brutale depuis 73 ans sous les effets de la pandémie de coronavirus, montrent les chiffres définitifs publiés mercredi.

Le produit intérieur brut (PIB) de la première économie du monde s'est contracté de 31,4% en rythme annualisé sur la période avril-juin, soit légèrement moins qu'une deuxième estimation à -31,7%, montrent les chiffres du département du Commerce.

Cette contraction est la plus importante enregistrée depuis 1947, année lors de laquelle cette statistique a été introduite par le gouvernement.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... c31cd500e6

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 30 sept. 2020, 10:09

Coronavirus : Disney supprime 28.000 emplois aux Etats-Unis à cause de la pandémie

Le 29/09/20

La plupart des postes supprimés sont dans ses parcs d'attractions, alors que Disneyland est toujours fermé en Californie

Mesures drastiques chez Disney. Le géant des divertissements américain a annoncé mardi la suppression aux Etats-Unis de 28.000 emplois, au sein de son activité qui comprend les parcs d'attraction, les croisières, l'événementiel et les produits dérivés, touchée de plein fouet par la crise sanitaire du coronavirus.

La décision vient de «l'impact prolongé du Covid-19 sur nos affaires, y compris les réductions de capacité sur les sites, en lien avec la distanciation physique, et les incertitudes sur la durée de la pandémie», a expliqué le groupe dans un communiqué. D'avril à juin, le chiffre d'affaires de cette activité avait plongé de 85% sur un an, à 983 millions de dollars alors que Disneyland est toujours fermé en Californie sur ordre du gouverneur Gavin Newsom.

Selon Disney, environ deux tiers des emplois supprimés étaient à temps partiel. Les personnes concernées vont non seulement perdre leur emploi mais également leur assurance maladie, une double peine particulièrement difficile en pleine pandémie.
https://www.google.com/amp/s/m.20minute ... /a/2873431

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 30 sept. 2020, 09:46

Octobre noir attendu pour l'emploi dans l'aérien aux Etats-Unis

AFP•30/09/2020

Sauf accord de dernière minute au Congrès américain, les compagnies aériennes fragilisées par la pandémie de coronavirus se préparent à licencier des dizaines de milliers de personnes à partir de jeudi aux Etats-Unis.

Les prêts accordés mardi soir par le ministère des Finances à sept grandes sociétés de transport aérien pour un montant total de 25 milliards de dollars ne changent pas la donne, ont assuré à l'AFP des sources proches des compagnies aériennes.

Cet argent est destiné à aider les entreprises à couvrir les dépenses courantes mais pas les salaires.

American Airlines, Delta, United et Southwest, s'étaient engagées au printemps à ne licencier personne jusqu'au 30 septembre, en échange de subventions valant également 25 milliards de dollars.

Mais nombre de passagers restent réticents à voler dans un espace confiné, les vols internationaux sont encore soumis à de strictes restrictions et les voyages d'affaires sont en berne.

Le nombre de clients traversant la sécurité dans les aéroports américains est encore en baisse d'environ 60% à 70% par rapport à la même période en 2019, selon les chiffres du gouvernement.

Les compagnies ont déjà beaucoup sabré dans leurs effectifs via des plans de départs volontaires, des départs à la retraite anticipée et des congés sans solde.

Chez Delta, plus de 40.000 salariés ont déjà opté pour l'un de ces programmes. Southwest s'est séparée, de façon temporaire ou permanente, de 27% de ses employés.

Mais cela ne suffit pas.

Le soutien du gouvernement destiné à aider à payer les salaires expire le 30 septembre.

American Airlines a prévenu que si cette subvention n'était pas prolongée, elle pourrait licencier jusqu'à 19.000 personnes à partir de jeudi. Chez United Airlines, ce serait un peu plus de 13.000.

Ces projets n'ont pas changé, a confirmé à l'AFP une source proche de la société dans la nuit de mardi à mercredi.

Les syndicats, qui comme les patrons du secteur plaident à Washington depuis plusieurs semaines pour une rallonge du programme de subventions, estiment que le secteur pourrait licencier au total plus de 100.000 salariés.

Les discussions entre démocrates et républicains sur un nouveau plan de soutien à l'économie restent pour l'instant dans l'impasse.

........
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 99f8d209c4

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 06 sept. 2020, 13:54

San Francisco serait-elle la nouvelle Electric Motor Town ?

Soufyane Benhammouda / 6 Sep 2020 Automobilepropre
Lire https://www.automobile-propre.com/san-f ... -town/amp/

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 29 août 2020, 08:36

18.000 licenciements chez MGM Resorts

29 août 2020

Le géant américain des casinos MGM Resorts International, frappé par la fermeture ou la baisse de fréquentation, va licencier aux Etats-Unis 18.000 salariés déjà au chômage technique.
Extrait de https://www.boursorama.com/actualite-ec ... fe7d72f6f0

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par tita » 03 août 2020, 15:22

alain2908 a écrit :
02 août 2020, 18:06
je crois que ce chiffre de 32 % repris sur tous les médias pour faire peur ne veut rien dire mais je n'ai pas encore eu le temps de me pencher dessus.
En effet, il n'est pas comparable aux autres annonce de PIB qu'on a en Europe.

