Sauter la navigation.
Accueil
Site dédié à la fin de l'âge du pétrole

Si les Etats-Unis avaient été seuls au monde....

user warning: Unknown column 'u.signature_format' in 'field list' query: SELECT c.cid as cid, c.pid, c.nid, c.subject, c.comment, c.format, c.timestamp, c.name, c.mail, c.homepage, u.uid, u.name AS registered_name, u.signature, u.signature_format, u.picture, u.data, c.thread, c.status FROM comments c INNER JOIN users u ON c.uid = u.uid WHERE c.nid = 17 AND c.status = 0 ORDER BY c.thread DESC LIMIT 0, 50 in /var/www/modules/comment/comment.module on line 991.

Je vous propose une petite étude d'économie fiction basée sur l'idée suivante ; que se serait-il passé si les Etats Unis avaient été seuls au monde, c'est à dire qu'après le passage de leur pic en 1970, ils n'avaient pas eu la possibilité d'importer des produits pétroliers de l'étranger et auraient du faire avec ce qu'ils avaient ?

L'interêt de la question est bien sûr d'essayer d'imaginer ce qu'il va se passer dans le monde après le pic, puisque nous n'aurons effectivement probablement personne pour nous aider à ce moment (ou alors ce serait une bonne surprise !).

La méthode que j'utilise est simplissime : elle suppose juste que l'intensité "pétrolière" aurait évolué de la même façon dans les deux cas, c'est à dire qu'on peut évaluer le PIB par une simple règle de 3 entre la consommation de pétrole réelle et la production intérieure. Evidemment c'est tres critiquable, mais toute autre hypothèse obligerait à des hypothèses supplémentaires tout aussi critiquables. Il faut noter quand même que :
* comme nous verrons, des efforts importants ont été faits dans les années 80 après le second choc pétrolier (en particulier avec le développement de centrales électriques au gaz.) Ces efforts auraient peut etre été faits plus tot en cas de pénurie après 70, mais le résultat final aurait été à peu près le même.

* l'intensité énergétique des Etats-Unis n'est pas très différente de celle du monde entier. Ils consomment environ 25% du pétrole, mais également produisent 25 % de la richesse mondiale. Leur économie est suffisamment diversifiée pour reproduire les principaux postes de consommation énergétique.

Les données que j'ai utilisées sont tirées du site de l'EIA.

Pour commencer, voici les courbes de population et de PIB depuis 1965 (en $ 2005, compte tenu de l'inflation donc).

on voit tres nettement que le PIB a augmenté plus vite que la population (ce n'est pas une surprise) : la population est passée d'environ 200 à 300 millions d'habitants, soit une augmentation de 50%, alors que le PIB a été multiplié par plus d'un facteur 3.

Bien naturellement, le PIB par habitant a augmenté, de plus d'un facteur 2, en passant de 15 000 $/an a plus de 35 000 $/an

On note quand meme nettement l'influence des quelques récessions, au moment des deux chocs pétroliers, puis encore dans les années 90 (arrêt de la production irakienne?) et un peu, mais à peine, dans les années 2000 au moment de l'explosion de la bulle internet.

Regardons maintenant la consommation de produits pétroliers. La encore, j'ai pris les chiffres de l'EIA qui ajoutent la prodution pétrolière proprement dite , les liquides extraits du gaz naturel (NGL), et les gains de raffinage, pour aboutir à un total de "produits pétroliers" (qui n'incluent pas je pense les agrocarburants ).
Je considère trois chiffres :

* les chiffres de consommation totale
* la production intérieure que j'évalue en prenant les chiffres de consommation - importations (mais incluant NGL et gains de raffinage)
* la production intérieure - l'Alaska, en supposant que les Etats Unis n'aient pas eu accès à cette "roue de secours".

Voila les trois courbes superposées

On voit que la consommation de pétrole a environ doublé : elle a donc augmenté plus vite que la population, mais moins que le PIB : il y a eu une réduction de l'intensité énergétique de presque un facteur 2. La production elle a diminué : les chiffres montrent que la production Alaska incluse est de la moitié de celle de 1965, et sans l'Alaska, de 40 % celle de 1965. Ca correspond sans l'Alaska à un taux moyen de déclin d'environ 2 %.

Le principe du calcul est maintenant de "renormaliser" le PIB en supposant qu'il n'y aurait que la production intérieure, par une simple regle de 3. A noter qu'il y avait deja des importations en 1965, donc le PIB renormalisé sera un peu inférieur à la réalité dès le début. Voici les 2 courbes (avec ou sans Alaska) superposées à la précédente

Que voit-on : essentiellement celle d'un pays en stagnation depuis 40 ans; en fait on s'aperçoit que les gains d'intensité énergétique ont à peu près compensé la perte de production. Dans le détail, on voit des périodes assez prolongées de recession suivies de reprises, qui correspondent aux tres net gains de consommation pétrolière apres le second choc pétrolier. Comme je disais, on peut penser que ces efforts auraient pu etre faits à une époque différente, mais l'essentiel est globalement une courbe en "plateau ondulé", pas de la production mais du PIB/hab.

Pour information, un PIB de 15 000 $/hab, typique des USA des années 70 et donc des USA "hypothétiques" de maintenant, correspond à peu près au PIB/habitant de l'Espagne ou d'Israel, bien au-dessus de celui d'un pays d'Europe centrale comme la Tchequie par exemple (environ 6000 $/hab).

Bien sûr le PIB ne dit pas tout : difficile de comparer l'Espagne de l'an 2000 avec internet , aux Etats Unis des années 70 qui avaient conquis la Lune. On ne sait pas non plus quelle serait les taux d'inégalités, la répartition géographique, raciale, etc... de la richesse.

Cependant, si cet ordre de grandeur est bon, ça ne correspond en rien bien sur à un retour au Moyen Age, meme apres 40 ans ! on serait certes tres loin des Etats Unis actuels, mais encore dans un pays industrialisé, certainement avec des voitures et des avions. Bien sur je ne peux pas dire quelle aurait été la situation sociale : 40 ans de stagnation avec des récessions fréquentes, ça ne doit pas etre tres folichon. Mais on serait encore tres loin de la disparition totale du pétrole. Il y aurait probablement des zones assez grandes de pauvreté, mais peut etre encore des centres tres actifs. Pour moi, cette étude confirme que la dépletion post-pic sera probablement un évènement très long, probablement sur tout le siècle. Nous entrerions pour plusieurs décennies dans une ère de fin de croissance du PIB/hab, mais pas de plongeon important. A vous d'imaginer concrètement ce que cela voudra dire....