En France, la variation est mesurée par rapport au trimestre précédent, et correspond uniquement au PIB du 2ème trimestre par exemple. Donc c'est -13.8% par rapport aux premier trimestre. Si on comptait de la même manière aux USA, ce serait une variation de...- 9%.

Mais le BEA donne une projection annualisée, c'est-à-dire si on continue dans la même tendance que les deux premiers trimestre. D'où ce pourcentage de -32.9% qui peut sembler énorme. Il donne un fausse impression de catastrophe, une telle chute serait comparable à la crise de 1929. Hors, les activités ont repris au 3ème trimestre, ce qui fait que la tendance n'est pas la même qu'au deuxième trimestre.

Reste que même si on n'est pas dans un effondrement économique, on est quand même en récession plutôt sévère. Des phénomènes bizarres sont en train de se produire, mais c'est difficile de penser que tout va rentrer dans la "normale". Je suis peut-être biaisé par une idée initiale de gros bouleversement de notre société (j'évoquais ça fin février), mais c'est un sentiment que je perçois de différentes sources.
https://www.youtube.com/watch?v=Im0rzTWplwU

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par LeLama » 03 août 2020, 12:10

alain2908 a écrit :
02 août 2020, 18:06
je crois que ce chiffre de 32 % repris sur tous les médias pour faire peur ne veut rien dire mais je n'ai pas encore eu le temps de me pencher dessus.
A mon avis, c'est comme en France, le pb est probablement davantage dans les inegalités induites que dans la baisse. Quand une personne ne prend pas l'avion, elle a davantage d'argent mais en contrepartie l'hotesse de l'air est en chomage technique. Au global, c'est a somme nulle, mais dire cela risque d'enerver la personne comme l'hotesse de l'air ou l'independant qui sont perdants dans ce jeu a somme nulle.

En moyenne, il semble se confirmer comme on en discutait que les menages sont "plus riches". Ce que confirme Mathieu Plane dans un article de 20minutes:
Sur la consommation des ménages, Mathieu Plane abonde : « Il n’y a jamais eu autant d’épargne et les ménages n’ont jamais été aussi riches. Le véritable plan de relance, ce sont les ménages qui l’ont entre leurs mains ».

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par alain2908 » 02 août 2020, 18:06

je crois que ce chiffre de 32 % repris sur tous les médias pour faire peur ne veut rien dire mais je n'ai pas encore eu le temps de me pencher dessus.

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 31 juil. 2020, 07:20

Covid-19 : les États-Unis enregistrent une chute historique de leur PIB de 33 %

Publié le : 30/07/2020

Sous l'effet de la pandémie de coronavirus, le PIB des États-Unis a accusé une baisse historique de 32,9 % entre avril et juin 2020, selon une estimation préliminaire du département du Commerce publiée jeudi.
https://www.france24.com/fr/20200730-co ... %A9cession

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 25 juin 2020, 17:24

USA: La contraction du PIB confirmée à 5,0% au 1er trimestre

REUTERS•25/06/2020
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 23d02da78b

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 10 juin 2020, 21:07

USA: La Fed prévoit une chute de 6,5% du PIB en 2020 et maintient sa politique

PUBLIÉ LE 10/06/2020 WASHINGTON (Reuters)

La Réserve fédérale des Etats-Unis a réaffirmé mercredi son engagement à maintenir un soutien exceptionnel à l'économie américaine, disant s'attendre à une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 6,5% cette année et à un taux de chômage de 9,3% en fin d'année.
.................
https://www.usinenouvelle.com/article/u ... ue.N974201

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 08 juin 2020, 21:26

L'économie américaine en récession depuis février, selon le NBER

REUTERS•08/06/2020

L'économie américaine a achevé en février la plus longue phase d'expansion de son histoire pour entrer dans une récession provoquée par les retombées de l'épidémie de coronavirus, montre une étude publiée lundi par le Bureau national des études économiques (NBER).

Composé d'universitaires, son comité de datation des cycles économiques est connu pour prendre son temps avant d'arrêter la date du début ou de la fin d'une récession. Il a pourtant dit dès lundi avoir "conclu que l'ampleur inédite du déclin de l'emploi et de la production et l'extension de ce déclin à l'ensemble de l'économie permettaient de qualifier cette période de récession, même si elle s'avérait plus brève que les précédentes."

Si cette prise de position était attendue, c'est la rapidité à laquelle s'est prononcé le NBER qui surprend les observateurs. Le comité de datation avait attendu fin 2008 pour signaler la récession alors que l'économie montrait des signes de détérioration depuis la fin 2007.

Cette fois, l'ampleur et la rapidité de l'effondrement économique laissait planer peu de doute.

"En décidant de qualifier ou non une phase de récession, le comité évalue l'ampleur de la contraction, sa durée et s'interroge sur sa propagation à l'économie. (...) Le comité considère que la pandémie et la réaction des autorités de santé publique ont provoqué un retournement dont les caractéristiques et la dynamique sont différentes des récessions différentes", a dit le comité dans un communiqué.

Le produit intérieur brut américain a chuté de 4,8% en taux annualisé au cours des trois premiers mois de l'année. Les chiffres de la période avril-juin devraient quant à eux témoigner d'un effondrement qui pourrait avoisiner les 20%, voire davantage.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 6ace8fef7a

Haut